Compte-rendu séminaire “Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil” : Rémi Korman

Rémi Korman, Historien (CESPRA, EHESS) est auteur d’une thèse de doctorat portant sur la construction de la mémoire du génocide des Tutsi au Rwanda et a participé au programme de recherche “13 novembre” sur la mémoire des attentats en France.

(Ré)inhumer en dignité les victimes du génocide des Tutsi : genèse de nouvelles pratiques commémoratives et funéraires

Rémi Korman est revenu sur la question des transformations des pratiques d’inhumation et ré-inhumation au Rwanda, des morts du génocide des Tutsi, en s’appuyant sur un long travail d’enquête. Il mobilise en particulier des archives rwandaises d’institutions publiques et privées.

Le génocide des Tutsi au Rwanda, qui se déroule entre avril et juillet 1994, est à la fois un génocide d’État et un génocide de voisinage, qui ne cherche pas à cacher les mises à mort. L’inhumation des victimes n’a donc pas pour objectif premier de les dissimuler. Elle est réalisée en masse par les perpétrateurs pour des raisons d’hygiène. Après le génocide, elle est réalisée par les rescapés qui enterrent les défunts sur les terrains familiaux puis dans de larges cimetières collectifs ordonnés par les autorités locales et nationales.

Credit image : leesean CC.

S’il existe peu de travaux sur les funérailles au Rwanda avant le génocide, Rémi Korman fait le constat des nombreuses transformations funéraires qui ont eu lieu après. L’État a été un acteur central de ces transformations, notamment en favorisant une centralisation toujours plus appuyée des morts, regroupés dans des cimetières.

La pratique de l’inhumation des victimes au Rwanda se développe conjointement avec une politique de préservation et d’exposition des restes humains à des fins mémoriales, qui marque souvent les observateurs et qui a été l’objet d’une grande partie de la littérature académique.

La pratique des enterrements “en dignité” pour les victimes a pourtant été mise en place dès les premières années après le génocide. Elle s’est transformée avec le temps, influencée entre autres par l’augmentation des moyens financiers disponibles et une évolution dans la définition même de l’enterrement en dignité, amenant parfois à ré-inhumer des corps déjà enterrés une première fois.

Les politiques d’inhumations ont été l’objet d’oppositions entre l’État et l’Église catholique. Elles ont constitué un espace de transformation des pratiques funéraires, articulée aux nouvelles pratiques de traitement des restes humains dans un but muséographique, comme c’est le cas pour la pratique du nettoyage des ossements avant l’inhumation, qui apparait dans les années 1999-2000.

Rémi Korman (2015). “Mobilising the dead? The place of bones and corpses in the commemoration of the tutsi genocide in Rwenda“. Human Remains & Violence vol. 1 n°2, p. 56-70.

Consulter son blog Hypotheses.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.