Compte rendu : Intervention de Sévane Garibian dans le séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil

Le 05 décembre 2022, pour la sixième séance du séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil (programme), nous avons eu le plaisir d’écouter Sévane Garibian (Faculté de droit, Université de Genève). Sa présentation, intitulée « “J’ai tué un homme mais je ne suis pas un meurtrier”. Le procès Tehlirian, ou la mort du bourreau ordonnée par le cadavre de sa mère », s’est poursuivie par de riches échanges.

Sévane Garibian est revenue sur le procès de Soghomon Tehlirian, rescapé du génocide des Arméniens qui a assassiné, le 15 mars 1921 dans une rue de Berlin, Talaat Pacha, l’un des instigateur du génocide. Tehlirian – “assassin du bourreau de son peuple” – affirme avoir répondu à l’injonction du cadavre de sa mère qui lui serait apparu en rêve. Tenu dans un tribunal allemand (pays allié de l’Empire ottoman durant la Première Guerre mondiale), le procès Tehlirian devient, en miroir, celui de sa victime. La parole des experts (amenés à statuer sur la responsabilité du prévenu) rencontre celle de témoins (rescapés du génocide ou agents allemands) et les plaidoiries des avocats de Tehlirian. Celles-ci sont centrées sur trois aspects : a) la réalité et l’ampleur de la déportation et du massacre des arméniens, b) la responsabilité de Talaat Pacha (reconnu coupable et condamné par contumace par une cour martiale de Constantinople), c) la causalité entre ces deux faits et le geste « fou » de Telhirian.

Sévane Garibian met en lumière les enjeux de ce procès, qui se conclut par un acquittement le 3 juin 1921, par une subtile variation d’échelle, en orientant son regard vers la Turquie puis vers le contexte international de cette première moitié du XXe siècle. Enfin, elle analyse son influence dans les travaux du juriste Raphaël Lemkin qui, dès lors, va engager une réflexion sur les crimes de masse, forger le néologisme “génocide” et poser les bases de ce qui va devenir, par la suite, la « justice pénale internationale ».



Citer ce billet
anelieprudor (2023, 4 janvier). Compte rendu : Intervention de Sévane Garibian dans le séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil. Transfunéraire / Transfunerario. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/owen

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search