Publicación : « Retorno de cuerpos, recorrido de almas. Exhumaciones y duelos colectivos en América Latina y España »

Coordinada por Anne-Marie Losonczy y Valérie Robin Azevedo.

Disponible en: libreria uniandes

Contribuciones de Francisco Ferrandiz, Valérie Robin Azevedo, Clara Duterme, Laura Panizo, Anne-Marie Losonczy, Arianna Cecconi, Dorothée Delacroix.

En América Latina como en España, luego de largos períodos de conflictos armados o dictaduras, las iniciativas para la apertura de las fosas comunes se han multiplicado en los últimos años, bajo dispositivos uniformizados, agrupados bajo la categoría de justicia transicional.

La publicación arroja luces sobre la forma en que los ritos funerarios y el imaginario acerca de la muerte violenta se recomponen en este contexto singular.

Las contribuciones basadas en investigaciones de campo realizadas en Argentina, Colombia, España, Guatemala y Perú, estudian las exhumaciones y los entierros ulteriores del posconflicto en su triple dimensión antropológica: sociopolítica, cultural y simbólica.

« Retorno de cuerpos, recorrido de almas » pone de manifiesto los desafíos contemporáneos de una ritualidad funeraria emblemática de sociedades marcadas por la violencia, aunque hasta ahora han sido poco estudiados.

Losonczy A-M., Robin Azevedo V. (coord.) « Retorno de cuerpo recorrido de almas. Exhumaciones y duelos colectivos en América Latina y España », 2021, edición de la Facultad de Ciencias Sociales-Uniandes, en coedición con el Instituto Francés de Estudios Andinos – IFEA

Enregistrement de la séance 7 du séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil avec Agnès Jeanjean en ligne.

Il est à présent possible de ré-écouter l’enregistrement de l’intervention de Agnès Jeanjean (professeur à l’université de Côte d’Azur) lors de la septième séance du séminaire « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil ».

Agnès Jeanjean, 25 janvier 2021 : « La mort et ses émanations. Mise en perspective de deux recherches menées à Nice avant et après le 14 juillet 2016« .

Pour ré-écouter les autres séances, cliquez ici.

Compte-rendu séminaire « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil »: Alain Epelboin

Alain Epelboin (CNRS, Musée de l’Homme), Docteur en médecine et ethnologue est intervenu dans le séminaire pour présenter ses travaux passés et actuels sur les épidémies d’Ebola et du Covid-19.

Le visionnage du film documentaire « 2003-2007 F. Brunnquell, A. Epelboin & P. Formenty  Ebola, c’est pas une maladie pour rire / Ebola : no laughing matter/ El ebola no es una enfermedad para las risas, Congo. 51 mn 28. Prod. CAPA 2007 » était suggéré pour accompagner cette séance.

Contamination, rituels funéraires et rumeurs lors des épidémies d’Ebola et de Covid contemporains 

Dans la continuité des questionnements soulevés lors de la première séance autour des bouleversements des processus funéraires engendrés par les règles sanitaires imposées lors des épidémies, A. Epelboin a évoqué son expérience en Afrique au moment de l’épidémie Ebola.

L’épidémie a suscité une forte augmentation de la mortalité, qui touchait toutes les catégories d’âge, mais également des tensions sociales. Le modèle culturel local de représentation et d’explication de malheur (associé à l’idée d’épreuve divine, de volonté malfaisante agissant au travers de la sorcellerie) s’opposait aux modèles de représentation bio-médiaux, entrainant des incompréhensions socio-culturelles d’un côté et de l’autre. La rupture dans les normes d’enterrement et l’interdiction dans certains cas des rites funéraires entrainaient des heurts entre soignants et locaux.

Crédit image : CDC Global Health (CC BY 2.0) « Ebola illustration : Safe Burial »

L’une des réponses apportées a été un aménagement des rituels funéraires plutôt que leur interdiction. L’aménagement consiste à trouver des solutions alternatives respectant les normes sanitaires, sans les appliquer avec excès. Ainsi, plutôt que de brûler les biens du mort, en raison de la forte contagiosité du virus, une option possible est de les enterrer avec lui.

Il s’agit également de ne pas interdire la présence de la famille, et de propose des pratiques de substitutions qui articulent l’approche sanitaire et l’approche rituelle : remplacer la traditionnelle ablution à l’eau par une aspersion à l’eau faiblement chlorée par exemple.

Dans un second temps, la présentation a permis de tracer les parallèles entre l’expérience accumulée lors de l’épidémie d’Ebola et la situation actuelle liée au Covid-19. Les réflexions développées se basent notamment sur un important travail de veille internet et de collecte de données menée par A. Epelboin, encore en cours actuellement.

Cette veille a permis de mettre en évidence les transformations engendrées par l’épidémie sur les pratiques funéraires à l’échelle mondiale (usages de lieux non-habituels pour stocker les cercueils, oppositions à l’inhumation, impossibilité d’inhumer dans un lieu choisi,…) et la diversité des pratiques d’adaptation et de résilience mises en œuvre.