Séminaire Histoire et anthropologie de la mort: “cadavres anonymes” 03/12/2021

Poursuivant sur la dynamique lancée lors des deux premières séances (réalisées en distanciel les 17 mars et 6 mai 2021), le séminaire “Histoire et anthropologie de la mort” animé par Anne Carol (Telemme, AMU) et Elisabeth Anstett (CNRS, ADES, AMU), reprend en mode hybride.

La prochaine séance aura lieu le 03 décembre, en deux sessions successive de 10h à 12h30 et de 14h à 16h30. autour de la thématique “Cadavres anonymes”.

La séance réunira Pascal Adalian (AMU) sur les procédures d’identification des corps en anthropologie médico-légale, Elisabeth Anstett (CNRS) sur la prise en charge funéraire des dépouilles en contexte de violence de masse, Bruno Bertherat (Université d’Avignon) sur la gestion des corps à la morgue au XIXe siècle et Jean-Marc Dreyfus (Université de Manchester) sur le cas des corps des camps d’extermination de la Deuxième guerre mondiale.

Les personnes souhaitant être présents : sur place (Faculté de médecine de Marseille, salle à venir) ou à distance peuvent contacter les organisatrices pour recevoir le lien de connexion ou s’inscrire.

Journées d’études interdisciplinaires : “Des morts privés de funérailles”, organisées par E. Anstett et A. Schmitt

Les journées d’études interdisciplinaires “Des morts privés de funérailles. De la préhistoire à nos jours” seront organisées à l’université Paul-Valéry à Montpellier, les 24 et 25 juin 2021.

La rencontre aura lieu uniquement en présentiel. Elle est organisée par Aurore Schmitt (CNRS, UMR 5140 Archéologies des sociétés méditerranéennes) et Elisabeth Anstett (CNRS, UMR 7268 Anthropologie bio-culturelle, droit, éthique et santé).

Publication: Dossier “La mort au Parlement”, coordonné par Anne Carol dans la revue Parlement[s]

Le numéro hors-série n°16 de la revue Parlement[s], Revue d’histoire politique, 2021/2, coordonné par Anne Carol est paru.

Il a pour thème “La mort au Parlement”

L’histoire de la mort a connu son apogée au tournant des années 1970 et 1980, à travers les deux grandes synthèses de Michel Vovelle et Philippe Ariès. Née dans la continuité de l’histoire religieuse et de la démographie historique, elle s’est renouvelée les vingt dernières années par une approche matérielle centrée sur le traitement du cadavre. Une histoire et une anthropologie politiques de la mort se sont aussi progressivement développées autour du corps du roi ou des usages politiques des funérailles. Mais la question de la mort au(x) Parlement(s) n’avait jamais été abordée en tant que telle. Ce hors-série veut montrer les multiples façons dont on peut comprendre les relations possibles entre mort et Parlement, ainsi que les différentes « histoires de la mort » qui se pratiquent aujourd’hui. Sont explorées, de la Révolution au très contemporain, en Europe et plus particulièrement en France, les manières dont les parlementaires se saisissent de la mort pour dire la norme et travailler le droit (sur le crime de lèse-nation, la violation de sépulture, le périmètre de la peine de mort), utilisent les cadavres pour asseoir leur légitimité, créer un consensus ou marquer une rupture (les martyrs de la Révolution ou de la nation, les héros de guerre), sont interpellés et débattent sur des sujets tels que les frontières entre la vie et la mort, le devenir des cendres, ou comment les élus se confrontent directement à leur propre mort (assassinat de Féraud, attentat de Vaillant, traitement des dépouilles de Gambetta ou Mandel).

Mis en ligne sur Cairn.info le 28/05/2021 ISBN 9782753582439.

Introduction : Histoire de la mort, histoire politique: nouveaux croisements. Anne Carol.

Vous pouvez retrouver tous les articles en libre accès sur Cairn.info