Publication: Dossier « La mort au Parlement », coordonné par Anne Carol dans la revue Parlement[s]

Le numéro hors-série n°16 de la revue Parlement[s], Revue d’histoire politique, 2021/2, coordonné par Anne Carol est paru.

Il a pour thème « La mort au Parlement »

L’histoire de la mort a connu son apogée au tournant des années 1970 et 1980, à travers les deux grandes synthèses de Michel Vovelle et Philippe Ariès. Née dans la continuité de l’histoire religieuse et de la démographie historique, elle s’est renouvelée les vingt dernières années par une approche matérielle centrée sur le traitement du cadavre. Une histoire et une anthropologie politiques de la mort se sont aussi progressivement développées autour du corps du roi ou des usages politiques des funérailles. Mais la question de la mort au(x) Parlement(s) n’avait jamais été abordée en tant que telle. Ce hors-série veut montrer les multiples façons dont on peut comprendre les relations possibles entre mort et Parlement, ainsi que les différentes « histoires de la mort » qui se pratiquent aujourd’hui. Sont explorées, de la Révolution au très contemporain, en Europe et plus particulièrement en France, les manières dont les parlementaires se saisissent de la mort pour dire la norme et travailler le droit (sur le crime de lèse-nation, la violation de sépulture, le périmètre de la peine de mort), utilisent les cadavres pour asseoir leur légitimité, créer un consensus ou marquer une rupture (les martyrs de la Révolution ou de la nation, les héros de guerre), sont interpellés et débattent sur des sujets tels que les frontières entre la vie et la mort, le devenir des cendres, ou comment les élus se confrontent directement à leur propre mort (assassinat de Féraud, attentat de Vaillant, traitement des dépouilles de Gambetta ou Mandel).

Mis en ligne sur Cairn.info le 28/05/2021 ISBN 9782753582439.

Introduction : Histoire de la mort, histoire politique: nouveaux croisements. Anne Carol.

Vous pouvez retrouver tous les articles en libre accès sur Cairn.info

Enregistrement de la séance 7 du séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil avec Agnès Jeanjean en ligne.

Il est à présent possible de ré-écouter l’enregistrement de l’intervention de Agnès Jeanjean (professeur à l’université de Côte d’Azur) lors de la septième séance du séminaire « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil ».

Agnès Jeanjean, 25 janvier 2021 : « La mort et ses émanations. Mise en perspective de deux recherches menées à Nice avant et après le 14 juillet 2016« .

Pour ré-écouter les autres séances, cliquez ici.

Compte-rendu séminaire « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil »: Anne Carol

Pour sa 5e séance, le séminaire a accueilli Anne Carol (Telemme, AMU) dont la communication portait sur les enjeux associés à la demande croissante de corps pour les besoins de l’anatomie et de la médecine au XIXe siècle. Elle a porté attention aux conditions d’approvisionnement des corps, ainsi qu’au devenir des restes dans le contexte parisien.

Fournir des corps à la médecine : une approche historique

La demande en corps augmente au XIXe siècle avec le développement de la méthode anatomoclinique et de l’anatomie, discipline dont la pratique existe depuis la fin Moyen-âge, cherchant à comprendre le corps, comme l’ont montré les travaux de Mandressi. Les médecins et les chirurgiens commencent également à avoir un intérêt pour les corps, pour identifier les pathologies dans la chair, ou s’entrainer à réaliser sur des morts les gestes destinés aux vivants. Avec le temps, l’anatomie intègre progressivement les cursus d’enseignement de la médecine. La constitution de collections – privées ou à but éducatif – contribue aussi à la demande.

Face à ces besoins croissants, il faut trouver des corps. Les deux sources principales sont les corps des suppliciés et ceux des morts des hôpitaux. Le contrôle sur les corps est opéré par plusieurs acteurs: l’État et les autorités locales d’abord, à travers les règlementations qui vont encadrer l’accès au corps; les médecins, entre lesquels existe une concurrence souvent âpre; et l’administration hospitalière, chargée de fournir les différents services et de faire le tri entre les corps qui passeront uniquement par l’autopsie (dont la réalisation est la norme pour les morts de l’hôpital) et ceux destinés à la dissection (un destin perçu comme plus infamant).

Après l’autopsie, les familles peuvent théoriquement réclamer les corps et prendre en charge les funérailles. Mais c’est rarement le cas, d’abord pour des raisons pécuniaires, mais aussi parce que les proches ignorent souvent cette possibilité – une ignorance que le corps médical tend à favoriser plutôt qu’à combattre. Enfin, ce n’est qu’avec la loi sur la liberté des funérailles de 1887 que le choix des défunts eux-mêmes sur le destin de leur dépouille deviendra déterminant.

Image extraite du PowerPoint accompagnant la présentation d’A. Carol, consultable ici (tous droits réservés).

