Compte-rendu de mission : Galia Valtchinova (Bulgarie et Grèce)

Galia Valtchinova, Professeure d’anthropologie sociale et historique à l’université de Toulouse Jean Jaurès, a mené en juillet et août 2020 une mission de recherche en Grèce et en Bulgarie, dans le cadre du programme Transfunéraire.

En Bulgarie, elle a notamment fait des recherches dans les archives et mené des enquêtes sur le terrain, portant sur l’identification et l’exhumation de fosses communes de victimes du communisme (automne de 1944) qui ont donné lieu à différents types de ritualisations funéraires et commémoratives. 

Crédit photo: G. Valtchinova

Le travail de terrain a été réparti entre trois constellations de sites : la ville de Bansko avec trois villages les plus proches ; Vidin et le village de Makresh ; la capitale Sofia (sur deux sites différents).

La première constellation correspond au ‘bassin’ d’appartenance (lieux de naissance et/ou d’activité) d’où vient un premier contingent (une quarantaine) de victimes des répression communistes de fin septembre/début octobre 1944, dont les restes furent identifiés dans la fosse commune exhumée en avril 1990 et ré-inhumés dans le cimetière de Bansko, à l’issue d’une cérémonie religieuse, en août 1990.

La deuxième constellation correspond à un autre contingent de victimes de la répression communiste de la même période dont l’exhumation et même la commémoration sur le site fut empêchée ; sans identification ni traitement « dignifiant » des restes humaines, l’érection d’un mémorial à la gloire de ces victimes dans le centre régional (Vidin) demeure toujours une source de conflits mémoriels.

Enfin, la constellation de « la capitale Sofia » correspond à une recherche sur la ritualité mise en place autour du « Mémorial national des victimes du communisme », en lieu central, ainsi qu’aux débats autour de l’exhumation (toujours non réalisée) d’une fosse commune localisée au cimetière central, présumée contenir les restes des victimes les plus illustres du « Tribunal du Peuple » (fin 1944-février 1945).

Le travail d’archive a permis de démontrer que l’ouverture de fosses communes contenant des victimes du communisme s’inscrit dans la mobilisation politique de la première vague de démocratisation du pays (avril-mai 1990) après la chute du régime Zhivkov (novembre 1989). Initiées par l’Union des forces démocratiques, les exhumations – dont plusieurs menées en dehors de tout cadre médico-légal – furent censées produire des preuves pour faire basculer le discours d’héroïsation du communisme jusqu’alors dominant vers un discours accusatoire.

Elle a fait le constat que dans les faits, peu d’exhumations de cette époque furent suivies de ré-inhumations ou autre forme de dignification des victimes ; étant la référence pour ce cas de figure, la ré-inhumation collective selon le rituel religieux à Bansko reste une exception. Dans certains contextes, la volonté de « pacifier » les mémoires locales s’accompagne d’un discours opposant victimes du communisme à celles (communistes et de gauche) du fascisme et l’appel à dépasser ce clivage ; dans un cas (Vidin-Makresh), l’effort de faire cohabiter les deux mémoires a abouti à l’appel à suivre l’« exemple espagnol » d’un mémorial commun du type Valle de los Caidos.

L’exhumation de fosses communes étant dès le départ inscrite dans le clivage politique majeur du postcommunisme, les tensions restent vives et 30 ans plus tard et il est toujours difficile d’enquêter dessus. La quasi-totalité des témoignages vient des familles concernées, du cercle (de plus en plus restreint) des acteurs de ces exhumations et des activistes des partis anticommunistes

En Grèce, Galia Valtchinova a choisi de travailler dans le nord-ouest du pays, une région majoritairement peuplée de slavophones. Ici, c’est la configuration opposée qui est explorée, à savoir le traitement des victimes de la Guerre civile grecque (1946-1949) associées au ‘camp’ du Parti communiste. Il s’est plus spécialement agi d’étudier les mémoires, les silences et les actions entreprises autour de la fosse commune près de la ville de Florina abritant les restes des combattants de l’Armée Démocratique Hellénique (DSE) tombés dans la célèbre bataille de Florina (février 1949).

