Publication : “Politiques du doute et régimes de vérité à l’ “ère des os”” dans Ethnologie française

Notre collègue Dorothée Delacroix a publié dans le n°178 de la revue “Ethnologie française” (2020/2) “Tracer”, un article intitulé “Politiques du doute et régimes de vérité à l’ “ère des os”. ADN et adoption symbolique des corps récupérés dans les charniers au Pérou et en Espagne“.

Prenant pour objet l’ouverture des charniers de la guerre civile au Pérou et du franquisme en Espagne, cet article interroge le triple enjeu associé à la récupération des restes humains qui sont à la fois objet de revendications politiques, pivot d’une économie affective et pièce d’une économie probatoire. Le travail de terrain réalisé dans les Andes péruviennes et en Navarre montre qu’au-delà de l’objectif de restituer une dignité aux morts et à leurs proches, les exhumations contemporaines contribuent aussi à remettre en question l’identité des corps récupérés, parfois de façon informelle, vingt à quarante ans plus tôt. Des lieux de souvenir, entretenus depuis plusieurs décennies par les familles qui imaginaient détenir là le corps de leur proche, sont ainsi ouverts et « vérifiés » grâce aux nouvelles technologies qui s’appuient notamment sur l’analyse ADN. L’article examine les impacts de cette épreuve de vérité sur la relation intime au parent disparu, sur les positionnements politiques que défendent différents collectifs et différentes personnes, et sur leur rapport même à la citoyenneté dans cette nouvelle configuration bio-scientifique.”

Revue Ethnologie française n°178, 2020/2. sur www.cairn.info/

Delacroix Dorothée, Noûs Camille. « Politiques du doute et régimes de vérité à l’ « ère de de l’os ». ADN et adoption symbolique des corps récupérés dans les charniers au Pérou et en Espagne ». Ethnologie Française n°178, 2020, p. 327-344.

Vous pouvez consultez ici les publications produites dans le cadre du programme Transfunéraire.

La malemort. Deuils, rituels et Covid-19: publié dans les “Carnets de Terrain”

par Laura M. Panizo et Valérie Robin Azevedo.

Illustration par Margarita Cubino.

“Nous ne sommes pas habitué.es à côtoyer des corps en putréfaction sur la voie publique, ni au contact de la mort de masse et invasive. Ou peut-être avons-nous en fait oublié les expériences collectives de cohabitation avec les macchabés issus des guerres, génocides et autres pandémies ? En comparant la mortalité actuelle avec les pandémies du passé, la distance temporelle invite à la prudence quant à l’idée d’exceptionnalité et d’étendue de ce qui nous arrive”.

https://blogterrain.hypotheses.org/15966

Article préalablement publié en espagnol sur le blog de l’IFEA et repris par le site de la revue Anfibia.

Parution de l’ouvrage de Francisco Ferrandiz “Contemporary Ethnographies: Moorings, Methods, and Keys for the Future” (avril 2020)

Le prochain ouvrage de Francisco Ferrandiz est disponible en pré-commande sur le site des éditions Routledge où vous trouverez également une présentation de la table des matières: https://www.routledge.com/Contemporary-Ethnographies-Moorings-Methods-and-Keys-for-the-Future/Ferrandiz/p/book/9780367483838?utm_source=crcpress.com&utm_medium=referral

Contemporary Ethnographies is a call to use ethnography in imaginative ways, adjusting to rapidly evolving social circumstances. It is based on a reflexive and theoretically grounded exploration of the author’s two main research projects – the study of the spiritist possession cult of María Lionza in Venezuela, and the analysis of the contemporary exhumation of Civil War (1936–1939) mass graves in contemporary Spain. Ferrándiz critically reviews the labyrinthine and continuous transforming nature of ethnographic engagement. He defends both the need for methodological rigour and the astounding flexibility of ethnography to adjust in creative ways to shifting realities in a dynamic world – a world in which research scenarios multiply, social actors are on the move (physically or digitally), acts of violence proliferate, new technologies are transforming the experience and perception of human life, and the demand, production, circulation and consumption of knowledge is greatly diversified, overshadowing former well established and more hierarchical patterns of diffusion. The book is conceived of as a historically grounded open debate, providing as many certainties as moments of unpredictability and unresolved dilemmas. It is valuable reading for students and scholars interested in ethnographic methods and anthropological theory.”

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search