Images de terrain : Juan Pablo Aranguren, Colombie

Foto JP Aranguren. Colombia.

Version française ci-dessous

Hornos crematorios de Juan Frío en Villa del Rosario, Norte de Santander (frontera entre Colombia y Venezuela). Los hornos, originalmente trapiches de caña, fueron adaptados por los grupos paramilitares para incinerar cuerpos de personas desaparecidas que previamente habían sido inhumadas en fosas comunes.

Los hornos funcionaron entre 2001 y 2003 y fueron creados por los paramilitares para evitar que las fosas comunes en las que yacían miles de cuerpos de sus masacres en la región, les fuesen atribuidas en el marco de su negociación con el gobierno nacional. Posteriormente, los paramilitares también empezaron a llevar personas vivas.

Aunque en la zona había rastros de ropa y objetos, los hornos no fueron materia de investigación forense de forma oportuna y mucha de la evidencia fue desaparecida. Ni siquiera las cenizas fueron preservadas pues los paramilitares las arrojaron al río Táchira.

La comunidad de Juan Frío busca resignificar este espacio a través de iniciativas de memoria y conmemoración, sin embargo, esta zona no es de tránsito libre ni una zona segura para que estas iniciativas se puedan realizar.


Fours crématoires de Juan Frío à Villa del Rosario au nord de Santander (à la frontière entre la Colombie et le Vénézuela). Les fours sont à l’origine des machines pour extraire la cane à sucre, qui ont été adaptés par les groupes paramilitaires pour incinérer les corps des personnes disparues, auparavant enterrées dans des fosses communes.

Les fours ont fonctionné entre 2001 et 2003. Ils ont été créé par les paramilitaires pour se débarrasser des milliers de corps issus des massacres commis par eux, qui gisaient dans des fosses communes, pour éviter qu’on les remarque au moment des négociations avec le gouvernement national. Par la suite, les paramilitaires ont commencé à y amener des personnes vivantes.

Bien qu’on ait trouvé dans la région des traces de vêtements et d’objets, les fours n’ont pas été l’objet d’une enquête médico-légale et beaucoup des preuves ont disparu. Les groupes paramilitaires se sont débarrassés y compris des cendres, qu’ils jetaient dans la rivière Táchira.

La communauté de Juan Frío cherche aujourd’hui à re-signifier ce lieu par des initiatives mémorielles et commémoratives. Toutefois, ces initiatives sont rendues très difficiles par le fait que le passage dans la zone en question n’est ni libre ni sûr.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search