Compte-rendu – « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil » : Gaëlle Clavandier

Compte-rendu de la première séance du séminaire, organisée en ligne le 28 septembre 2020. Nous recevions Gaëlle Clavandier, sociologue et anthropologue (Université de St Etienne), coordinatrice du Programme Co-funéraire et membre de Transfunéraire.

Lors de la séance d’ouverture du webinaire « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil », Gaëlle Clavandier a évoqué les recherches menées dans le cadre du programme qu’elle coordonne : CO-FUNERAIRECo-construire une réponse funéraire en contexte de pandémie du Covid-19 (France, Suisse, Italie), ces projets étant soutenus par l’ANR et le FNS.

Mondes funéraires, personnes en deuil et Covid-19

Les premiers résultats ont mis en évidence l’importante variabilité des situations de surmortalité en période de Covid-19 dans les pays concernés (France, Suisse, Italie). Les chiffres nationaux ont tendance à « lisser » les expressions de la crise telle qu’elle est vécue localement, qui sont mieux appréhendées à l’échelle micro.

Les enquêtes menées auprès de l’ensemble des acteurs professionnels (agents de chambre mortuaire, médecins-légistes, opérateurs funéraires, officiers d’état civil, gestionnaire de cimetière, de crématorium) montrent la nécessité de prendre en compte la variabilité dans le temps (épuisement cumulé entre la première vague et la seconde) et l’espace (la contamination par cluster entrainant la saturation localisée des services et établissements).

Les recherches qui sont en train d’être réalisées interrogent les transformations des pratiques funéraires qui sont la conséquence de la crise sanitaire et de la potentielle crise de mortalité. En pesant sur les conditions de travail des professionnels, la crise sanitaire produit des bouleversements funéraires qui ne se limitent pas aux morts du Covid-19 mais impactent tous les morts.

Les contraintes sanitaires et organisationnelles entrainent l’interdiction ou l’évitement de certains gestes funéraires (adieu au corps, toilette funéraire, thanatopraxie), et en réaction, des ajustements de la part des professionnels soit pour contourner les interdits, soit pour les renforcer. Les pratiques évoluent aussi avec les rumeurs ou les informations parfois partielles qui circulent parmi les professionnels et les proches des défunts.

Les questionnements ouverts par le programme sont nombreux et passionnants. Ils soulèvent des enjeux théoriques, mais aussi méthodologiques, notamment la nécessité ou non pour les sciences sociales, dont la démarche de recherche s’inscrit dans le temps long, de prendre la parole au sein de débat public marqué par les fortes attentes suscitées par un sujet d’actualité très médiatisé.

Revoir la présentation sur CanalU

En raison du contexte sanitaire, le séminaire « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil » 2020-2021 est organisé en ligne sur Zoom. Si vous souhaitez assister aux séances ou être inscrit sur la liste de diffusion, envoyez un mail à valerie.robin-azevedo[at]parisdescartes.fr. Le programme des séances à venir est consultable ici.

Parution de l’ouvrage de Francisco Ferrandiz « Contemporary Ethnographies: Moorings, Methods, and Keys for the Future » (avril 2020)

Le prochain ouvrage de Francisco Ferrandiz est disponible en pré-commande sur le site des éditions Routledge où vous trouverez également une présentation de la table des matières: https://www.routledge.com/Contemporary-Ethnographies-Moorings-Methods-and-Keys-for-the-Future/Ferrandiz/p/book/9780367483838?utm_source=crcpress.com&utm_medium=referral

« Contemporary Ethnographies is a call to use ethnography in imaginative ways, adjusting to rapidly evolving social circumstances. It is based on a reflexive and theoretically grounded exploration of the author’s two main research projects – the study of the spiritist possession cult of María Lionza in Venezuela, and the analysis of the contemporary exhumation of Civil War (1936–1939) mass graves in contemporary Spain. Ferrándiz critically reviews the labyrinthine and continuous transforming nature of ethnographic engagement. He defends both the need for methodological rigour and the astounding flexibility of ethnography to adjust in creative ways to shifting realities in a dynamic world – a world in which research scenarios multiply, social actors are on the move (physically or digitally), acts of violence proliferate, new technologies are transforming the experience and perception of human life, and the demand, production, circulation and consumption of knowledge is greatly diversified, overshadowing former well established and more hierarchical patterns of diffusion. The book is conceived of as a historically grounded open debate, providing as many certainties as moments of unpredictability and unresolved dilemmas. It is valuable reading for students and scholars interested in ethnographic methods and anthropological theory. »