Compte-rendu séminaire « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil »: Alain Epelboin

Alain Epelboin (CNRS, Musée de l’Homme), Docteur en médecine et ethnologue est intervenu dans le séminaire pour présenter ses travaux passés et actuels sur les épidémies d’Ebola et du Covid-19.

Le visionnage du film documentaire « 2003-2007 F. Brunnquell, A. Epelboin & P. Formenty  Ebola, c’est pas une maladie pour rire / Ebola : no laughing matter/ El ebola no es una enfermedad para las risas, Congo. 51 mn 28. Prod. CAPA 2007 » était suggéré pour accompagner cette séance.

Contamination, rituels funéraires et rumeurs lors des épidémies d’Ebola et de Covid contemporains 

Dans la continuité des questionnements soulevés lors de la première séance autour des bouleversements des processus funéraires engendrés par les règles sanitaires imposées lors des épidémies, A. Epelboin a évoqué son expérience en Afrique au moment de l’épidémie Ebola.

L’épidémie a suscité une forte augmentation de la mortalité, qui touchait toutes les catégories d’âge, mais également des tensions sociales. Le modèle culturel local de représentation et d’explication de malheur (associé à l’idée d’épreuve divine, de volonté malfaisante agissant au travers de la sorcellerie) s’opposait aux modèles de représentation bio-médiaux, entrainant des incompréhensions socio-culturelles d’un côté et de l’autre. La rupture dans les normes d’enterrement et l’interdiction dans certains cas des rites funéraires entrainaient des heurts entre soignants et locaux.

Crédit image : CDC Global Health (CC BY 2.0) « Ebola illustration : Safe Burial »

L’une des réponses apportées a été un aménagement des rituels funéraires plutôt que leur interdiction. L’aménagement consiste à trouver des solutions alternatives respectant les normes sanitaires, sans les appliquer avec excès. Ainsi, plutôt que de brûler les biens du mort, en raison de la forte contagiosité du virus, une option possible est de les enterrer avec lui.

Il s’agit également de ne pas interdire la présence de la famille, et de propose des pratiques de substitutions qui articulent l’approche sanitaire et l’approche rituelle : remplacer la traditionnelle ablution à l’eau par une aspersion à l’eau faiblement chlorée par exemple.

Dans un second temps, la présentation a permis de tracer les parallèles entre l’expérience accumulée lors de l’épidémie d’Ebola et la situation actuelle liée au Covid-19. Les réflexions développées se basent notamment sur un important travail de veille internet et de collecte de données menée par A. Epelboin, encore en cours actuellement.

Cette veille a permis de mettre en évidence les transformations engendrées par l’épidémie sur les pratiques funéraires à l’échelle mondiale (usages de lieux non-habituels pour stocker les cercueils, oppositions à l’inhumation, impossibilité d’inhumer dans un lieu choisi,…) et la diversité des pratiques d’adaptation et de résilience mises en œuvre.


3 réponses sur “Compte-rendu séminaire « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil »: Alain Epelboin”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.