Compte-rendu de mission : Galia Valtchinova (Bulgarie et Grèce)

Galia Valtchinova, Professeure d’anthropologie sociale et historique à l’université de Toulouse Jean Jaurès, a mené en juillet et août 2020 une mission de recherche en Grèce et en Bulgarie, dans le cadre du programme Transfunéraire.

En Bulgarie, elle a notamment fait des recherches dans les archives et mené des enquêtes sur le terrain, portant sur l’identification et l’exhumation de fosses communes de victimes du communisme (automne de 1944) qui ont donné lieu à différents types de ritualisations funéraires et commémoratives. 

Crédit photo: G. Valtchinova

Le travail de terrain a été réparti entre trois constellations de sites : la ville de Bansko avec trois villages les plus proches ; Vidin et le village de Makresh ; la capitale Sofia (sur deux sites différents).

La première constellation correspond au ‘bassin’ d’appartenance (lieux de naissance et/ou d’activité) d’où vient un premier contingent (une quarantaine) de victimes des répression communistes de fin septembre/début octobre 1944, dont les restes furent identifiés dans la fosse commune exhumée en avril 1990 et ré-inhumés dans le cimetière de Bansko, à l’issue d’une cérémonie religieuse, en août 1990.

La deuxième constellation correspond à un autre contingent de victimes de la répression communiste de la même période dont l’exhumation et même la commémoration sur le site fut empêchée ; sans identification ni traitement « dignifiant » des restes humaines, l’érection d’un mémorial à la gloire de ces victimes dans le centre régional (Vidin) demeure toujours une source de conflits mémoriels.

Enfin, la constellation de « la capitale Sofia » correspond à une recherche sur la ritualité mise en place autour du « Mémorial national des victimes du communisme », en lieu central, ainsi qu’aux débats autour de l’exhumation (toujours non réalisée) d’une fosse commune localisée au cimetière central, présumée contenir les restes des victimes les plus illustres du « Tribunal du Peuple » (fin 1944-février 1945).

Le travail d’archive a permis de démontrer que l’ouverture de fosses communes contenant des victimes du communisme s’inscrit dans la mobilisation politique de la première vague de démocratisation du pays (avril-mai 1990) après la chute du régime Zhivkov (novembre 1989). Initiées par l’Union des forces démocratiques, les exhumations – dont plusieurs menées en dehors de tout cadre médico-légal – furent censées produire des preuves pour faire basculer le discours d’héroïsation du communisme jusqu’alors dominant vers un discours accusatoire.

Elle a fait le constat que dans les faits, peu d’exhumations de cette époque furent suivies de ré-inhumations ou autre forme de dignification des victimes ; étant la référence pour ce cas de figure, la ré-inhumation collective selon le rituel religieux à Bansko reste une exception. Dans certains contextes, la volonté de « pacifier » les mémoires locales s’accompagne d’un discours opposant victimes du communisme à celles (communistes et de gauche) du fascisme et l’appel à dépasser ce clivage ; dans un cas (Vidin-Makresh), l’effort de faire cohabiter les deux mémoires a abouti à l’appel à suivre l’« exemple espagnol » d’un mémorial commun du type Valle de los Caidos.

L’exhumation de fosses communes étant dès le départ inscrite dans le clivage politique majeur du postcommunisme, les tensions restent vives et 30 ans plus tard et il est toujours difficile d’enquêter dessus. La quasi-totalité des témoignages vient des familles concernées, du cercle (de plus en plus restreint) des acteurs de ces exhumations et des activistes des partis anticommunistes

En Grèce, Galia Valtchinova a choisi de travailler dans le nord-ouest du pays, une région majoritairement peuplée de slavophones. Ici, c’est la configuration opposée qui est explorée, à savoir le traitement des victimes de la Guerre civile grecque (1946-1949) associées au ‘camp’ du Parti communiste. Il s’est plus spécialement agi d’étudier les mémoires, les silences et les actions entreprises autour de la fosse commune près de la ville de Florina abritant les restes des combattants de l’Armée Démocratique Hellénique (DSE) tombés dans la célèbre bataille de Florina (février 1949).

