Colloque du programme Transfunéraire : “Les funérailles font-elles la paix ? / ¿Consiguen la paz los funerales?”, 15 et 16 juin 2023, Casa de Velázquez (Madrid)

Le colloque de clôture du programme Transfunéraire (2020-2023) “Les funérailles font-elles la paix ? Approches pluridisciplinaires de réinhumations collectives en contextes de mort de masse (XXe et XXIe siècles)“, se déroulera les 15 et 16 juin 2023 à la Casa de Velázquez, Madrid.

Nous tenterons d’organiser un mode hybride ; pour obtenir le lien, merci de contacter Anélie Prudor : anelie.prudor@univ-amu.fr.

El coloquio de clausura del programa Transfunerario (2020-2023) “¿Consiguen la paz los funerales? Enfoques multidisciplinarios sobre entierros colectivos en contextos de muerte masiva (siglos XX-XXI)” se celebrará los días 15 y 16 de junio de 2023 en la Casa de Velázquez, Madrid.

Vous pouvez télécharger le programme ici / El programa se puede descargar aquí

Ce colloque international constitue l’évènement scientifique de clôture du programme de recherche Transfunéraire financé par l’ANR de 2020 à 2023. Ce programme visait à étudier les fonctions symboliques et sociales assignées aux, et assumées par, les funérailles collectives dans les contextes contemporains marqués par la violence extrême ou des crises de mortalité. En analysant de façon comparative des inhumations collectives conduites en Europe et en Amérique Latine, il s’agissait de comprendre dans quelle mesure les funérailles constituaient un des ressorts de la résilience des sociétés marquées par la mort de masse au XXe siècle. Au-delà d’une interrogation sur les modalités et les enjeux de ces rituels intégrant un questionnement sur l’impact des exhumations, désormais incontournables dans tous ces contextes, notre objectif était de mieux saisir les transformations à l’œuvre dans le champ du funéraire. Prévu sur deux journées, ce colloque sera l’occasion de présenter les études qui ont été conduites dans le cadre du programme, de dialoguer avec des collègues espagnols (de Valence, Madrid et du Pays Basque) autour des cas européens et latino-américains, et d’ouvrir la réflexion sur un horizon comparatif plus large incluant les transformations des pratiques funéraires en contextes de violences de masse en Asie et Afrique.

Este coloquio internacional es el evento científico de clausura del programa de investigación Transfunerario, financiado por la ANR de 2020 a 2023. Este programa tenía como objetivos estudiar las funciones simbólicas y sociales asignadas a, y asumidas por, los funerales colectivos en contextos contemporáneos marcados por la violencia extrema o por crisis de mortalidad. Mediante el análisis comparativo de las inhumaciones colectivas en Europa y América Latina, el objetivo era comprender en qué medida los funerales actuaron como uno de los principales resortes de la resiliencia de las sociedades marcadas por la muerte masiva en el siglo XX. Además de examinar las modalidades y los retos que plantean estos rituales, incluyendo un cuestionamiento sobre el impacto de las exhumaciones, que se volvieron ineludibles en estos contextos, nuestro objetivo era entender mejor las transformaciones en curso en el ámbito funerario. este coloquio, que se desarrollará durante dos días, será la oportunidad para exponer los estudios realizados en el marco del programa, dialogar con colegas españoles (de Valencia, Madrid y del País Vasco) sobre casos europeos y latinoamericanos, y abrir la reflexión sobre un horizonte comparativo más amplio que incluya las transformaciones de las prácticas funerarias en contextos de violencia de masas en Asia y África.

Appel à communications : “La mort : écriture plurielle d’une géographie de la vie”, colloque pluridisciplinaire de la Société Camerounaise de géographie (Yaoundé, Cameroun, 13-15 novembre 2024)


La Société Camerounaise de Géographie lance un appel à communications pour son colloque pluridisciplinaire : “La mort : écriture plurielle d’une géographie de la vie” qui se déroulera les 13, 14 et 15 novembre 2024 à Yaoundé (Cameroun).

Retrouvez la présentation détaillée et les modalités de soumission dans le document à télécharger ci-après.

Les propositions sont à envoyer par courriel à cameroon.geographic.society@gmail.com avant le 30 juin 2023. Chaque proposition, d’un maximum de 400 mots, en français ou en anglais, doit préciser :

  • Le titre de la communication (concis, précis, explicite et accrocheur) ;
  • Noms, prénoms et coordonnées du ou des auteurs ;
  • L’indication de l’axe thématique visé ;
  • Le résumé retraçant l’objectif de la recherche, l’originalité du sujet, la méthode, les résultats
  • obtenus ou attendus
  • Cinq à six mots-clés explicites, en lexèmes simples ou composés.

