Compte-rendu de mission : Galia Valtchinova (Bulgarie et Grèce)

Galia Valtchinova, Professeure d’anthropologie sociale et historique à l’université de Toulouse Jean Jaurès, a mené en juillet et août 2020 une mission de recherche en Grèce et en Bulgarie, dans le cadre du programme Transfunéraire.

En Bulgarie, elle a notamment fait des recherches dans les archives et mené des enquêtes sur le terrain, portant sur l’identification et l’exhumation de fosses communes de victimes du communisme (automne de 1944) qui ont donné lieu à différents types de ritualisations funéraires et commémoratives. 

Crédit photo: G. Valtchinova

Le travail de terrain a été réparti entre trois constellations de sites : la ville de Bansko avec trois villages les plus proches ; Vidin et le village de Makresh ; la capitale Sofia (sur deux sites différents).

La première constellation correspond au ‘bassin’ d’appartenance (lieux de naissance et/ou d’activité) d’où vient un premier contingent (une quarantaine) de victimes des répression communistes de fin septembre/début octobre 1944, dont les restes furent identifiés dans la fosse commune exhumée en avril 1990 et ré-inhumés dans le cimetière de Bansko, à l’issue d’une cérémonie religieuse, en août 1990.

La deuxième constellation correspond à un autre contingent de victimes de la répression communiste de la même période dont l’exhumation et même la commémoration sur le site fut empêchée ; sans identification ni traitement « dignifiant » des restes humaines, l’érection d’un mémorial à la gloire de ces victimes dans le centre régional (Vidin) demeure toujours une source de conflits mémoriels.

Enfin, la constellation de « la capitale Sofia » correspond à une recherche sur la ritualité mise en place autour du « Mémorial national des victimes du communisme », en lieu central, ainsi qu’aux débats autour de l’exhumation (toujours non réalisée) d’une fosse commune localisée au cimetière central, présumée contenir les restes des victimes les plus illustres du « Tribunal du Peuple » (fin 1944-février 1945).

Le travail d’archive a permis de démontrer que l’ouverture de fosses communes contenant des victimes du communisme s’inscrit dans la mobilisation politique de la première vague de démocratisation du pays (avril-mai 1990) après la chute du régime Zhivkov (novembre 1989). Initiées par l’Union des forces démocratiques, les exhumations – dont plusieurs menées en dehors de tout cadre médico-légal – furent censées produire des preuves pour faire basculer le discours d’héroïsation du communisme jusqu’alors dominant vers un discours accusatoire.

Elle a fait le constat que dans les faits, peu d’exhumations de cette époque furent suivies de ré-inhumations ou autre forme de dignification des victimes ; étant la référence pour ce cas de figure, la ré-inhumation collective selon le rituel religieux à Bansko reste une exception. Dans certains contextes, la volonté de « pacifier » les mémoires locales s’accompagne d’un discours opposant victimes du communisme à celles (communistes et de gauche) du fascisme et l’appel à dépasser ce clivage ; dans un cas (Vidin-Makresh), l’effort de faire cohabiter les deux mémoires a abouti à l’appel à suivre l’« exemple espagnol » d’un mémorial commun du type Valle de los Caidos.

L’exhumation de fosses communes étant dès le départ inscrite dans le clivage politique majeur du postcommunisme, les tensions restent vives et 30 ans plus tard et il est toujours difficile d’enquêter dessus. La quasi-totalité des témoignages vient des familles concernées, du cercle (de plus en plus restreint) des acteurs de ces exhumations et des activistes des partis anticommunistes

En Grèce, Galia Valtchinova a choisi de travailler dans le nord-ouest du pays, une région majoritairement peuplée de slavophones. Ici, c’est la configuration opposée qui est explorée, à savoir le traitement des victimes de la Guerre civile grecque (1946-1949) associées au ‘camp’ du Parti communiste. Il s’est plus spécialement agi d’étudier les mémoires, les silences et les actions entreprises autour de la fosse commune près de la ville de Florina abritant les restes des combattants de l’Armée Démocratique Hellénique (DSE) tombés dans la célèbre bataille de Florina (février 1949).

Considérée comme l’une des plus importantes en Europe, cette fosse commune, toujours non exhumée, est devenue depuis 2016 un lieu de mémoire à connotation partisane et en opposition au tout proche cimetière militaire abritant les restes des soldats de l’armée gouvernementale tombés dans la bataille, tous dûment identifiés. Enquêter sur la question qui s’est posée d’emblée – à savoir, l’absence d’une exhumation, fit émerger plusieurs interrogations portant sur le caractère irréconciliable des mémoires plurielles et leur régime de vérité. Des questions sur le statut actuel de la terre/ du terrain identifié comme lieu de massacre se posent également, et ce de manière incontournable. Il s’est avéré que même en l’absence d’exhumation, la pose d’un statuaire monumental qui marque désormais le site et des noms de victimes sur plaques en marbre est perçue comme une sorte de ‘dignification’. Enfin, on s’interroge sur les multiples références mobilisées dans le statuaire ainsi que sur la fréquence des commémorations (après l’acte inaugural de 2016) et leurs enjeux.

