Méthodologie

Le programme de recherche

Le programme de recherche « Violence de masse et pratiques funéraires : approche comparative des rituels collectifs de ré-inhumation en Europe et en Amérique latine, XXe-XXIe siècles (Transfunéraire) » est une étude scientifique, financée de façon intégrale par l’Agence Nationale pour la Recherche (ANR) française.

Cette étude se déroule du 15 janvier 2020 au 15 juillet 2023, sous la direction scientifique d’Elisabeth Anstett (CNRS) et Valérie Robin Azevedo (Université de Paris).

Le travail du programme de recherche Transfunéraire s’inscrit dans une démarche de science ouverte, suivant les recommandations de l’ANR (La science ouverte) et du CNRS (Plan national pour la science ouverte).

Notre collecte de données s’inscrit dans les cadres des normes légales et éthiques de nos institutions respectives, ainsi que de l’ANR.

Les questions méthodologiques, déontologiques et éthiques représentent par ailleurs un axe transversal et continu de questionnement pour tous les chercheurs du programme. Nous réfléchissons notamment aux enjeux spécifiques de la relation entre enquêteurs et enquêtés dans le cadre de la recherche anthropologique.

Le rapport intermédiaire du programme de recherche Transfunéraire, remis à l’ANR le 15 juillet 2021, est consultable sur ce site.

Nos protocoles d’enquêtes

Dans le cadre de cette étude, un certain nombre d’entretiens et d’observations sont effectués avec des personnes directement concernées par les processus de ré-inhumations collectives.

Notre déontologie nous impose d’informer et d’obtenir le consentement des personnes interviewées ou observées.

  • Ces entretiens et ces observations ont une durée limitée qui peut varier de 30mn à 2 heures selon les circonstances.
  • Les personnes interviewées ou observées ont le droit de demander à interrompre la rencontre à n’importe quel moment.
  • Les personnes interviewées ont le droit de ne pas répondre à certaines questions, les personnes rencontrées ont le droit de refuser que certaines situations soient observées.
  • Les personnes interviewées ou observées ont le droit de refuser d’être photographiées, filmées ou enregistrées.
  • Toutes les informations qui sont recueillies dans le cadre de cette étude font l’objet d’une anonymisation afin de protéger la vie privée des personnes. Le vrai nom des personnes rencontrées ne sera donc pas  utilisé dans les comptes-rendus ou les rapports issus de cette étude.
  • Les personnes rencontrées disposent d’un droit de rétractation, et peuvent à n’importe quel moment demander que les informations dont ils ont permis la collecte soient finalement retirées de l’étude.

Les chercheurs de l’étude sont disponibles pour répondre à toutes les questions concernant le projet. Ils peuvent être contactés:

Par mail : clara.duterme[at]univ-amu.fr, elisabeth.anstett[at]univ-amu.fr, valerie.robin-azevedo[at]u-paris.de

Par courrier: Programme Transfunéraire, ADES (UMR 7268), Université d’Aix-Marseille, 27 Boulevard Jean Moulin, 13385 Marseille, France.

Nos modalités de travail

Le programme de recherche TRANSFUNERAIRE propose une approche qualitative et comparative des rituels collectifs de ré-inhumation ayant lieu en Europe et en Amérique Latine au sein de contextes semblablement marqués par des épisodes de violence de masse.

Ce programme a donné lieu à la rédaction d’un Plan de Gestion des Données

Les modalités de travail que nous avons mise en place dans le contexte de la crise sanitaire du Covid-19 consistent en des réunions de travail régulières, en langue française et espagnole. Ces rencontres permettent de développer les réflexions et les projets communs, d’échanger sur la collecte et la production de données de recherche et de mettre en commun une partie de ces données.

L’Open Access

La diffusion des publications scientifiques issues du programmes se fait de façon privilégiées en Full Free Open Access.

Nous veillons à ce que nos publications scientifiques puissent être accessibles, à travers les portails des revues et via des services d’archives ouvertes publiques tels que HAL, qui favorisent la diffusion du savoir sans s’approprier les droits sur les œuvres.

Concernant les plateformes telles que Academia, il est recommandé de lister sur ces sites uniquement des liens vers les textes partagés et non les textes eux-mêmes, y compris dans une version draft. Attention aux enjeux de cessions de droits !

Nous suggérons la lecture de ce post de Christophe Benech (CNRS).

Academia n’est pas avare d’adjectifs et de verbes pour détailler ces droits que vous leur concédez : vous leur accordez donc une licence mondiale, irrévocable, perpétuelle, non exclusive, transférable et sans « royalties » avec le droit de donner licence, utiliser, voir, copier, adapter, modifier, distribuer, autoriser, vendre, transférer, diffuser publiquement, utiliser à des fins publicitaires, transmettre, ce que vous mettrez sur votre profil.

Christophe Benech. La protection et propriété des données sur Academia.edu et ResearchGate