Événement scientifique : 3 novembre 2022, Arte restituciones y persistencias: nuevas producciones sobre el conflicto armado interno peruano (Ayacucho)

Le 3 novembre 2022 s’est tenue au Centro Cultural UNSCH d’Ayacucho une journée ayant pour thématique : “𝐀𝐫𝐭𝐞, 𝐫𝐞𝐬𝐭𝐢𝐭𝐮𝐜𝐢𝐨𝐧𝐞𝐬 𝐲 𝐩𝐞𝐫𝐬𝐢𝐬𝐭𝐞𝐧𝐜𝐢𝐚𝐬: 𝐧𝐮𝐞𝐯𝐚𝐬 𝐩𝐫𝐨𝐝𝐮𝐜𝐜𝐢𝐨𝐧𝐞𝐬 𝐬𝐨𝐛𝐫𝐞 𝐞𝐥 𝐜𝐨𝐧𝐟𝐥𝐢𝐜𝐭𝐨 𝐚𝐫𝐦𝐚𝐝𝐨 𝐢𝐧𝐭𝐞𝐫𝐧𝐨 𝐩𝐞𝐫𝐮𝐚𝐧𝐨”.

*14h-14h45 : Projection et échanges autour du court métrage Restitución y entierro de las víctimas del conflicto armado interno peruano (2015-2019) (12min) de Luis Cintora – Projet Transfunéraire, présentation réalisée par Valérie Robin.

*15h – 15h45 : Présentation du projet ‘Warmikuna. Voces, rostros y memorias’ par Tania Romero Barrios (doctorante en études hispaniques et études de genre de l’Université Paris 8).

*16h – 17h45 : Projection et échanges autour du documentaire Cantuta, el arte de la persistencia (56 min). Présentation réalisée par Karen Bernedo, directora y gestora cultural.

*18h-20h : Présentation du livre La violencia que no cesa. Huellas y persistencias del conflicto armado en el Perú contemporáneo en présence des coordinatrices et auteures : Valérie Robin, Tania Romero Barrios et Karen Bernedo. Commentaires et échanges avec : Jefrey Gamarra (UNSCH) y Karen Cárdenas (Taki Warmi).

Compte rendu : Intervention d’Adèle Blazquez dans le Séminaire anthropologie de la violence, de la mort et du deuil

Le lundi 17 octobre 2022, pour la troisième séance du séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil (programme), nous avons eu le plaisir d’accueillir Adèle Blazquez (LAP/CNRS) pour une présentation intitulée « Inscription de la violence dans les rapports de proximité et appréhension problématique des morts à Badiraguato (Sinaloa, Mexique) » qui s’est poursuivie par de riches échanges avec le public.

Adèle Blazquez a centré sa présentation sur le chapitre « Tuer » de l’ouvrage issu de sa thèse « L’aube s’est levée sur un mort ». Violence armée et culture du pavot au Mexique (Éditions du CNRS, coll. « Logiques du désordre », 2022). L’expression « Amaneció un muerto », affirmation dont la traduction sert de titre à sa thèse comme à l’ouvrage, est le point de départ à cette présentation. Partant de cette expression sans verbe, entendue à maintes reprises dans des espaces de sociabilité ordinaire de la commune de Badiraguato, Adèle Blazquez interroge « ce que la violence fait aux rapports sociaux et au contexte » tout autant que la manière dont les habitantes et habitants tentent de se saisir de cette violence pour y donner sens de manière collective.

Pour revoir cette séance, cliquez ici.

Pour retrouver toutes les séances du séminaire ré-écoutable, cliquez ici.

Événement scientifique : Valérie Robin à l’Instituto de Estudios Peruanos (Lima), le 25 octobre à 11h

Le mardi 25 octobre 2022 à 11h00, Valérie Robin présentera une communication intitulée “Matanza de los penales, espacios de muerte y biografías póstumas. Dispersión y reapropiación de cuerpos indeseables en el Perú” qui sera discutée par Dynnik Asencios et José Carlos Agüero. Cet événement se tiendra à l’Instituto de Estudios Peruanos (Horacio Urteaga 694, Jesús María – Lima).

Compte rendu : Intervention d’Anne Yvonne Guillou au séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil

Le lundi 3 octobre 2022, pour la deuxième séance du séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil (programme), nous avons eu le plaisir d’accueillir Anne Yvonne Guillou (CNRS/LESC) pour une présentation intitulée « Mémoires silencieuses du Cambodge ». Articulée autour de la projection du documentaire Untold memories of Cambodia (2019), cette séance s’est poursuivie par des échanges avec sa réalisatrice, Anne Yvonne Guillou.

Le Kampuchéa démocratique (1975-1979), aussi connu sous le nom de régime des Khmers rouges est un régime communiste totalitaire ayant entraîné environ 1,7 million de morts, soit un quart de la population cambodgienne d’alors. Depuis 2007, le Tribunal des Khmers Rouges est mis en place, à Phnom Penh, afin de juger d’anciens dignitaires du régime. Dès la seconde moitié des années 2000, Anne Yvonne Guillou s’intéresse pour sa part aux mémoires non-discursives qui se déploient au Cambodge, notamment au travers des rituels funéraires.

Le documentaire, filmé dans une unité de temps – les quinze jours qui entourent la « Fête des morts » – et une unité de lieu – autour du monastère de Bakan, dans la province de Pursat (ouest du Cambodge) –, dévoile finement les modalités rituelles de la prise en charge de ces morts. La transmission de la mémoire de cette période se laisse alors saisir finement. La restauration symbolique de l’ordre du monde tout autant que celle de la continuité après la rupture khmère rouge se fait visible dans les activités rituelles des habitants et habitantes de cette zone.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search