Débat autour du film “Persistencia”

Samedi 21 novembre, à 18h, Sabrina Melenotte (anthropologue, chargée de recherche IRD Unité de recherches Migrations et Sociétés) animera un débat (en ligne) autour du film “Persistencia” en présence des deux réalisateurs Jan-Holger Jennies et Anne Huffschmid.
Connectez-vous au débat / Join the Q&A session (Zoom link)

Le film, ainsi qu’une sélection de films du festival est visionnable gratuitement.

https://online.comitedufilmethnographique.com/page/39-e-festival-international-jean-rouch/

Les corps humains ne disparaissent pas. Ils ont été kidnappés, enterrés, brisés en morceaux, mais ils sont également recherchés, retrouvés, et quand les experts médico-légaux réussissent l’improbable, reconstruits en tant que personnes. Ils ne rentrent chez eux que s’ils ont pu être identifiés. C’est un voyage cinématographique au Mexique, dans les paysages marqués par les disparitions, entre charniers et fragments, familles de disparus et anthropologues légistes. À la recherche de ce qu’il reste d’humain, envers et contre tout.

Synopsis du film, disponible sur la page du festival Jean Rouch

“Écran noir” pour le séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil ce lundi 16/11/2020

Image créée par Fred Sochard

A l’instar de la majeure partie de la communauté universitaire française, nous avons décidé de participer au mouvement unitaire de contestation de la loi de programmation de la recherche (LPR), loi dont l’esprit et les clauses sont désastreuses pour l’université et la recherche et, au-delà, constitue une menace contre la société démocratique elle-même.
Si vous n’avez pas suivi cet ultime épisode qui scelle le démantèlement du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche, vous pouvez consulter, entre autres, les articles suivants :
https://universiteouverte.org/2020/11/13/operation-ecrans-noirs/https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/11/13/ecrans-noirs-premiere-greve-en-ligne-des-enseignants-chercheurs_6059663_3224.html
https://blogs.mediapart.fr/pascal-maillard/blog/121120/operation-ecrans-noirs-dans-toutes-les-universites
https://f2l.retzien.fr/dl/1606564881-56/lppr-diaporama_pour_etudiantsnov20.pptx

Notre séminaire “Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil” de ce lundi 16 novembre cèdera donc la place à un “écran noir” pour signifier notre opposition à l’adoption de cette loi par le Parlement puis le Sénat dans les jours à venir.
Néanmoins, pour ne pas perdre l’opportunité d’écouter notre collègue Agnès Jeanjean, et afin de poursuivre notre mission première, à savoir la production et la diffusion des savoirs auprès des étudiants, dans le respect des libertés académiques et sans censure, la séance initialement prévue sera reportée à janvier.
Bien cordialement,
Valérie Robin Azevedo, Elisabeth Anstett, Clara Duterme

Photographies : Día de los Muertos en période de Covid-19 en Amérique latine

Le National Geographic publie de magnifiques photographies des célébrations du Jour des morts (Día de los Muertos) en Amérique latine (Guatemala, Pérou, Mexique) :

Across Latin America, the Day of the Dead was eerily silent, National Geographic (english)

Ces images font écho aux problématiques soulevées par le traitement des défunts en période de pandémie, évoquées dans les deux premières séances de séminaire “Anthropologie de la mort et du deuil“.

La période du 1er et 2 novembre (Día de los Muertos) est aussi l’occasion d’honorer la mémoire des défunts du conflits, longtemps restés sans sépulture.

Certaines des photographies sont également publiées sur le site du CICR:

El Día de los Muertos, la Covid-19 y América Latina: honrar a los muertos durante una pandemia, CICR (español)

Compte-rendu – “Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil” : Gaëlle Clavandier

Compte-rendu de la première séance du séminaire, organisée en ligne le 28 septembre 2020. Nous recevions Gaëlle Clavandier, sociologue et anthropologue (Université de St Etienne), coordinatrice du Programme Co-funéraire et membre de Transfunéraire.

Lors de la séance d’ouverture du webinaire “Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil”, Gaëlle Clavandier a évoqué les recherches menées dans le cadre du programme qu’elle coordonne : CO-FUNERAIRECo-construire une réponse funéraire en contexte de pandémie du Covid-19 (France, Suisse, Italie), ces projets étant soutenus par l’ANR et le FNS.

Mondes funéraires, personnes en deuil et Covid-19

Les premiers résultats ont mis en évidence l’importante variabilité des situations de surmortalité en période de Covid-19 dans les pays concernés (France, Suisse, Italie). Les chiffres nationaux ont tendance à “lisser” les expressions de la crise telle qu’elle est vécue localement, qui sont mieux appréhendées à l’échelle micro.

Les enquêtes menées auprès de l’ensemble des acteurs professionnels (agents de chambre mortuaire, médecins-légistes, opérateurs funéraires, officiers d’état civil, gestionnaire de cimetière, de crématorium) montrent la nécessité de prendre en compte la variabilité dans le temps (épuisement cumulé entre la première vague et la seconde) et l’espace (la contamination par cluster entrainant la saturation localisée des services et établissements).

Les recherches qui sont en train d’être réalisées interrogent les transformations des pratiques funéraires qui sont la conséquence de la crise sanitaire et de la potentielle crise de mortalité. En pesant sur les conditions de travail des professionnels, la crise sanitaire produit des bouleversements funéraires qui ne se limitent pas aux morts du Covid-19 mais impactent tous les morts.

Les contraintes sanitaires et organisationnelles entrainent l’interdiction ou l’évitement de certains gestes funéraires (adieu au corps, toilette funéraire, thanatopraxie), et en réaction, des ajustements de la part des professionnels soit pour contourner les interdits, soit pour les renforcer. Les pratiques évoluent aussi avec les rumeurs ou les informations parfois partielles qui circulent parmi les professionnels et les proches des défunts.

Les questionnements ouverts par le programme sont nombreux et passionnants. Ils soulèvent des enjeux théoriques, mais aussi méthodologiques, notamment la nécessité ou non pour les sciences sociales, dont la démarche de recherche s’inscrit dans le temps long, de prendre la parole au sein de débat public marqué par les fortes attentes suscitées par un sujet d’actualité très médiatisé.

Revoir la présentation sur CanalU

En raison du contexte sanitaire, le séminaire “Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil” 2020-2021 est organisé en ligne sur Zoom. Si vous souhaitez assister aux séances ou être inscrit sur la liste de diffusion, envoyez un mail à valerie.robin-azevedo[at]parisdescartes.fr. Le programme des séances à venir est consultable ici.