Publicación : « Economías afectivas y verdades parciales en el contexto de las exhumaciones en Navarra » D. Delacroix

Nuestra colega Dorothée Delacroix ha publicado un artículo titulado « Economías afectivas y verdades parciales en el contexto de las exhumaciones en Navarra » en el dosier « Exhumaciones y memoria histórica en España: una mirada interdisciplinar », coordinado por Francisco Etxeberria y Lourdes Herrasti en el n°28 de la revista Huarte de San Juan. Geografía e Historia (2021).

El dosier está disponible en Open Access aquí

La nueva centralidad que adquieren los restos humanos, al ser expuestos a la luz pública tras su exhumación, es ambivalente. Cuerpo prueba, cuerpo artefacto, cuerpo adoptado bajo una identidad ficticia, cuerpo medio y límite de imputación de responsabilidades: la etnografía presentada en este artículo se basa en Navarra e ilustra los diferentes sentidos atribuidos a los restos exhumados.

Se muestra cómo experiencias concretas de «verdad» se ponen a prueba de forma muy variada entre y dentro de los contextos. Estas experiencias se apoyan en las diferentes huellas que articulan registros contradictorios y complementarios. Los saberes son forenses, archivísticos, locales. Las movilizaciones pueden ser colectivas o privilegiar el luto individual, y los registros afectivos y polí- ticos se entremezclan. El análisis demuestra que diferentes formas de apaciguamiento están en tensión entre dos polaridades: por una parte, la discursividad y por otra la materialidad de los restos.

Dealcroix D. 2021. « Economías afectivas y verdades parciales en el contexto de las exhumaciones en Navarra », Huarte de San Juan. Geografía e Historia, 28 [Exhumaciones y memoria histórica en España: una mirada interdisciplinar], mis en ligne le 25 juin 2021, DOI: https://doi.org/10.48035/rhsj-gh.28.3

Publicación : « Retorno de cuerpos, recorrido de almas. Exhumaciones y duelos colectivos en América Latina y España »

Coordinada por Anne-Marie Losonczy y Valérie Robin Azevedo.

Disponible en: libreria uniandes

Contribuciones de Francisco Ferrandiz, Valérie Robin Azevedo, Clara Duterme, Laura Panizo, Anne-Marie Losonczy, Arianna Cecconi, Dorothée Delacroix.

En América Latina como en España, luego de largos períodos de conflictos armados o dictaduras, las iniciativas para la apertura de las fosas comunes se han multiplicado en los últimos años, bajo dispositivos uniformizados, agrupados bajo la categoría de justicia transicional.

La publicación arroja luces sobre la forma en que los ritos funerarios y el imaginario acerca de la muerte violenta se recomponen en este contexto singular.

Las contribuciones basadas en investigaciones de campo realizadas en Argentina, Colombia, España, Guatemala y Perú, estudian las exhumaciones y los entierros ulteriores del posconflicto en su triple dimensión antropológica: sociopolítica, cultural y simbólica.

« Retorno de cuerpos, recorrido de almas » pone de manifiesto los desafíos contemporáneos de una ritualidad funeraria emblemática de sociedades marcadas por la violencia, aunque hasta ahora han sido poco estudiados.

Losonczy A-M., Robin Azevedo V. (coord.) « Retorno de cuerpo recorrido de almas. Exhumaciones y duelos colectivos en América Latina y España », 2021, edición de la Facultad de Ciencias Sociales-Uniandes, en coedición con el Instituto Francés de Estudios Andinos – IFEA

Compte-rendu: séminaire « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil »: Carolina Kobelinsky

Carolina Kobelinsky (CNRS, anthropologue au Lesc), est intervenue le 02 novembre 2020 dans le séminaire.

Êtres aux frontières: Fantômes et disparus parmi les migrants autour de la frontière de Melilla

Sa communication, s’appuie sur le terrain de recherche qu’elle a mené auprès des migrants aux frontières de l’Europe, essayant d’entrer sur le territoire de l’UE par la mer et en franchissant la triple clôture de 6 mètres de hauteur  autour de l’enclave espagnole  de Melilla.

Crédit photo : Flo Razowski, Melilla wall. Licence CC.

Les politiques migratoires et les conditions de la traversée de la frontière font de la mort une réalité omniprésente. Elle est à la fois un risque personnel pour les personnes migrantes et intégrée à un quotidien où ellescôtoient la mort des autres, au point qu’elle constitue un sujet de conversation courant..

« On sait qu’on peut mourir, mais on veut éviter d’être disparus »

Toutefois, plus encore que la mort, c’est la disparition qui inquiète. La disparition, c’est le mort oublié, celui dont personne ne sait qu’il est mort. Les migrants mettent en place des stratégies pour contrer cette perspective d’effacement, par exemple en établissant des accords avec des amis pour prévenir leurs proches en cas de décès. L’inquiétude face à la disparition s’inscrit dans le prolongement d’une invisibilisation que les migrants expérimentent déjà, leur présence sur le territoire frontalier étant associée à une pluralité de formes d’effacement.

Dans l’espace liminaire de l’enclave, C. Kobelinsky observe l’existence d’entités, d' »êtres à la frontière » (border beings): disparus, corps non identifiés, fantômes, qui s’inscrivent dans une forme de cohabitation et où la frontière entre morts et vivants  se brouille.

Revoir la présentation sur CanalU

Carolina Kobelinsky (2017). « Exister au risque de disparaitre. Récits sur la mort pendant la traversée vers l’Europe » , Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 33, p. 115-131.

Publication : « Politiques du doute et régimes de vérité à l’ « ère des os » » dans Ethnologie française

Notre collègue Dorothée Delacroix a publié dans le n°178 de la revue « Ethnologie française » (2020/2) « Tracer », un article intitulé « Politiques du doute et régimes de vérité à l’ « ère des os ». ADN et adoption symbolique des corps récupérés dans les charniers au Pérou et en Espagne« .

« Prenant pour objet l’ouverture des charniers de la guerre civile au Pérou et du franquisme en Espagne, cet article interroge le triple enjeu associé à la récupération des restes humains qui sont à la fois objet de revendications politiques, pivot d’une économie affective et pièce d’une économie probatoire. Le travail de terrain réalisé dans les Andes péruviennes et en Navarre montre qu’au-delà de l’objectif de restituer une dignité aux morts et à leurs proches, les exhumations contemporaines contribuent aussi à remettre en question l’identité des corps récupérés, parfois de façon informelle, vingt à quarante ans plus tôt. Des lieux de souvenir, entretenus depuis plusieurs décennies par les familles qui imaginaient détenir là le corps de leur proche, sont ainsi ouverts et « vérifiés » grâce aux nouvelles technologies qui s’appuient notamment sur l’analyse ADN. L’article examine les impacts de cette épreuve de vérité sur la relation intime au parent disparu, sur les positionnements politiques que défendent différents collectifs et différentes personnes, et sur leur rapport même à la citoyenneté dans cette nouvelle configuration bio-scientifique. »

Revue Ethnologie française n°178, 2020/2. sur www.cairn.info/

Delacroix Dorothée, Noûs Camille. « Politiques du doute et régimes de vérité à l’ « ère de de l’os ». ADN et adoption symbolique des corps récupérés dans les charniers au Pérou et en Espagne ». Ethnologie Française n°178, 2020, p. 327-344.

Vous pouvez consultez ici les publications produites dans le cadre du programme Transfunéraire.