Transfunéraire : collecte de données. Le cas de Iasi (Roumanie) documenté par Daniel Irimia

En mars 2020, alors que le programme de recherche Transfunéraire organisait sa réunion de lancement destinée notamment à poser le cadre méthodologique précis de notre travail d’enquête, la crise sanitaire a soudainement bouleversé nos projets et nos habitudes de recherche. Alors que l’un des objectifs de notre programme est de produire des données inédites à partir de l’observation ethnographique de rituels funéraires collectifs, l’accès à nos terrains s’est vu restreint pour un temps indéterminé et la plupart des réinhumations ont été différées.

Face à cette situation, nous avons cherché des moyens de surmonter ces difficultés, en décidant notamment de nous réorienter vers la collecte de données sur les enterrements réalisés dans le passé, en travaillant sur des archives numériques et papier. Ce travail de retour sur archives a été directement engagé par les membres du programme Transfunéraire sur leurs propres documentations, mais il a également été mené sur de nouveaux terrains en collaboration avec des chercheurs locaux.

Photo D. Irimia. Monument au cimetière de Iasi. 36 dalles de pierre représentent symboliquement les victimes.

Nous avons ainsi débuté en mars 2020 un travail en collaboration avec Daniel Irimia, doctorant en histoire à l’université Alexandru Iaon Cuza de Iasi, qui a réalisé une mission de collectes de données autour du cas du ré-enterrement collectif de Iasi, en Roumanie. Ce cas concerne les corps de 36 victimes juives assassinées en 1941 et exhumées en 2010 qui ont été inhumées en avril 2011 dans le cimetière de la ville, selon le rites juif ashkénaze, en présence de sept rabbins et de représentants officiels roumains et internationaux.

Le travail mené par Daniel Irimia et supervisé par Élisabeth Anstett s’est structuré en trois étapes: dans un premier temps, la constitution d’un corpus de documents d’archives de presse (roumaine et internationale) relatant l’évènement, et la rédaction d’une synthèse sur les informations disponibles à ce jour; puis la collecte et la documentation d’images de l’évènement, et enfin la collecte et la traduction des discours officiels énoncés lors de l’évènement.

L’analyse des données collectées a été finalisée en novembre 2021 avec un bilan de 30 photographies documentées et intégrées dans notre répertoire, 10 discours collectés et traduits et une synthèse générale rédigée. Les images, discours et informations rassemblées, traduites et enrichies de métadonnées ont permis de documenter ce cas de funérailles collectives réalisées selon le rite juif, qui vient s’ajouter à ceux déjà étudiés par les chercheurs du programme Transfunéraire.

L’objectif d’une telle démarche n’est pas de se substituer à la recherche ethnographique, qui reste au coeur de notre approche, mais bien de s’y articuler, et nous sommes heureux de cette expérience enrichissante et fructueuse. Nous poursuivons notre collaboration avec Daniel Irimia à travers sa participation à une prochaine publication.

Rabbins creusant les tombes avant la ré-inhumation des victimes au cimetière de Iasi (Roumanie). Youtube.

Entretien: “Crise sanitaire mondiale et transformation des pratiques funéraires en Europe”

Vous pouvez retrouver dans la Revista de direito de l’Univeristé de Brasilia (vol. 5, n°2, 2021), l’entretien réalisé par Simone Rodrigues Pinto (Université de Basília) et Valérie Robin Azevedo (Univ. de Paris) avec Gaëlle Clavandier, coordinatrice du programme de recherche Co-funéraire , ainsi que Philippe Charrier et Guillaume Rousset, membres de ce programme. L’entretien porte sur la question de la crise sanitaire mondiale et des transformations des pratiques funéraires en Europe.

L’objectif du programme Co-funéraire est de documenter le plus rapidement possible les dispositions proposées par les professionnels du monde funéraire au moment de la crise dans le respect des contraintes liées à la gestion des pandémie dans trois pays différents : la France, la Suisse et l’Italie. Il s’agit également d’évaluer l’impact (matériel et psychologique) de ces nouvelles procédures sur les personnes endeuillées et d’analyser au mieux l’inventivité dont elles font preuve face à cette situation singulière.

L’entretien (en français) est accessible en ligne. https://periodicos.unb.br/index.php/revistadedireitounb/article/view/39515/30772

Gaëlle Clavandier dans l’émission Vox Pop : “deuil, quelle place dans nos vies ?”

L’émission Vox PopLes débats qui agitent l’Europe, diffusée par Arte, a consacré un épisode à la question du deuil et de ses bouleversements liés à la crise du Covid-19, avec comme invités Gaëlle Clavandier et Anette Kersting.

Les transformations des pratiques de deuil, l’abandon des délais légaux d’inhumation ou de crémation et la diversité des expériences vécues dans les pays d’Europe au moment de la crise sanitaire sont parmi les sujets abordés.

Vous pouvez regarder l’émission sur le site de Arte.tv :

Vox Pop 31/10/2021 – Deuil: quelle place dans nos vies ? Arte

Revue “Human Remains & Violence” : Burial and the politics of dead bodies in times of COVID-19

Human Remains & Violence just released a special issue on Covid-19, guest edited by Gaëlle Clavandier (University of Saint-Etienne), Finn Stepputat (DIIS) and Graham Denyer Willis (Cambridge University).

 The Journal articles are available in Gold Open Access.

The second out of two special issues devoted to the dead bodies of Covid-19 pandemia. will be released in spring 2022.

Human Remains and Violence, an Interdisciplinary Journal: 14th issue (volume 7, n°2, autumn 2021). Élisabeth Anstett, Jean-Marc Dreyfus & Caroline Fournet (editors)