Compte rendu séminaire “Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil” : Agnès Jeanjan

Professeure au département d’ethnologie de l’université Côte-d’Azur, Agnès Jeanjean est intervenue le 25 janvier 2021 dans le séminaire “Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil”.

Elle y a présenté des réflexions issues de deux enquêtes, la première menée à la morgue du CHU de Nice, auprès des travailleurs hospitaliers, et la seconde portant sur les lieux dédiés aux morts de attentats du 14 juillet 2016 sur la promenade des anglais..

La mort et ses émanations: Mise en perspective de deux recherches menées à Nice avant et après le 14 juillet 2016

A travers ces deux cas, on voit émerger les enjeux autour des lieux marqués par la mort.  Agnès Jeanjean montre et le travail d’invisibilisation, de commémoration ou d’effacement qui est mis en œuvre par les institutions, et le rôle des travailleurs du funéraires, dont l’action discrète ou cachée va participer à gérer les signes de la mort, en les dissimulant, en les rendant acceptables, en opérant un tri entre ce qui relève ou non du déchet.

Dans le cas des agents hospitaliers en charge de la circulation et de la préparation des morts, l’invisibilisation de leur métier au sein de l’hôpital s’inscrit dans les lieux (couloirs et ascenseurs dédiés, pour éviter que les patients ne voient) mais aussi dans les rapports avec les collègues, entrainant le sentiment douloureux d’être “à l’écart”, “abandonnés”.

Leur rapport à leur métier est caractérisé par une maîtrise du dégout et une gestion des affects (il ne faut pas être dégoûté pour faire ce métier, mais pas trop attiré non plus), qui nécessite des stratégies personnelles pour concilier le travail et la vie quotidienne (par exemple en s’investissant dans des activités annexes, hobbies ou travail à côté) pour trouver un équilibre toujours à conquérir.

Credit image : Sue Vergnes CC BY-NC-SA

Le travail auprès des morts comporte aussi un aspect symbolique qui consiste à contrer l’abandon dont ils peuvent être l’objet (de la part des vivants), pour faire en sorte que le cadavre ne devienne pas déchet, ce dont il a toujours le potentiel.

Le travail sur les suites de l’attentat du 14 juillet 2016 à Nice sur la promenade des Anglais mené par Agnès Jeanjean, Frederic Vinot et Karine Emsellem est pluridisciplinaire (géographie/anthropologie/psychologie clinique) et interroge la façon dont les usages d’un territoire « font avec » la perte et comment cette dernière transforme les territoires eux-mêmes.  L’approche se veut structuraliste, attentive à la fonction symbolique, et au redoublement de la perte induit par les remises en ordre de l’espace, l’effacement et la production de nouvelles traces. Deux objets ont été plus particulièrement abordés : le sort des mémoriaux de fortune et le réaménagement sécuritaire de la promenade.

Retrouvez sur la page du séminaire le programme des séances passées et à venir, ainsi que les autres compte-rendus et les vidéos de certaines séances.

Agnès Jeanjean et Cyrile Laudanski. “Comment ‘y mettre les mains’? Les travailleurs du funéraire face à la manipulation des corps morts“, Techniques & Cultures n°60 “Le cadavre en procès”. 2013.