Compte rendu : Intervention d’Adèle Blazquez dans le Séminaire anthropologie de la violence, de la mort et du deuil

Le lundi 17 octobre 2022, pour la troisième séance du séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil (programme), nous avons eu le plaisir d’accueillir Adèle Blazquez (LAP/CNRS) pour une présentation intitulée « Inscription de la violence dans les rapports de proximité et appréhension problématique des morts à Badiraguato (Sinaloa, Mexique) » qui s’est poursuivie par de riches échanges avec le public.

Adèle Blazquez a centré sa présentation sur le chapitre « Tuer » de l’ouvrage issu de sa thèse « L’aube s’est levée sur un mort ». Violence armée et culture du pavot au Mexique (Éditions du CNRS, coll. « Logiques du désordre », 2022). L’expression « Amaneció un muerto », affirmation dont la traduction sert de titre à sa thèse comme à l’ouvrage, est le point de départ à cette présentation. Partant de cette expression sans verbe, entendue à maintes reprises dans des espaces de sociabilité ordinaire de la commune de Badiraguato, Adèle Blazquez interroge « ce que la violence fait aux rapports sociaux et au contexte » tout autant que la manière dont les habitantes et habitants tentent de se saisir de cette violence pour y donner sens de manière collective.

La captation vidéo de cette séance sera prochainement accessible en ligne.

Pour retrouver toutes les séances du séminaire ré-écoutable, cliquez ici.

Compte rendu : Intervention de Luba Jurgenson au séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil

Le lundi 19 septembre 2022, pour la séance inaugurale du séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil de l’année 2022-2023 (programme), nous avons eu le plaisir d’accueillir Luba Jurgenson (Paris Sorbonne, EUR’Orbem) pour une présentation intitulée « Lieux hantés : traces des violences de masse dans le paysage » qui s’est poursuivie par des échanges avec les participantes et participants.

La présentation de Luba Jurgenson nous amène à nous interroger sur le lien entre paysage, violences de masse et mémoire. Partant des interrogations générées par son ressenti lorsqu’elle s’est rendue à la Kolyma pour faire l’expérience de ce lieu notamment décrit par Varlam Chalamov (se référer à Récits de la Kolyma), Luba Jurgenson revient sur le hiatus entre la dimension esthétique et la question éthique qui entourent certains paysages. Elle nous propose alors une réflexion stimulante sur ce qu’est, ce que comporte, ce que recouvre aussi parfois le paysage.

Pour revoir cette séance, cliquez ici.

Pour retrouver toutes les séances du séminaire ré-écoutable, cliquez ici.

Compte rendu : Intervention d’Anne Yvonne Guillou au séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil

Le lundi 3 octobre 2022, pour la deuxième séance du séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil (programme), nous avons eu le plaisir d’accueillir Anne Yvonne Guillou (CNRS/LESC) pour une présentation intitulée « Mémoires silencieuses du Cambodge ». Articulée autour de la projection du documentaire Untold memories of Cambodia (2019), cette séance s’est poursuivie par des échanges avec sa réalisatrice, Anne Yvonne Guillou.

Le Kampuchéa démocratique (1975-1979), aussi connu sous le nom de régime des Khmers rouges est un régime communiste totalitaire ayant entraîné environ 1,7 million de morts, soit un quart de la population cambodgienne d’alors. Depuis 2007, le Tribunal des Khmers Rouges est mis en place, à Phnom Penh, afin de juger d’anciens dignitaires du régime. Dès la seconde moitié des années 2000, Anne Yvonne Guillou s’intéresse pour sa part aux mémoires non-discursives qui se déploient au Cambodge, notamment au travers des rituels funéraires.

Le documentaire, filmé dans une unité de temps – les quinze jours qui entourent la « Fête des morts » – et une unité de lieu – autour du monastère de Bakan, dans la province de Pursat (ouest du Cambodge) –, dévoile finement les modalités rituelles de la prise en charge de ces morts. La transmission de la mémoire de cette période se laisse alors saisir finement. La restauration symbolique de l’ordre du monde tout autant que celle de la continuité après la rupture khmère rouge se fait visible dans les activités rituelles des habitants et habitantes de cette zone.

Intervention de Magali Demanget au séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil, en ligne.

Il est à présent possible de ré-écouter l’intervention donnée par Magali Demanget (MCF en ethnologie à l’Université Paul Valéry Montpellier 3) en janvier 2022 au séminaire AVMD.

Intitulée “Qui sont les disparus de la fête des morts ? Patrimoine immatériel et violence dans un « village magique » au Mexique“, sa communication interroge la place des morts et des disparus au moment de la fête des morts, dans un Mexique marqué par les violences associées à la “guerre contre le narcotraffic”. A partir de l’exemple du village de Huautla, labellisé “village magique”, elle analyse comment la fête des mort est investie par les institutions d’État comme un symbole de mexicanité, associée à un imaginaire touristique joyeux et à une familiarité ancestrale avec la mort. Cependant, cette relation à la fête des morts comme patrimoine immatériel vient se confronter à la présence invisible des morts produits par la situation de violence extrême et l’absence des “disparus”.

ré-écouter l’intervention de Magali Demanget

Illustration : Hello Angel Creative CC BY-NC-SA

Pour retrouver toutes les séances du séminaire ré-écoutable, cliquez ici.

Magali Demanget, “Une périlleuse commensalité pour séparer le mort des vivants. Rituels funéraires et déréglements corporels en pays mazatèque (Mexique)” Corps, 2012, p. 85-93.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search