Reprise du séminaire “Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil”

Ce lundi 28 septembre 2020, Gaëlle Clavandier sera la première intervenante du séminaire “Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil 2020/2021“, coordonné par Valérie Robin Azevedo, avec Elisabeth Anstett et Clara Duterme.

Le programme du séminaire est disponible ici.

En raison des conditions sanitaires, les séances auront lieu en “Webinaire” sur Zoom. Les personnes souhaitant assister aux séances peuvent demander le lien par mail à valerie.robin-azevedo[at]parisdescartes.fr

Mondes funéraires, personnes en deuil et Covid-19” .

Gaëlle Clavandier (Université de Saint-Etienne, Centre Max Weber). 28 septembre 2020, 10h45-12h45.

Démarrage du Programme de recherche Co-Funéraire

Face aux transformations du système funéraire induites par la pandémie du Covid-19 en Europe, le programme de recherche “Co-construire une réponse funéraire en contexte de pandémie de Covid-19” qui démarre cette année vise à documenter ces aménagements et leurs impacts.

L’étude porte sur le France, la Suisse et l’Italie et s’intéressera non seulement à la situation de crise mais également la sortie de crise et les mois qui suivront.

La présentation du programme et l’avancée des recherches peuvent être consultées sur le blog :

Parution de l’ouvrage dirigé par Valérie Robin Azevedo “[Im]matérialités de la mort” (février 2020)

Nous avons le plaisir de relayer l’annonce de la parution de l’ouvrage collectif coordonné par Valérie Robin Azevedo : [Im]matérialités de la mort, qui vient de sortir en poche dans la collection des Essentiels d’Hermès, CNRS éditions, 2020.

De nouvelles pratiques funéraires, entre réel et virtuel, marquent ce début de XXIe siècle. À l’heure des éternités numériques, un nouveau champ d’expression du mourir surgit et le lien avec les défunts se pérennise et se modifie. De quelles façons notre rapport à la mort s’est-il métamorphosé dans le contexte de la mondialisation et de la médiatisation des dernières décennies ? Comment se dématérialise la sociabilité funèbre, comment se transforme le soin fourni aux cadavres ? Quelle gestion mortuaire, d’ordre politique et symbolique, adopter face aux dépouilles indésirables (attentats-suicides) ou en cas de corps souillés (guerre, génocide) ou absents (migrants) ? Dans une perspective pluridisciplinaire et comparatiste, cet Essentiel d’Hermès aborde la mort comme un phénomène de communication vital qui engage notre rapport à l’altérité et à l’identité“.

La table des matières et la quatrième de couverture sont téléchargeables ci-dessous:

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search