Compte-rendu séminaire “Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil”: Alain Epelboin

Alain Epelboin (CNRS, Musée de l’Homme), Docteur en médecine et ethnologue est intervenu dans le séminaire pour présenter ses travaux passés et actuels sur les épidémies d’Ebola et du Covid-19.

Le visionnage du film documentaire « 2003-2007 F. Brunnquell, A. Epelboin & P. Formenty  Ebola, c’est pas une maladie pour rire / Ebola : no laughing matter/ El ebola no es una enfermedad para las risas, Congo. 51 mn 28. Prod. CAPA 2007 » était suggéré pour accompagner cette séance.

Contamination, rituels funéraires et rumeurs lors des épidémies d’Ebola et de Covid contemporains 

Dans la continuité des questionnements soulevés lors de la première séance autour des bouleversements des processus funéraires engendrés par les règles sanitaires imposées lors des épidémies, A. Epelboin a évoqué son expérience en Afrique au moment de l’épidémie Ebola.

L’épidémie a suscité une forte augmentation de la mortalité, qui touchait toutes les catégories d’âge, mais également des tensions sociales. Le modèle culturel local de représentation et d’explication de malheur (associé à l’idée d’épreuve divine, de volonté malfaisante agissant au travers de la sorcellerie) s’opposait aux modèles de représentation bio-médiaux, entrainant des incompréhensions socio-culturelles d’un côté et de l’autre. La rupture dans les normes d’enterrement et l’interdiction dans certains cas des rites funéraires entrainaient des heurts entre soignants et locaux.

Crédit image : CDC Global Health (CC BY 2.0) “Ebola illustration : Safe Burial”

L’une des réponses apportées a été un aménagement des rituels funéraires plutôt que leur interdiction. L’aménagement consiste à trouver des solutions alternatives respectant les normes sanitaires, sans les appliquer avec excès. Ainsi, plutôt que de brûler les biens du mort, en raison de la forte contagiosité du virus, une option possible est de les enterrer avec lui.

Il s’agit également de ne pas interdire la présence de la famille, et de propose des pratiques de substitutions qui articulent l’approche sanitaire et l’approche rituelle : remplacer la traditionnelle ablution à l’eau par une aspersion à l’eau faiblement chlorée par exemple.

Dans un second temps, la présentation a permis de tracer les parallèles entre l’expérience accumulée lors de l’épidémie d’Ebola et la situation actuelle liée au Covid-19. Les réflexions développées se basent notamment sur un important travail de veille internet et de collecte de données menée par A. Epelboin, encore en cours actuellement.

Cette veille a permis de mettre en évidence les transformations engendrées par l’épidémie sur les pratiques funéraires à l’échelle mondiale (usages de lieux non-habituels pour stocker les cercueils, oppositions à l’inhumation, impossibilité d’inhumer dans un lieu choisi,…) et la diversité des pratiques d’adaptation et de résilience mises en œuvre.

Publication : numéro spécial “Hygiène du Cadavre” (revue Histoire, médecine et santé).

Couverture du numéro 16 de la revue Histoire, médecine et santé.

La revue Histoire, médecine et santé, publie un numéro intitulé Hygiène du cadavre, coordonné par note collègue Anne Carol.

Il aborde l’histoire des relations que la médecine entretient avec la mort, dans une approche matérielle et concrète, ainsi que l’histoire du traitement des cadavres, à travers les contributions d’Isabelle Renaudet (Pratiques médicales et sociales autour des corps embaumés dans l’Espagne du XIXe siècle), Martin Robert (Catholiques et médecins face à la crémation funéraire au Québec 1874-1901), Anne Carol (constater la mort sans les médecins?), Julie Rugg (La réforme des funérailles au XIXe siècle en Angleterre, une réévaluation), Rafael Mandressi (Saigner le cadavre: phlébotomie et dissection) et Jean-Marc Dreyfus (Médecine légale, mort de masse et forensic turn).

Nous vous invitons à consulter ce numéro, disponible en libre accès sur Open Editions et à aller (re)voir la séance du séminaire “Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil” où Anne Carol présente une partie de ses recherches concernant l’approvisionnement en corps pour la pratique de la médecine et de la dissection. Ici.

Gaëlle Clavandier dans l’émission “Le virus au carré” sur France Inter (avril 2020)

https://www.franceinter.fr/emissions/le-virus-au-carre/le-virus-au-carre-07-mai-2020

“Le rapport à la mort et au deuil est impacté par la crise sanitaire, d’un point de vue personnel, mais aussi sociologique et anthropologique. Un contexte très particulier qui nous impose de repenser nos rituels funéraires”.


Ré-écoutez cette émission qui aborde la question de l’impossibilité des funérailles et du traitement funéraire des corps durant l’épidémie de Covid-19 en France.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search