Considérée comme l’une des plus importantes en Europe, cette fosse commune, toujours non exhumée, est devenue depuis 2016 un lieu de mémoire à connotation partisane et en opposition au tout proche cimetière militaire abritant les restes des soldats de l’armée gouvernementale tombés dans la bataille, tous dûment identifiés. Enquêter sur la question qui s’est posée d’emblée – à savoir, l’absence d’une exhumation, fit émerger plusieurs interrogations portant sur le caractère irréconciliable des mémoires plurielles et leur régime de vérité. Des questions sur le statut actuel de la terre/ du terrain identifié comme lieu de massacre se posent également, et ce de manière incontournable. Il s’est avéré que même en l’absence d’exhumation, la pose d’un statuaire monumental qui marque désormais le site et des noms de victimes sur plaques en marbre est perçue comme une sorte de ‘dignification’. Enfin, on s’interroge sur les multiples références mobilisées dans le statuaire ainsi que sur la fréquence des commémorations (après l’acte inaugural de 2016) et leurs enjeux.

Ces recherches mettent en évidence tout d’abord la présence de « mémoires incompatibles » entre les victimes communistes et les victimes du communisme, et ce dans les deux pays voisins qui n’ont pourtant pas connu le même régime politique après la 2e guerre mondiale. Elles montrent, ensuite, que les ré-inhumations (collectives, production de monuments portant les noms des victimes) ne font pas l’objet du même processus de publicisation et sont souvent absentes ; ces exhumations sans ré-inhumation ouvre un questionnement sur l’usage et l’adéquation des termes « exhumations » et « ré-inhumation ».« 

Ces recherches suggèrent que le travail sur les conflits mémoriels tout comme les ritualités commémoratives peuvent se déployer en grande partie ou entièrement en dehors des séquences d’exhumation et de ré-inhumation collective des victimes de violence de masse. L’absence ou l’omission de ces séquences – vues comme centrales et comme la condition sine qua non du processus de pacification des sociétés ayant connu des conflits et divisions profondes – est une interrogation majeure à l’issue de ce travail.

G. Valtchinova. 2021.

Images de terrain : Juan Pablo Aranguren, Colombie

Foto JP Aranguren. Colombia.

Version française ci-dessous

Hornos crematorios de Juan Frío en Villa del Rosario, Norte de Santander (frontera entre Colombia y Venezuela). Los hornos, originalmente trapiches de caña, fueron adaptados por los grupos paramilitares para incinerar cuerpos de personas desaparecidas que previamente habían sido inhumadas en fosas comunes.

Los hornos funcionaron entre 2001 y 2003 y fueron creados por los paramilitares para evitar que las fosas comunes en las que yacían miles de cuerpos de sus masacres en la región, les fuesen atribuidas en el marco de su negociación con el gobierno nacional. Posteriormente, los paramilitares también empezaron a llevar personas vivas.

Aunque en la zona había rastros de ropa y objetos, los hornos no fueron materia de investigación forense de forma oportuna y mucha de la evidencia fue desaparecida. Ni siquiera las cenizas fueron preservadas pues los paramilitares las arrojaron al río Táchira.

La comunidad de Juan Frío busca resignificar este espacio a través de iniciativas de memoria y conmemoración, sin embargo, esta zona no es de tránsito libre ni una zona segura para que estas iniciativas se puedan realizar.


Fours crématoires de Juan Frío à Villa del Rosario au nord de Santander (à la frontière entre la Colombie et le Vénézuela). Les fours sont à l’origine des machines pour extraire la cane à sucre, qui ont été adaptés par les groupes paramilitaires pour incinérer les corps des personnes disparues, auparavant enterrées dans des fosses communes.

Les fours ont fonctionné entre 2001 et 2003. Ils ont été créé par les paramilitaires pour se débarrasser des milliers de corps issus des massacres commis par eux, qui gisaient dans des fosses communes, pour éviter qu’on les remarque au moment des négociations avec le gouvernement national. Par la suite, les paramilitaires ont commencé à y amener des personnes vivantes.

Bien qu’on ait trouvé dans la région des traces de vêtements et d’objets, les fours n’ont pas été l’objet d’une enquête médico-légale et beaucoup des preuves ont disparu. Les groupes paramilitaires se sont débarrassés y compris des cendres, qu’ils jetaient dans la rivière Táchira.

La communauté de Juan Frío cherche aujourd’hui à re-signifier ce lieu par des initiatives mémorielles et commémoratives. Toutefois, ces initiatives sont rendues très difficiles par le fait que le passage dans la zone en question n’est ni libre ni sûr.