Publicación : « Retorno de cuerpos, recorrido de almas. Exhumaciones y duelos colectivos en América Latina y España »

Coordinada por Anne-Marie Losonczy y Valérie Robin Azevedo.

Disponible en: libreria uniandes

Contribuciones de Francisco Ferrandiz, Valérie Robin Azevedo, Clara Duterme, Laura Panizo, Anne-Marie Losonczy, Arianna Cecconi, Dorothée Delacroix.

En América Latina como en España, luego de largos períodos de conflictos armados o dictaduras, las iniciativas para la apertura de las fosas comunes se han multiplicado en los últimos años, bajo dispositivos uniformizados, agrupados bajo la categoría de justicia transicional.

La publicación arroja luces sobre la forma en que los ritos funerarios y el imaginario acerca de la muerte violenta se recomponen en este contexto singular.

Las contribuciones basadas en investigaciones de campo realizadas en Argentina, Colombia, España, Guatemala y Perú, estudian las exhumaciones y los entierros ulteriores del posconflicto en su triple dimensión antropológica: sociopolítica, cultural y simbólica.

« Retorno de cuerpos, recorrido de almas » pone de manifiesto los desafíos contemporáneos de una ritualidad funeraria emblemática de sociedades marcadas por la violencia, aunque hasta ahora han sido poco estudiados.

Losonczy A-M., Robin Azevedo V. (coord.) « Retorno de cuerpo recorrido de almas. Exhumaciones y duelos colectivos en América Latina y España », 2021, edición de la Facultad de Ciencias Sociales-Uniandes, en coedición con el Instituto Francés de Estudios Andinos – IFEA

Publicación: Dossier: « Exhumaciones inacabadas » (Nuevo Mundo Mundos Nuevos)

Exhumaciones inacabadas. Equivocaciones y contingencias de la búsqueda de cuerpos en contextos posconflicto Latino-americano y europeos

Revista Nuevo Mundo Mundos Nuevos

Coordinado por Dorothée Delacroix y Anne-Marie Losonczy

El dossier aborda la cuestión poca estudiada de los casos de exhumaciones en los que no se descubre ningún cuerpo, o en los que la experiencia se revela inacabada, fallida o imperfecta.

Los artículos están disponibles en acceso abierto (Open Access) en el sitio de Nuevo Mundo, Mundos Nuevos en la sección cuestiones del tiempo presente 2021.

Compte-rendu séminaire « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil »: Anne Carol

Pour sa 5e séance, le séminaire a accueilli Anne Carol (Telemme, AMU) dont la communication portait sur les enjeux associés à la demande croissante de corps pour les besoins de l’anatomie et de la médecine au XIXe siècle. Elle a porté attention aux conditions d’approvisionnement des corps, ainsi qu’au devenir des restes dans le contexte parisien.

Fournir des corps à la médecine : une approche historique

La demande en corps augmente au XIXe siècle avec le développement de la méthode anatomoclinique et de l’anatomie, discipline dont la pratique existe depuis la fin Moyen-âge, cherchant à comprendre le corps, comme l’ont montré les travaux de Mandressi. Les médecins et les chirurgiens commencent également à avoir un intérêt pour les corps, pour identifier les pathologies dans la chair, ou s’entrainer à réaliser sur des morts les gestes destinés aux vivants. Avec le temps, l’anatomie intègre progressivement les cursus d’enseignement de la médecine. La constitution de collections – privées ou à but éducatif – contribue aussi à la demande.

Face à ces besoins croissants, il faut trouver des corps. Les deux sources principales sont les corps des suppliciés et ceux des morts des hôpitaux. Le contrôle sur les corps est opéré par plusieurs acteurs: l’État et les autorités locales d’abord, à travers les règlementations qui vont encadrer l’accès au corps; les médecins, entre lesquels existe une concurrence souvent âpre; et l’administration hospitalière, chargée de fournir les différents services et de faire le tri entre les corps qui passeront uniquement par l’autopsie (dont la réalisation est la norme pour les morts de l’hôpital) et ceux destinés à la dissection (un destin perçu comme plus infamant).

Après l’autopsie, les familles peuvent théoriquement réclamer les corps et prendre en charge les funérailles. Mais c’est rarement le cas, d’abord pour des raisons pécuniaires, mais aussi parce que les proches ignorent souvent cette possibilité – une ignorance que le corps médical tend à favoriser plutôt qu’à combattre. Enfin, ce n’est qu’avec la loi sur la liberté des funérailles de 1887 que le choix des défunts eux-mêmes sur le destin de leur dépouille deviendra déterminant.

Image extraite du PowerPoint accompagnant la présentation d’A. Carol, consultable ici (tous droits réservés).

On peut observer les transformations du rapport aux pratiques sur le corps a travers les diverses réglementations et interdictions. L’encadrement légal des espaces de dissection réduit puis interdit la pratique de l’anatomie dans des espaces privés pour la ramener au sein des établissements hospitaliers ou des Facultés de médecine. La demande a fait émerger un commerce des corps, formel et encadré (dédommagement pour les déplacements) mais aussi informel et dénoncé (du trafic de pièces anatomiques et de corps au vol de corps dans les cimetières).

Dans le cas des condamnés à mort, le « bon état » de leurs corps les rendaient particulièrement désirables pour la pratique anatomique. La dissection était souvent présentée comme un prolongement de la peine, parfois décrite dans des discours moralisateurs comme un juste retour des choses pour ce qu’ils avaient fait subir à leurs victimes.

Qu’en est-il du devenir des restes humains ? La question engage des enjeux sanitaires et moraux. Il s’inscrit d’abord dans une gestion du déchet, qui cherchait à éviter l’envahissement de l’espace par les « débris » issus des pratiques médicales. Cependant, avec l‘évolution des sensibilités funéraires au cours du XIXe siècle, la préservation de l’intégrité du corps après la mort émerge comme norme, marquée par le développement de la pratique de l’embaumement. Or, les usages médicaux tels que la dissection s’écartent de cette norme. Ici encore, c’est à travers l’évolution des réglementations, ainsi qu’au travers des affaires scandaleuses qui ont été traitées par la presse, que l’on peut constater l’évolution des pratiques funéraire, qui traduit une volonté des acteurs qui approvisionnent en corps de s’assurer que ceux-ci seront intégralement enterrés, dans des espaces dédiés dans les cimetières, avant que la pratique de crémation des restes ne s’impose largement.

Revoir la présentation sur CanalU