Considérée comme l’une des plus importantes en Europe, cette fosse commune, toujours non exhumée, est devenue depuis 2016 un lieu de mémoire à connotation partisane et en opposition au tout proche cimetière militaire abritant les restes des soldats de l’armée gouvernementale tombés dans la bataille, tous dûment identifiés. Enquêter sur la question qui s’est posée d’emblée – à savoir, l’absence d’une exhumation, fit émerger plusieurs interrogations portant sur le caractère irréconciliable des mémoires plurielles et leur régime de vérité. Des questions sur le statut actuel de la terre/ du terrain identifié comme lieu de massacre se posent également, et ce de manière incontournable. Il s’est avéré que même en l’absence d’exhumation, la pose d’un statuaire monumental qui marque désormais le site et des noms de victimes sur plaques en marbre est perçue comme une sorte de ‘dignification’. Enfin, on s’interroge sur les multiples références mobilisées dans le statuaire ainsi que sur la fréquence des commémorations (après l’acte inaugural de 2016) et leurs enjeux.

Ces recherches mettent en évidence tout d’abord la présence de « mémoires incompatibles » entre les victimes communistes et les victimes du communisme, et ce dans les deux pays voisins qui n’ont pourtant pas connu le même régime politique après la 2e guerre mondiale. Elles montrent, ensuite, que les ré-inhumations (collectives, production de monuments portant les noms des victimes) ne font pas l’objet du même processus de publicisation et sont souvent absentes ; ces exhumations sans ré-inhumation ouvre un questionnement sur l’usage et l’adéquation des termes « exhumations » et « ré-inhumation ».« 

Ces recherches suggèrent que le travail sur les conflits mémoriels tout comme les ritualités commémoratives peuvent se déployer en grande partie ou entièrement en dehors des séquences d’exhumation et de ré-inhumation collective des victimes de violence de masse. L’absence ou l’omission de ces séquences – vues comme centrales et comme la condition sine qua non du processus de pacification des sociétés ayant connu des conflits et divisions profondes – est une interrogation majeure à l’issue de ce travail.

G. Valtchinova. 2021.

Enregistrement de la séance 7 du séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil avec Agnès Jeanjean en ligne.

Il est à présent possible de ré-écouter l’enregistrement de l’intervention de Agnès Jeanjean (professeur à l’université de Côte d’Azur) lors de la septième séance du séminaire « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil ».

Agnès Jeanjean, 25 janvier 2021 : « La mort et ses émanations. Mise en perspective de deux recherches menées à Nice avant et après le 14 juillet 2016« .

Pour ré-écouter les autres séances, cliquez ici.

Compte-rendu séminaire « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil »: Alain Epelboin

Alain Epelboin (CNRS, Musée de l’Homme), Docteur en médecine et ethnologue est intervenu dans le séminaire pour présenter ses travaux passés et actuels sur les épidémies d’Ebola et du Covid-19.

Le visionnage du film documentaire « 2003-2007 F. Brunnquell, A. Epelboin & P. Formenty  Ebola, c’est pas une maladie pour rire / Ebola : no laughing matter/ El ebola no es una enfermedad para las risas, Congo. 51 mn 28. Prod. CAPA 2007 » était suggéré pour accompagner cette séance.

Contamination, rituels funéraires et rumeurs lors des épidémies d’Ebola et de Covid contemporains 

Dans la continuité des questionnements soulevés lors de la première séance autour des bouleversements des processus funéraires engendrés par les règles sanitaires imposées lors des épidémies, A. Epelboin a évoqué son expérience en Afrique au moment de l’épidémie Ebola.

L’épidémie a suscité une forte augmentation de la mortalité, qui touchait toutes les catégories d’âge, mais également des tensions sociales. Le modèle culturel local de représentation et d’explication de malheur (associé à l’idée d’épreuve divine, de volonté malfaisante agissant au travers de la sorcellerie) s’opposait aux modèles de représentation bio-médiaux, entrainant des incompréhensions socio-culturelles d’un côté et de l’autre. La rupture dans les normes d’enterrement et l’interdiction dans certains cas des rites funéraires entrainaient des heurts entre soignants et locaux.

Crédit image : CDC Global Health (CC BY 2.0) « Ebola illustration : Safe Burial »

L’une des réponses apportées a été un aménagement des rituels funéraires plutôt que leur interdiction. L’aménagement consiste à trouver des solutions alternatives respectant les normes sanitaires, sans les appliquer avec excès. Ainsi, plutôt que de brûler les biens du mort, en raison de la forte contagiosité du virus, une option possible est de les enterrer avec lui.

