Publication : numéro spécial “Hygiène du Cadavre” (revue Histoire, médecine et santé).

Couverture du numéro 16 de la revue Histoire, médecine et santé.

La revue Histoire, médecine et santé, publie un numéro intitulé Hygiène du cadavre, coordonné par note collègue Anne Carol.

Il aborde l’histoire des relations que la médecine entretient avec la mort, dans une approche matérielle et concrète, ainsi que l’histoire du traitement des cadavres, à travers les contributions d’Isabelle Renaudet (Pratiques médicales et sociales autour des corps embaumés dans l’Espagne du XIXe siècle), Martin Robert (Catholiques et médecins face à la crémation funéraire au Québec 1874-1901), Anne Carol (constater la mort sans les médecins?), Julie Rugg (La réforme des funérailles au XIXe siècle en Angleterre, une réévaluation), Rafael Mandressi (Saigner le cadavre: phlébotomie et dissection) et Jean-Marc Dreyfus (Médecine légale, mort de masse et forensic turn).

Nous vous invitons à consulter ce numéro, disponible en libre accès sur Open Editions et à aller (re)voir la séance du séminaire “Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil” où Anne Carol présente une partie de ses recherches concernant l’approvisionnement en corps pour la pratique de la médecine et de la dissection. Ici.

Publication: Des cadavres dans nos poubelles

L’ouvrage Des cadavres dans nos poubelles. Restes humains et espaces détritiques de la Préhistoire à nos jours est paru aux éditions PETRA sous la direction d’Aurore Schmitt et d’Elisabeth Anstett.

Vous trouverez le sommaire de l’ouvrage, ainsi que la liste des contributeurs (archéologues, anthropologues, historiens, sociologues) sur le site des Editions Petra.

editionspetra.fr

Des cadavres dans nos poubelle montre (…) que la violence symbolique portée au corps mort fait souvent suite à des violences physiques subies par le corps de son vivant. L’ouvrage interroge au final le statut du cadavre, tout autant que les logiques qui président à sa disqualification en déchet.

Extrait du résumé de l’ouvrage.


Ouvrage dirigé par Aurore Schmitt (archéologue, chargée de recherche au CNRS, membre de l’UMR 7268 Ades et de l’UMR 5140 ASM) et Elisabeth Anstett (anthropologue sociale, directrice de recherche au CNRS et membre de l’UMR 7268 Ades). Avec les contributions de : Erik Trinkaus, Sandra Sázelová & Jirí Svoboda ; Philippe Lefranc & Fanny Chenal ; Marie Daugey ; Rodrigue Wouassi Ladjinou ; Aminte Thomann, Florence Carré & Yves-Marie Adrian ; Mariano Perelman ; Caroline Laforest & Irene Selsvold ; Maria Teresa Ferreira, Catarina Coelho, Ana I. Rufino, David Navega, João d’Oliveira Coelho, Miguel Almeida & Sofia N. Wasterlain ; Valentina Zagaria ; Élodie Wermuth & Nicolas Peyne ; Claudia Fonseca & Rodrigo Grazinoli Garrido ; Philippe Charrier, Gaëlle Clavandier, Vincent Gourdon & Nathalie Sage Pranchère ; Aurore Schmitt & Elisabeth Anstett. 

Revue de littérature par l’équipe du projet CORTEM

L’équipe du projet CORTEM “Les corps témoins” a publié dans le numéro 87 de la revue Critique Internationale un état de la littérature portant sur le traitement des cadavres problématiques.

L’article : “Etat de la littérature. Du public à l’intime: le traitement des cadavres problématiques vu par les sciences sociales” de Marie Le Clainche-Piel est disponible sur Cairn en suivant le lien.

L’annonce sur le Blog de CORTEM:

Parution de l’ouvrage dirigé par Valérie Robin Azevedo “[Im]matérialités de la mort” (février 2020)

Nous avons le plaisir de relayer l’annonce de la parution de l’ouvrage collectif coordonné par Valérie Robin Azevedo : [Im]matérialités de la mort, qui vient de sortir en poche dans la collection des Essentiels d’Hermès, CNRS éditions, 2020.

De nouvelles pratiques funéraires, entre réel et virtuel, marquent ce début de XXIe siècle. À l’heure des éternités numériques, un nouveau champ d’expression du mourir surgit et le lien avec les défunts se pérennise et se modifie. De quelles façons notre rapport à la mort s’est-il métamorphosé dans le contexte de la mondialisation et de la médiatisation des dernières décennies ? Comment se dématérialise la sociabilité funèbre, comment se transforme le soin fourni aux cadavres ? Quelle gestion mortuaire, d’ordre politique et symbolique, adopter face aux dépouilles indésirables (attentats-suicides) ou en cas de corps souillés (guerre, génocide) ou absents (migrants) ? Dans une perspective pluridisciplinaire et comparatiste, cet Essentiel d’Hermès aborde la mort comme un phénomène de communication vital qui engage notre rapport à l’altérité et à l’identité“.

La table des matières et la quatrième de couverture sont téléchargeables ci-dessous:

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search