Compte rendu : Intervention d’Anélie Prudor dans le séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil

Le 7 novembre 2022, pour la quatrième séance du séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil (programme), nous avons eu le plaisir d’accueillir Anélie Prudor (ADES, Aix-Marseille Université) pour une présentation intitulée « “Vuestra memoria es nuestra memoria”. Construire un espace transfrontalier pour les mémoires de la Guerre d’Espagne (1936-1939) entre le Sud-ouest français et l’Aragon » qui s’est poursuivie par des échanges avec la salle.

En revenant sur certains des résultats de sa thèse en anthropologie sociale et historique – intitulée Travailler les mémoires transfrontalières de l’Espagne républicaine : acteurs, enjeux et processus (Sud-ouest français/Aragon), soutenue en 2021, UT2J – Anélie Prudor a présenté les contours de deux réseaux interassociatifs. Ces derniers, actifs à l’échelle transfrontalière à compter des années 2010, s’inscrivent dans le mouvement connu en Espagne sous l’expression “recuperación de la memoria histórica“. Entre territorialisation et déterritorialisation, elle a mis en évidence la manière dont des acteurs associatifs se saisissent d’un ensemble de dates et de lieux, d’événements et de monuments, de terminologies, de valeurs et de symboles pour définir un espace transfrontalier, mouvant et dynamique, destiné à accueillir les mémoires de l’Espagne républicaine.

La captation vidéo de cette séance sera prochainement accessible en ligne.

Pour retrouver toutes les séances du séminaire ré-écoutable, cliquez ici.

Publication: “Francisco Franco is Back: The Contested Reemergence of a Fascist Moral Exemplar” by F. Ferrandiz

Our colleague Francisco Ferrandiz recently published a paper in Comparative Studies in Society and History entitled “Francisco Franco is Back: The Contested Reemergence of a Fascist Moral Exemplar”.

You can find the article on Open Access on the Journal’s website.

The issue also features an interview-debate with Francisco Ferrandiz on the issues raised: “Fascist Afterlives: Thoughts on Dictators, Dead Bodies, and Bodies Politics”.

Projet de recherche “Les morts de la Retirada”

Touchant à des thématiques qui rejoignent celles du programme de recherche Transfunéraire, le projet de recherche mené par Bruno Bertherat et Isabelle Renaudet étudie les morts de la Retirada espagnole.

Abordant ce sujet dans une approche historique qui accorde une grande importance aux lieux, et notamment aux tombes, ce projet vise à éclairer une dimension peu étudiée de la Retirada, période pour laquelle on s’est beaucoup intéressé à l’errance, mais moins au décès. La recherche s’inscrit dans l’espace géographique des Pyrénées-Orientales et dans une période spécifique : celle qui s’étend entre janvier 1939, lorsque les réfugiés sont accueillis sur le territoire français, jusqu’au 1er janvier 1939, date d’entrée en guerre contre l’Allemagne.

Les images iconiques de la Retirada ne sont généralement pas associées à la mort, mais plutôt aux cortèges de dizaines de milliers d’Espagnols épuisés progressant sur les routes du sud de la France. Si la guerre d’Espagne est associée à la mort et aux massacres, la Retirada l’est plutôt à l’errance et au déracinement, qui sont d’autres formes de souffrance, reléguant la mort à un arrière-plan.

https://eua.hypotheses.org/5607

Plus d’information sur ce projet de recherche sur le blog Hypothèse des Éditions Universitaires d’Avignon:

Publicación : “Economías afectivas y verdades parciales en el contexto de las exhumaciones en Navarra” D. Delacroix

Nuestra colega Dorothée Delacroix ha publicado un artículo titulado “Economías afectivas y verdades parciales en el contexto de las exhumaciones en Navarra” en el dosier “Exhumaciones y memoria histórica en España: una mirada interdisciplinar”, coordinado por Francisco Etxeberria y Lourdes Herrasti en el n°28 de la revista Huarte de San Juan. Geografía e Historia (2021).

El dosier está disponible en Open Access aquí

La nueva centralidad que adquieren los restos humanos, al ser expuestos a la luz pública tras su exhumación, es ambivalente. Cuerpo prueba, cuerpo artefacto, cuerpo adoptado bajo una identidad ficticia, cuerpo medio y límite de imputación de responsabilidades: la etnografía presentada en este artículo se basa en Navarra e ilustra los diferentes sentidos atribuidos a los restos exhumados.

Se muestra cómo experiencias concretas de «verdad» se ponen a prueba de forma muy variada entre y dentro de los contextos. Estas experiencias se apoyan en las diferentes huellas que articulan registros contradictorios y complementarios. Los saberes son forenses, archivísticos, locales. Las movilizaciones pueden ser colectivas o privilegiar el luto individual, y los registros afectivos y polí- ticos se entremezclan. El análisis demuestra que diferentes formas de apaciguamiento están en tensión entre dos polaridades: por una parte, la discursividad y por otra la materialidad de los restos.

Dealcroix D. 2021. “Economías afectivas y verdades parciales en el contexto de las exhumaciones en Navarra”, Huarte de San Juan. Geografía e Historia, 28 [Exhumaciones y memoria histórica en España: una mirada interdisciplinar], mis en ligne le 25 juin 2021, DOI: https://doi.org/10.48035/rhsj-gh.28.3

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search