Publication : Human Remains & Violence (Volume 8, n° 2, Fall 2022), “In their presence: re-framing the scene of the dead body”

Le volume 8, n° 2 de la revue Human Remains and Violence, an Interdisciplinary Journal (Manchester University Press), éditée par Élisabeth Anstett, Jean-Marc Dreyfus & Caroline Fournet, vient de paraître.

Ce numéro, intitulé “In their presence: re-framing the scene of the dead body”, est dirigé par Diane O’Donoghue et Bridget Conley et est accessible en Open Access : https://www.manchesteropenhive.com/view/journals/hrv/8/2/hrv.8.issue-2.xml

https://www.manchesteropenhive.com/view/journals/hrv/8/2/hrv.8.issue-2.xml

Compte rendu : Intervention de Sévane Garibian dans le séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil

Le 05 décembre 2022, pour la sixième séance du séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil (programme), nous avons eu le plaisir d’écouter Sévane Garibian (Faculté de droit, Université de Genève). Sa présentation, intitulée « “J’ai tué un homme mais je ne suis pas un meurtrier”. Le procès Tehlirian, ou la mort du bourreau ordonnée par le cadavre de sa mère », s’est poursuivie par de riches échanges.

Sévane Garibian est revenue sur le procès de Soghomon Tehlirian, rescapé du génocide des Arméniens qui a assassiné, le 15 mars 1921 dans une rue de Berlin, Talaat Pacha, l’un des instigateur du génocide. Tehlirian – “assassin du bourreau de son peuple” – affirme avoir répondu à l’injonction du cadavre de sa mère qui lui serait apparu en rêve. Tenu dans un tribunal allemand (pays allié de l’Empire ottoman durant la Première Guerre mondiale), le procès Tehlirian devient, en miroir, celui de sa victime. La parole des experts (amenés à statuer sur la responsabilité du prévenu) rencontre celle de témoins (rescapés du génocide ou agents allemands) et les plaidoiries des avocats de Tehlirian. Celles-ci sont centrées sur trois aspects : a) la réalité et l’ampleur de la déportation et du massacre des arméniens, b) la responsabilité de Talaat Pacha (reconnu coupable et condamné par contumace par une cour martiale de Constantinople), c) la causalité entre ces deux faits et le geste « fou » de Telhirian.

Sévane Garibian met en lumière les enjeux de ce procès, qui se conclut par un acquittement le 3 juin 1921, par une subtile variation d’échelle, en orientant son regard vers la Turquie puis vers le contexte international de cette première moitié du XXe siècle. Enfin, elle analyse son influence dans les travaux du juriste Raphaël Lemkin qui, dès lors, va engager une réflexion sur les crimes de masse, forger le néologisme “génocide” et poser les bases de ce qui va devenir, par la suite, la « justice pénale internationale ».

Compte rendu : Intervention de Magali Molinié dans le séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil

Le 21 novembre 2022, pour la cinquième séance du séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil (programme), nous avons eu le plaisir d’accueillir Magali Molinié (Université Paris 8, France / Cornell University, USA). Sa présentation, intitulée « “Soigner les morts pour guérir les vivants” : une actualisation », s’est poursuivie par de riches échanges avec la salle.

La construction d’une relation sociale entre vivants et défunts, en France, est au cœur des recherches menées par Magali Molinié. Suivant sont parcours de psychologue, elle nous a présenté les interrogations qui se sont posées à elle dès sa thèse dont l’ouvrage Soigner les morts pour guérir les vivants est la version publiée en 2006 (Les Empêcheurs de penser en rond).

Après être revenue sur les théories du deuil en psychologie (notamment l’héritage psychanalytique de Freud dans Deuil et mélancolie, 1917), Magali Molinié a souligné son intérêt pour une approche pragmatique inspirée de différentes disciplines, dont l’anthropologie. Elle nous a ensuite proposé de découvrir avec elle quelques situations cliniques de “morts récalcitrants”, de “morts qui ne passent pas”. Ces défunts “font faire des actes”, ils font cheminer, ils font organiser des reprises cérémonielles, etc. Dès lors, leur transformation en êtres sociaux engage, en retour, une transformation des vivants.

La captation vidéo de cette séance sera prochainement accessible en ligne.

Pour retrouver toutes les séances du séminaire ré-écoutable, cliquez ici.

Compte rendu : Intervention d’Anélie Prudor dans le séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil

Le 7 novembre 2022, pour la quatrième séance du séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil (programme), nous avons eu le plaisir d’accueillir Anélie Prudor (ADES, Aix-Marseille Université) pour une présentation intitulée « “Vuestra memoria es nuestra memoria”. Construire un espace transfrontalier pour les mémoires de la Guerre d’Espagne (1936-1939) entre le Sud-ouest français et l’Aragon » qui s’est poursuivie par des échanges avec la salle.

En revenant sur certains des résultats de sa thèse en anthropologie sociale et historique – intitulée Travailler les mémoires transfrontalières de l’Espagne républicaine : acteurs, enjeux et processus (Sud-ouest français/Aragon), soutenue en 2021, UT2J – Anélie Prudor a présenté les contours de deux réseaux interassociatifs. Ces derniers, actifs à l’échelle transfrontalière à compter des années 2010, s’inscrivent dans le mouvement connu en Espagne sous l’expression “recuperación de la memoria histórica“. Entre territorialisation et déterritorialisation, elle a mis en évidence la manière dont des acteurs associatifs se saisissent d’un ensemble de dates et de lieux, d’événements et de monuments, de terminologies, de valeurs et de symboles pour définir un espace transfrontalier, mouvant et dynamique, destiné à accueillir les mémoires de l’Espagne républicaine.

La captation vidéo de cette séance sera prochainement accessible en ligne.

Pour retrouver toutes les séances du séminaire ré-écoutable, cliquez ici.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search