Programme séminaire « Histoire et anthropologie de la mort »

Mercredi 17 mars 2021 aura lieu la première séance du séminaire inter-laboratoires « Histoire et anthropologie de la mort » (ADES, Telemme, Aix-Marseille Université) coordonné par Anne Carol et Elisabeth Anstett.

Le séminaire s’ouvre sur une double séance (de 10h à 12h, et de 14h à 16h) consacrée aux Cadavres dangereux, et au sein de laquelle interviendront Régis Bertrand (historien, AMU-Telemme) et Sébastien Boret (anthropologue social, Tohoku University, Japon, associé ADES), puis Diego Carnevale (historien, Université de Naples Federico II, associé Telemme) et Gaëlle Clavandier (sociologue, Université de Saint-Etienne, associée ADES).

Trois chercheurs stagiaires rejoignent le programme Transfunéraire

Notre programme de recherche accueille en ce début d’année trois stagiaires, étudiants de master en anthropologie sociale et anthropologie médico-légale.

Réunion accueil des stagiaires, Duly, Anstett, Robin Azevedo, Gomez, Podesta

Nous sommes très heureux de les compter parmi nous et souhaitons la bienvenue aux nouveaux membres de l’équipe:

Sora Duly (Université d’Aix-Marseille, anthropologie médico-légale), dont le travail sur le cas bosniaque vient renforcer la partie « Europe » de notre programme de recherche.

Thierry Gomez (Université de Paris, anthropologie sociale), dont le travail sur cas péruvien vient renforcer la partie « Amérique latine » de notre programme de recherche

Miguel Podestá (Université de Paris, anthropologie sociale), dont le travail sur les cas péruvien et guatémaltèque vient renforcer la partie « Amérique latine » de notre programme de recherche.

La réunion d’accueil des stagiaires à eu le 02 mars 2021 à l’université de Paris.

Images de terrain : Juan Pablo Aranguren, Colombie

Foto JP Aranguren. Colombia.

Version française ci-dessous

Hornos crematorios de Juan Frío en Villa del Rosario, Norte de Santander (frontera entre Colombia y Venezuela). Los hornos, originalmente trapiches de caña, fueron adaptados por los grupos paramilitares para incinerar cuerpos de personas desaparecidas que previamente habían sido inhumadas en fosas comunes.

Los hornos funcionaron entre 2001 y 2003 y fueron creados por los paramilitares para evitar que las fosas comunes en las que yacían miles de cuerpos de sus masacres en la región, les fuesen atribuidas en el marco de su negociación con el gobierno nacional. Posteriormente, los paramilitares también empezaron a llevar personas vivas.

Aunque en la zona había rastros de ropa y objetos, los hornos no fueron materia de investigación forense de forma oportuna y mucha de la evidencia fue desaparecida. Ni siquiera las cenizas fueron preservadas pues los paramilitares las arrojaron al río Táchira.

La comunidad de Juan Frío busca resignificar este espacio a través de iniciativas de memoria y conmemoración, sin embargo, esta zona no es de tránsito libre ni una zona segura para que estas iniciativas se puedan realizar.


Fours crématoires de Juan Frío à Villa del Rosario au nord de Santander (à la frontière entre la Colombie et le Vénézuela). Les fours sont à l’origine des machines pour extraire la cane à sucre, qui ont été adaptés par les groupes paramilitaires pour incinérer les corps des personnes disparues, auparavant enterrées dans des fosses communes.

Les fours ont fonctionné entre 2001 et 2003. Ils ont été créé par les paramilitaires pour se débarrasser des milliers de corps issus des massacres commis par eux, qui gisaient dans des fosses communes, pour éviter qu’on les remarque au moment des négociations avec le gouvernement national. Par la suite, les paramilitaires ont commencé à y amener des personnes vivantes.

Bien qu’on ait trouvé dans la région des traces de vêtements et d’objets, les fours n’ont pas été l’objet d’une enquête médico-légale et beaucoup des preuves ont disparu. Les groupes paramilitaires se sont débarrassés y compris des cendres, qu’ils jetaient dans la rivière Táchira.

La communauté de Juan Frío cherche aujourd’hui à re-signifier ce lieu par des initiatives mémorielles et commémoratives. Toutefois, ces initiatives sont rendues très difficiles par le fait que le passage dans la zone en question n’est ni libre ni sûr.

« Écran noir » pour le séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil ce lundi 16/11/2020

Image créée par Fred Sochard

A l’instar de la majeure partie de la communauté universitaire française, nous avons décidé de participer au mouvement unitaire de contestation de la loi de programmation de la recherche (LPR), loi dont l’esprit et les clauses sont désastreuses pour l’université et la recherche et, au-delà, constitue une menace contre la société démocratique elle-même.
Si vous n’avez pas suivi cet ultime épisode qui scelle le démantèlement du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche, vous pouvez consulter, entre autres, les articles suivants :
https://universiteouverte.org/2020/11/13/operation-ecrans-noirs/https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/11/13/ecrans-noirs-premiere-greve-en-ligne-des-enseignants-chercheurs_6059663_3224.html
https://blogs.mediapart.fr/pascal-maillard/blog/121120/operation-ecrans-noirs-dans-toutes-les-universites
https://f2l.retzien.fr/dl/1606564881-56/lppr-diaporama_pour_etudiantsnov20.pptx

Notre séminaire « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil » de ce lundi 16 novembre cèdera donc la place à un « écran noir » pour signifier notre opposition à l’adoption de cette loi par le Parlement puis le Sénat dans les jours à venir.
Néanmoins, pour ne pas perdre l’opportunité d’écouter notre collègue Agnès Jeanjean, et afin de poursuivre notre mission première, à savoir la production et la diffusion des savoirs auprès des étudiants, dans le respect des libertés académiques et sans censure, la séance initialement prévue sera reportée à janvier.
Bien cordialement,
Valérie Robin Azevedo, Elisabeth Anstett, Clara Duterme