Podcast « Les funérailles au temps du Covid »

Notre collègue Gaëlle Clavandier est intervenue dans le podcast du magazine Sciences Humaines consacré à la thématique des funérailles au temps du Covid.

A écouter ici :

Les funérailles au temps du Covid (Audioblog Arte radio)

Podcast d’Hélène Frouard.

Intervenant.es :

  • Gaëlle Clavandier, sociologue et anthropologue, maitresse de conférence à l’université Jean Monnet, coresponsable du programme de recherche CO-FUNERAIRE
  • Dominique Castex, archéoanthropologue, directrice de recherche au CNRS, membre du comité scientifique du programme CO-FUNERAIRE
  • Christian de Caqueray, fondateur du Service catholique des funérailles

Compte-rendu séminaire « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil »: Alain Epelboin

Alain Epelboin (CNRS, Musée de l’Homme), Docteur en médecine et ethnologue est intervenu dans le séminaire pour présenter ses travaux passés et actuels sur les épidémies d’Ebola et du Covid-19.

Le visionnage du film documentaire « 2003-2007 F. Brunnquell, A. Epelboin & P. Formenty  Ebola, c’est pas une maladie pour rire / Ebola : no laughing matter/ El ebola no es una enfermedad para las risas, Congo. 51 mn 28. Prod. CAPA 2007 » était suggéré pour accompagner cette séance.

Contamination, rituels funéraires et rumeurs lors des épidémies d’Ebola et de Covid contemporains 

Dans la continuité des questionnements soulevés lors de la première séance autour des bouleversements des processus funéraires engendrés par les règles sanitaires imposées lors des épidémies, A. Epelboin a évoqué son expérience en Afrique au moment de l’épidémie Ebola.

L’épidémie a suscité une forte augmentation de la mortalité, qui touchait toutes les catégories d’âge, mais également des tensions sociales. Le modèle culturel local de représentation et d’explication de malheur (associé à l’idée d’épreuve divine, de volonté malfaisante agissant au travers de la sorcellerie) s’opposait aux modèles de représentation bio-médiaux, entrainant des incompréhensions socio-culturelles d’un côté et de l’autre. La rupture dans les normes d’enterrement et l’interdiction dans certains cas des rites funéraires entrainaient des heurts entre soignants et locaux.

Crédit image : CDC Global Health (CC BY 2.0) « Ebola illustration : Safe Burial »

L’une des réponses apportées a été un aménagement des rituels funéraires plutôt que leur interdiction. L’aménagement consiste à trouver des solutions alternatives respectant les normes sanitaires, sans les appliquer avec excès. Ainsi, plutôt que de brûler les biens du mort, en raison de la forte contagiosité du virus, une option possible est de les enterrer avec lui.

Il s’agit également de ne pas interdire la présence de la famille, et de propose des pratiques de substitutions qui articulent l’approche sanitaire et l’approche rituelle : remplacer la traditionnelle ablution à l’eau par une aspersion à l’eau faiblement chlorée par exemple.

Dans un second temps, la présentation a permis de tracer les parallèles entre l’expérience accumulée lors de l’épidémie d’Ebola et la situation actuelle liée au Covid-19. Les réflexions développées se basent notamment sur un important travail de veille internet et de collecte de données menée par A. Epelboin, encore en cours actuellement.

Cette veille a permis de mettre en évidence les transformations engendrées par l’épidémie sur les pratiques funéraires à l’échelle mondiale (usages de lieux non-habituels pour stocker les cercueils, oppositions à l’inhumation, impossibilité d’inhumer dans un lieu choisi,…) et la diversité des pratiques d’adaptation et de résilience mises en œuvre.

Photographies : Día de los Muertos en période de Covid-19 en Amérique latine

Le National Geographic publie de magnifiques photographies des célébrations du Jour des morts (Día de los Muertos) en Amérique latine (Guatemala, Pérou, Mexique) :

Across Latin America, the Day of the Dead was eerily silent, National Geographic (english)

Ces images font écho aux problématiques soulevées par le traitement des défunts en période de pandémie, évoquées dans les deux premières séances de séminaire « Anthropologie de la mort et du deuil« .

La période du 1er et 2 novembre (Día de los Muertos) est aussi l’occasion d’honorer la mémoire des défunts du conflits, longtemps restés sans sépulture.

Certaines des photographies sont également publiées sur le site du CICR:

El Día de los Muertos, la Covid-19 y América Latina: honrar a los muertos durante una pandemia, CICR (español)

Compte-rendu – « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil » : Gaëlle Clavandier

Compte-rendu de la première séance du séminaire, organisée en ligne le 28 septembre 2020. Nous recevions Gaëlle Clavandier, sociologue et anthropologue (Université de St Etienne), coordinatrice du Programme Co-funéraire et membre de Transfunéraire.

Lors de la séance d’ouverture du webinaire « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil », Gaëlle Clavandier a évoqué les recherches menées dans le cadre du programme qu’elle coordonne : CO-FUNERAIRECo-construire une réponse funéraire en contexte de pandémie du Covid-19 (France, Suisse, Italie), ces projets étant soutenus par l’ANR et le FNS.

Mondes funéraires, personnes en deuil et Covid-19

Les premiers résultats ont mis en évidence l’importante variabilité des situations de surmortalité en période de Covid-19 dans les pays concernés (France, Suisse, Italie). Les chiffres nationaux ont tendance à « lisser » les expressions de la crise telle qu’elle est vécue localement, qui sont mieux appréhendées à l’échelle micro.

Les enquêtes menées auprès de l’ensemble des acteurs professionnels (agents de chambre mortuaire, médecins-légistes, opérateurs funéraires, officiers d’état civil, gestionnaire de cimetière, de crématorium) montrent la nécessité de prendre en compte la variabilité dans le temps (épuisement cumulé entre la première vague et la seconde) et l’espace (la contamination par cluster entrainant la saturation localisée des services et établissements).

Les recherches qui sont en train d’être réalisées interrogent les transformations des pratiques funéraires qui sont la conséquence de la crise sanitaire et de la potentielle crise de mortalité. En pesant sur les conditions de travail des professionnels, la crise sanitaire produit des bouleversements funéraires qui ne se limitent pas aux morts du Covid-19 mais impactent tous les morts.

Les contraintes sanitaires et organisationnelles entrainent l’interdiction ou l’évitement de certains gestes funéraires (adieu au corps, toilette funéraire, thanatopraxie), et en réaction, des ajustements de la part des professionnels soit pour contourner les interdits, soit pour les renforcer. Les pratiques évoluent aussi avec les rumeurs ou les informations parfois partielles qui circulent parmi les professionnels et les proches des défunts.

Les questionnements ouverts par le programme sont nombreux et passionnants. Ils soulèvent des enjeux théoriques, mais aussi méthodologiques, notamment la nécessité ou non pour les sciences sociales, dont la démarche de recherche s’inscrit dans le temps long, de prendre la parole au sein de débat public marqué par les fortes attentes suscitées par un sujet d’actualité très médiatisé.

Revoir la présentation sur CanalU

En raison du contexte sanitaire, le séminaire « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil » 2020-2021 est organisé en ligne sur Zoom. Si vous souhaitez assister aux séances ou être inscrit sur la liste de diffusion, envoyez un mail à valerie.robin-azevedo[at]parisdescartes.fr. Le programme des séances à venir est consultable ici.