Ces recherches mettent en évidence tout d’abord la présence de « mémoires incompatibles » entre les victimes communistes et les victimes du communisme, et ce dans les deux pays voisins qui n’ont pourtant pas connu le même régime politique après la 2e guerre mondiale. Elles montrent, ensuite, que les ré-inhumations (collectives, production de monuments portant les noms des victimes) ne font pas l’objet du même processus de publicisation et sont souvent absentes ; ces exhumations sans ré-inhumation ouvre un questionnement sur l’usage et l’adéquation des termes « exhumations » et « ré-inhumation ».« 

Ces recherches suggèrent que le travail sur les conflits mémoriels tout comme les ritualités commémoratives peuvent se déployer en grande partie ou entièrement en dehors des séquences d’exhumation et de ré-inhumation collective des victimes de violence de masse. L’absence ou l’omission de ces séquences – vues comme centrales et comme la condition sine qua non du processus de pacification des sociétés ayant connu des conflits et divisions profondes – est une interrogation majeure à l’issue de ce travail.

G. Valtchinova. 2021.

Publicación : « Economías afectivas y verdades parciales en el contexto de las exhumaciones en Navarra » D. Delacroix

Nuestra colega Dorothée Delacroix ha publicado un artículo titulado « Economías afectivas y verdades parciales en el contexto de las exhumaciones en Navarra » en el dosier « Exhumaciones y memoria histórica en España: una mirada interdisciplinar », coordinado por Francisco Etxeberria y Lourdes Herrasti en el n°28 de la revista Huarte de San Juan. Geografía e Historia (2021).

El dosier está disponible en Open Access aquí

La nueva centralidad que adquieren los restos humanos, al ser expuestos a la luz pública tras su exhumación, es ambivalente. Cuerpo prueba, cuerpo artefacto, cuerpo adoptado bajo una identidad ficticia, cuerpo medio y límite de imputación de responsabilidades: la etnografía presentada en este artículo se basa en Navarra e ilustra los diferentes sentidos atribuidos a los restos exhumados.

Se muestra cómo experiencias concretas de «verdad» se ponen a prueba de forma muy variada entre y dentro de los contextos. Estas experiencias se apoyan en las diferentes huellas que articulan registros contradictorios y complementarios. Los saberes son forenses, archivísticos, locales. Las movilizaciones pueden ser colectivas o privilegiar el luto individual, y los registros afectivos y polí- ticos se entremezclan. El análisis demuestra que diferentes formas de apaciguamiento están en tensión entre dos polaridades: por una parte, la discursividad y por otra la materialidad de los restos.

Dealcroix D. 2021. « Economías afectivas y verdades parciales en el contexto de las exhumaciones en Navarra », Huarte de San Juan. Geografía e Historia, 28 [Exhumaciones y memoria histórica en España: una mirada interdisciplinar], mis en ligne le 25 juin 2021, DOI: https://doi.org/10.48035/rhsj-gh.28.3

Publication: Dossier « La mort au Parlement », coordonné par Anne Carol dans la revue Parlement[s]

Le numéro hors-série n°16 de la revue Parlement[s], Revue d’histoire politique, 2021/2, coordonné par Anne Carol est paru.

Il a pour thème « La mort au Parlement »

L’histoire de la mort a connu son apogée au tournant des années 1970 et 1980, à travers les deux grandes synthèses de Michel Vovelle et Philippe Ariès. Née dans la continuité de l’histoire religieuse et de la démographie historique, elle s’est renouvelée les vingt dernières années par une approche matérielle centrée sur le traitement du cadavre. Une histoire et une anthropologie politiques de la mort se sont aussi progressivement développées autour du corps du roi ou des usages politiques des funérailles. Mais la question de la mort au(x) Parlement(s) n’avait jamais été abordée en tant que telle. Ce hors-série veut montrer les multiples façons dont on peut comprendre les relations possibles entre mort et Parlement, ainsi que les différentes « histoires de la mort » qui se pratiquent aujourd’hui. Sont explorées, de la Révolution au très contemporain, en Europe et plus particulièrement en France, les manières dont les parlementaires se saisissent de la mort pour dire la norme et travailler le droit (sur le crime de lèse-nation, la violation de sépulture, le périmètre de la peine de mort), utilisent les cadavres pour asseoir leur légitimité, créer un consensus ou marquer une rupture (les martyrs de la Révolution ou de la nation, les héros de guerre), sont interpellés et débattent sur des sujets tels que les frontières entre la vie et la mort, le devenir des cendres, ou comment les élus se confrontent directement à leur propre mort (assassinat de Féraud, attentat de Vaillant, traitement des dépouilles de Gambetta ou Mandel).

Mis en ligne sur Cairn.info le 28/05/2021 ISBN 9782753582439.

Introduction : Histoire de la mort, histoire politique: nouveaux croisements. Anne Carol.

Vous pouvez retrouver tous les articles en libre accès sur Cairn.info

Enregistrement de la séance 7 du séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil avec Agnès Jeanjean en ligne.

Il est à présent possible de ré-écouter l’enregistrement de l’intervention de Agnès Jeanjean (professeur à l’université de Côte d’Azur) lors de la septième séance du séminaire « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil ».

Agnès Jeanjean, 25 janvier 2021 : « La mort et ses émanations. Mise en perspective de deux recherches menées à Nice avant et après le 14 juillet 2016« .

Pour ré-écouter les autres séances, cliquez ici.