“Malvinas, símbolo y lugar de toda las voces” : Laura Panizo en Pagina 12

Nuestra colega Laura Panizo publicó un en la revista Pagina 12 una reflexión sobre su relación con el trabajo de campo, los afectos que despierta y la experiencia etnográfica.

Recordé mi trabajo etnográfico sobre la experiencia de guerra, y que al igual que las charlas en ambientes académicos y mundanos, (y que la conexión con los símbolos y su interpretación) me habían hecho sentir corporalmente afectada.

L. Panizo

Leer “Malvinas, símbolo y lugar de toda las voces” en Pagia 12

Gaëlle Clavandier au séminaire Cortem, le 8 avril

Vendredi 8 avril, notre collègue Gaëlle Clavandier interviendra dans le séminaire du programme Cortem (Corps témoins).

« Vestiges du passé, foetus, fragments : des restes humains aux contours incertains »

L’intervention aura lieu de 10h à 12h en format hybride : en présentiel à Paris, site des Grands Moulins, 5 rue Thomas Mann 75013, salle 481C et par Zoom.

Plus d’informations sur le blog hypothèses de l’ANR Cortem et sur le blog de l’ANR Co-funéraire.

Séminaire Histoire et Anthropologie de la mort, 17 mars 2022: “Médecins et cadavres”

La prochaine séance du séminaire inter-laboratoire AMU “Histoire et Anthropologie de la Mort“, coordonné par Anne Carol et Elisabeth Anstett portera sur la thématique : “Médecins et cadavres”.

La séance aura lieu le 17 mars 2022, de 10 h à 16 h 30, en mode hybride, à la salle P.A. Février de Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (5 rue du château de l’Horloge) et en visio-conférence.

Matin :

  • Rafael Mandressi (historien, CNRS) : Cadavera inmunda sunt : stratégies d’accoutumance et techniques de contrôle face au dégoût chez les anatomistes de l’époque moderne
  • Valérie Souffron (sociologue, Paris 1) : Faut-il se débarrasser du cadavre pour explorer les corps ? Ce que l’autopsie par imagerie médicale fait aux morts

Après-midi :

  • Martin Robert (historien, Université d’Oxford) : Cette science nécessaire : dissections humaines et formation médicale au XIXe siècle
  • Clara Duterme et Valérie Robin Azevedo (anthropologues, AMU et Université de Paris Cité) : Le Centre du don des corps à l’Université Paris Descartes : un cas si singulier de gestion des cadavres ?

Les transformations contemporaines du traitement des morts ordinaires (gestion des cimetières, essor de la crémation ou de la thanatopraxie) et les problèmes soulevés par les récentes crises de mortalité (migrants, canicule, épidémies, guerre, etc.) incitent en effet à engager une réflexion pluridisciplinaire et internationale sur le fait mortuaire, en faisant dialoguer des anthropologues, des archéologues, des historiens, des historiens de l’art, des médecins, des philosophes, des psychologues, des sociologues.

Car s’il existe à ce jour de nombreuses forces dispersées et plus ou moins institutionnalisées (carnets de recherches, programmes courts financés, dispositifs institutionnels) il n’existe pas encore en France d’espace scientifique et de recherche spécifiquement consacré à la mort. Ce séminaire de recherche a vocation à combler ce manque en engageant une réflexion véritablement interdisciplinaire sur le fait mortuaire, ses modalités, ses évolutions, ses enjeux.

Trois journées ont déjà eu lieu portant sur les thématiques du Cadavres dangereux (17 mars 2021), Cadavres indésirables (6 mai 2021), Cadavres anonymes (3 décembre 2021).

Pour obtenir le lien de visio-conférence ou obtenir plus d’informations, contactez Elisabeth Anstett (elisabeth.anstett@univ-amu.fr ) ou Anne Carol (anne.carol@univ-amu.fr)

Journée d’études : Des morts privés de funérailles – Marseille 21 mars 2022

Organisée par Aurore Schmitt et Elisabeth Anstett, en partenariat avec le programme Transfunéraire, la journée d’études “Des morts privés de funérailles. Modalités contestées et enjeux de la mise en terre” aura lieu à Aix-Marseille Université, le 21 mars 2022, en présentiel uniquement.

Cette journée fait suite aux deux Journées d’études organisées à Montpellier en juin 2021 et poursuit un questionnement interdisciplinaire autour de l’absence de traitement funéraire.

La journée du 21 mars sera consacrée plus particulièrement aux modalités problématiques de la mise en terre.

L’inscription préalable est obligatoire. Écrire à sansfunerailles@gmail.com