Quand la géographie s’associe à d’autres sciences pour investiguer un phénomène transcendant

En optant pour la refondation de la géographie au Cameroun et en Afrique, la Société Camerounaise de Géographie (SCG) a fait le choix d’une iconoclastie sapientiale et heuristique raisonnée. Cela suppose non seulement de sortir des sentiers battus, pour en édifier de nouveaux autres, mais aussi de s’attaquer à des thématiques innovantes ou jusqu’ici contournées ou évitées, du fait de leur nature ou de la sensibilité et de la délicatesse qui les caractérisent. C’est le cas de la mort, que le deuxième colloque de la SCG se propose de disséquer et dépiécer sous toutes ses coutures, aux fins de la simplifier et de la magnifier, en lui reconnaissant la place prépondérante qui est la sienne, mais qu’on peine à lui témoigner, du fait de la peur et des émotions somme toute compréhensibles qu’elle suscite.
Si la naissance et l’existence sont des probabilités, la mort est une certitude absolue pour tout ce qui nait ou vit, sans le moins du monde concerner tout ce qui est mort, en dehors des représentations que les vivants en font. On peut donc dire que c’est la mort qui régule la vie : on vit pour (bien) mourir, comme les vivants se servent de la mort pour réguler et magnifier la vie. Il y a toute une économie, toute une géographie, toute une psychologie, toute une sociologie de la mort, qu’on expérimente tous les jours, etc. Or, il n’y a rien qui soit aussi négligé que la mort. On fait très peu cas des voies qui y conduisent, jusqu’à ce qu’on y arrive ; on fait peu cas des morts dans la planification des territoires des vivants ; on n’y pense généralement pas, jusqu’au jour où elle s’impose à nous, etc.

Or, la mort fait partie des thématiques qui témoignent de la position de la géographique à la jonction de beaucoup d’autres sciences, en ce que la réflexion autour de son objet fait intervenir aussi bien la démographie (pour les aspects- statistiques) ; l’aménagement (pour la gestion du passage des aléas aux catastrophes, la planification et la gestion des espaces mortuaires) ; la médecine et la pharmacologie (dans le processus de prévention, de freinage et d’accompagnement des candidats à la mort) ; le droit (dans l’encadrement du contentieux mortuaire et des successions post-mortem) ; la socioanthropologie (pour l’étude des perceptions et représentations, les rites et toute la batterie des liens sociaux, ainsi que le maintien du cordon villes-campagnes à travers les obsèques et les funérailles) ; l’économie (par égard à toute cette finance que génère la mort), etc.

Par ailleurs, la mort a servi d’instrument, de support ou de présupposé à de grands courants philosophiques, événements d’envergure internationale, et autres branches de savoirs, compte non tenu de la moralité qui y est véhiculée. C’est le cas du malthusianisme, du natalisme, de l’eugénisme, des génocides, de l’eschatologie, des grandes épidémies et endémies, etc. Elle a ouvert la voie à tant et tant de recompositions territoriales, sociales et institutionnelles, conduisant même, dans certains cas, au remodelage de la physionomie du monde. L’étude de la mort, en science historique et notamment par le biais de l’archéologie, a permis de dénouer bien des énigmes civilisationnelles, et d’établir des liens sécurisés et homologués, entre les générations millénaires, centenaires et contemporaines.
C’est donc autour de cette thématique révolutionnaire, parce que depuis toujours crainte,
contournée ou divertie, que va s’organiser le colloque de Novembre 2024 de la Société Camerounaise de Géographie (SCG). Ce qui précède annonce clairement qu’une telle thématique ne peut se conduire que dans le cadre de la transdisciplinarité et de la pluridisciplinarité, qui sont les maîtres-mots de la nouvelle géographie, dont le carrefour des sciences est, en l’état actuel des connaissances, la meilleure définition. Voici, du reste, les différents axes en direction desquels les chercheurs peuvent proposer leurs contributions.

  • Axe 1 : La mort : quand la géographie sonde et dissèque un phénomène transcendant
  • Axe 2 : Philosophie et socio-anthropologie de la mort
  • Axe 3 : Les sciences biomédicales et la mort
  • Axe 4 : L’économie de la mort
  • Axe 5 : Le droit et la mort
  • Axe 6 : La mort dans le temps : question d’histoire(s)
  • Axe 7 : En mémoire de nos collègues disparus
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search