Compte-rendu: séminaire “Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil”: Carolina Kobelinsky

Carolina Kobelinsky (CNRS, anthropologue au Lesc), est intervenue le 02 novembre 2020 dans le séminaire.

Êtres aux frontières: Fantômes et disparus parmi les migrants autour de la frontière de Melilla

Sa communication, s’appuie sur le terrain de recherche qu’elle a mené auprès des migrants aux frontières de l’Europe, essayant d’entrer sur le territoire de l’UE par la mer et en franchissant la triple clôture de 6 mètres de hauteur  autour de l’enclave espagnole  de Melilla.

Crédit photo : Flo Razowski, Melilla wall. Licence CC.

Les politiques migratoires et les conditions de la traversée de la frontière font de la mort une réalité omniprésente. Elle est à la fois un risque personnel pour les personnes migrantes et intégrée à un quotidien où ellescôtoient la mort des autres, au point qu’elle constitue un sujet de conversation courant..

“On sait qu’on peut mourir, mais on veut éviter d’être disparus”

Toutefois, plus encore que la mort, c’est la disparition qui inquiète. La disparition, c’est le mort oublié, celui dont personne ne sait qu’il est mort. Les migrants mettent en place des stratégies pour contrer cette perspective d’effacement, par exemple en établissant des accords avec des amis pour prévenir leurs proches en cas de décès. L’inquiétude face à la disparition s’inscrit dans le prolongement d’une invisibilisation que les migrants expérimentent déjà, leur présence sur le territoire frontalier étant associée à une pluralité de formes d’effacement.

Dans l’espace liminaire de l’enclave, C. Kobelinsky observe l’existence d’entités, d'”êtres à la frontière” (border beings): disparus, corps non identifiés, fantômes, qui s’inscrivent dans une forme de cohabitation et où la frontière entre morts et vivants  se brouille.

Revoir la présentation sur CanalU

Carolina Kobelinsky (2017). “Exister au risque de disparaitre. Récits sur la mort pendant la traversée vers l’Europe” , Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 33, p. 115-131.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.