On peut observer les transformations du rapport aux pratiques sur le corps a travers les diverses réglementations et interdictions. L’encadrement légal des espaces de dissection réduit puis interdit la pratique de l’anatomie dans des espaces privés pour la ramener au sein des établissements hospitaliers ou des Facultés de médecine. La demande a fait émerger un commerce des corps, formel et encadré (dédommagement pour les déplacements) mais aussi informel et dénoncé (du trafic de pièces anatomiques et de corps au vol de corps dans les cimetières).

Dans le cas des condamnés à mort, le « bon état » de leurs corps les rendaient particulièrement désirables pour la pratique anatomique. La dissection était souvent présentée comme un prolongement de la peine, parfois décrite dans des discours moralisateurs comme un juste retour des choses pour ce qu’ils avaient fait subir à leurs victimes.

Qu’en est-il du devenir des restes humains ? La question engage des enjeux sanitaires et moraux. Il s’inscrit d’abord dans une gestion du déchet, qui cherchait à éviter l’envahissement de l’espace par les « débris » issus des pratiques médicales. Cependant, avec l‘évolution des sensibilités funéraires au cours du XIXe siècle, la préservation de l’intégrité du corps après la mort émerge comme norme, marquée par le développement de la pratique de l’embaumement. Or, les usages médicaux tels que la dissection s’écartent de cette norme. Ici encore, c’est à travers l’évolution des réglementations, ainsi qu’au travers des affaires scandaleuses qui ont été traitées par la presse, que l’on peut constater l’évolution des pratiques funéraire, qui traduit une volonté des acteurs qui approvisionnent en corps de s’assurer que ceux-ci seront intégralement enterrés, dans des espaces dédiés dans les cimetières, avant que la pratique de crémation des restes ne s’impose largement.

Revoir la présentation sur CanalU

Compte-rendu – « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil » : Gaëlle Clavandier

Compte-rendu de la première séance du séminaire, organisée en ligne le 28 septembre 2020. Nous recevions Gaëlle Clavandier, sociologue et anthropologue (Université de St Etienne), coordinatrice du Programme Co-funéraire et membre de Transfunéraire.

Lors de la séance d’ouverture du webinaire « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil », Gaëlle Clavandier a évoqué les recherches menées dans le cadre du programme qu’elle coordonne : CO-FUNERAIRECo-construire une réponse funéraire en contexte de pandémie du Covid-19 (France, Suisse, Italie), ces projets étant soutenus par l’ANR et le FNS.

Mondes funéraires, personnes en deuil et Covid-19

Les premiers résultats ont mis en évidence l’importante variabilité des situations de surmortalité en période de Covid-19 dans les pays concernés (France, Suisse, Italie). Les chiffres nationaux ont tendance à « lisser » les expressions de la crise telle qu’elle est vécue localement, qui sont mieux appréhendées à l’échelle micro.

Les enquêtes menées auprès de l’ensemble des acteurs professionnels (agents de chambre mortuaire, médecins-légistes, opérateurs funéraires, officiers d’état civil, gestionnaire de cimetière, de crématorium) montrent la nécessité de prendre en compte la variabilité dans le temps (épuisement cumulé entre la première vague et la seconde) et l’espace (la contamination par cluster entrainant la saturation localisée des services et établissements).

Les recherches qui sont en train d’être réalisées interrogent les transformations des pratiques funéraires qui sont la conséquence de la crise sanitaire et de la potentielle crise de mortalité. En pesant sur les conditions de travail des professionnels, la crise sanitaire produit des bouleversements funéraires qui ne se limitent pas aux morts du Covid-19 mais impactent tous les morts.

Les contraintes sanitaires et organisationnelles entrainent l’interdiction ou l’évitement de certains gestes funéraires (adieu au corps, toilette funéraire, thanatopraxie), et en réaction, des ajustements de la part des professionnels soit pour contourner les interdits, soit pour les renforcer. Les pratiques évoluent aussi avec les rumeurs ou les informations parfois partielles qui circulent parmi les professionnels et les proches des défunts.

Les questionnements ouverts par le programme sont nombreux et passionnants. Ils soulèvent des enjeux théoriques, mais aussi méthodologiques, notamment la nécessité ou non pour les sciences sociales, dont la démarche de recherche s’inscrit dans le temps long, de prendre la parole au sein de débat public marqué par les fortes attentes suscitées par un sujet d’actualité très médiatisé.

Revoir la présentation sur CanalU

En raison du contexte sanitaire, le séminaire « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil » 2020-2021 est organisé en ligne sur Zoom. Si vous souhaitez assister aux séances ou être inscrit sur la liste de diffusion, envoyez un mail à valerie.robin-azevedo[at]parisdescartes.fr. Le programme des séances à venir est consultable ici.