Il s’agit également de ne pas interdire la présence de la famille, et de propose des pratiques de substitutions qui articulent l’approche sanitaire et l’approche rituelle : remplacer la traditionnelle ablution à l’eau par une aspersion à l’eau faiblement chlorée par exemple.

Dans un second temps, la présentation a permis de tracer les parallèles entre l’expérience accumulée lors de l’épidémie d’Ebola et la situation actuelle liée au Covid-19. Les réflexions développées se basent notamment sur un important travail de veille internet et de collecte de données menée par A. Epelboin, encore en cours actuellement.

Cette veille a permis de mettre en évidence les transformations engendrées par l’épidémie sur les pratiques funéraires à l’échelle mondiale (usages de lieux non-habituels pour stocker les cercueils, oppositions à l’inhumation, impossibilité d’inhumer dans un lieu choisi,…) et la diversité des pratiques d’adaptation et de résilience mises en œuvre.

Compte rendu séminaire « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil » : Agnès Jeanjan

Professeure au département d’ethnologie de l’université Côte-d’Azur, Agnès Jeanjean est intervenue le 25 janvier 2021 dans le séminaire « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil ».

Elle y a présenté des réflexions issues de deux enquêtes, la première menée à la morgue du CHU de Nice, auprès des travailleurs hospitaliers, et la seconde portant sur les lieux dédiés aux morts de attentats du 14 juillet 2016 sur la promenade des anglais..

La mort et ses émanations: Mise en perspective de deux recherches menées à Nice avant et après le 14 juillet 2016

A travers ces deux cas, on voit émerger les enjeux autour des lieux marqués par la mort.  Agnès Jeanjean montre et le travail d’invisibilisation, de commémoration ou d’effacement qui est mis en œuvre par les institutions, et le rôle des travailleurs du funéraires, dont l’action discrète ou cachée va participer à gérer les signes de la mort, en les dissimulant, en les rendant acceptables, en opérant un tri entre ce qui relève ou non du déchet.

Dans le cas des agents hospitaliers en charge de la circulation et de la préparation des morts, l’invisibilisation de leur métier au sein de l’hôpital s’inscrit dans les lieux (couloirs et ascenseurs dédiés, pour éviter que les patients ne voient) mais aussi dans les rapports avec les collègues, entrainant le sentiment douloureux d’être « à l’écart », « abandonnés ».

Leur rapport à leur métier est caractérisé par une maîtrise du dégout et une gestion des affects (il ne faut pas être dégoûté pour faire ce métier, mais pas trop attiré non plus), qui nécessite des stratégies personnelles pour concilier le travail et la vie quotidienne (par exemple en s’investissant dans des activités annexes, hobbies ou travail à côté) pour trouver un équilibre toujours à conquérir.

Credit image : Sue Vergnes CC BY-NC-SA

Le travail auprès des morts comporte aussi un aspect symbolique qui consiste à contrer l’abandon dont ils peuvent être l’objet (de la part des vivants), pour faire en sorte que le cadavre ne devienne pas déchet, ce dont il a toujours le potentiel.

Le travail sur les suites de l’attentat du 14 juillet 2016 à Nice sur la promenade des Anglais mené par Agnès Jeanjean, Frederic Vinot et Karine Emsellem est pluridisciplinaire (géographie/anthropologie/psychologie clinique) et interroge la façon dont les usages d’un territoire « font avec » la perte et comment cette dernière transforme les territoires eux-mêmes.  L’approche se veut structuraliste, attentive à la fonction symbolique, et au redoublement de la perte induit par les remises en ordre de l’espace, l’effacement et la production de nouvelles traces. Deux objets ont été plus particulièrement abordés : le sort des mémoriaux de fortune et le réaménagement sécuritaire de la promenade.

Retrouvez sur la page du séminaire le programme des séances passées et à venir, ainsi que les autres compte-rendus et les vidéos de certaines séances.

Agnès Jeanjean et Cyrile Laudanski. « Comment ‘y mettre les mains’? Les travailleurs du funéraire face à la manipulation des corps morts« , Techniques & Cultures n°60 « Le cadavre en procès ». 2013.