Transfunéraire : collecte de données. Le cas de Iasi (Roumanie) documenté par Daniel Irimia

En mars 2020, alors que le programme de recherche Transfunéraire organisait sa réunion de lancement destinée notamment à poser le cadre méthodologique précis de notre travail d’enquête, la crise sanitaire a soudainement bouleversé nos projets et nos habitudes de recherche. Alors que l’un des objectifs de notre programme est de produire des données inédites à partir de l’observation ethnographique de rituels funéraires collectifs, l’accès à nos terrains s’est vu restreint pour un temps indéterminé et la plupart des réinhumations ont été différées.

Face à cette situation, nous avons cherché des moyens de surmonter ces difficultés, en décidant notamment de nous réorienter vers la collecte de données sur les enterrements réalisés dans le passé, en travaillant sur des archives numériques et papier. Ce travail de retour sur archives a été directement engagé par les membres du programme Transfunéraire sur leurs propres documentations, mais il a également été mené sur de nouveaux terrains en collaboration avec des chercheurs locaux.

Photo D. Irimia. Monument au cimetière de Iasi. 36 dalles de pierre représentent symboliquement les victimes.

Nous avons ainsi débuté en mars 2020 un travail en collaboration avec Daniel Irimia, doctorant en histoire à l’université Alexandru Iaon Cuza de Iasi, qui a réalisé une mission de collectes de données autour du cas du ré-enterrement collectif de Iasi, en Roumanie. Ce cas concerne les corps de 36 victimes juives assassinées en 1941 et exhumées en 2010 qui ont été inhumées en avril 2011 dans le cimetière de la ville, selon le rites juif ashkénaze, en présence de sept rabbins et de représentants officiels roumains et internationaux.

Le travail mené par Daniel Irimia et supervisé par Élisabeth Anstett s’est structuré en trois étapes: dans un premier temps, la constitution d’un corpus de documents d’archives de presse (roumaine et internationale) relatant l’évènement, et la rédaction d’une synthèse sur les informations disponibles à ce jour; puis la collecte et la documentation d’images de l’évènement, et enfin la collecte et la traduction des discours officiels énoncés lors de l’évènement.

L’analyse des données collectées a été finalisée en novembre 2021 avec un bilan de 30 photographies documentées et intégrées dans notre répertoire, 10 discours collectés et traduits et une synthèse générale rédigée. Les images, discours et informations rassemblées, traduites et enrichies de métadonnées ont permis de documenter ce cas de funérailles collectives réalisées selon le rite juif, qui vient s’ajouter à ceux déjà étudiés par les chercheurs du programme Transfunéraire.

L’objectif d’une telle démarche n’est pas de se substituer à la recherche ethnographique, qui reste au coeur de notre approche, mais bien de s’y articuler, et nous sommes heureux de cette expérience enrichissante et fructueuse. Nous poursuivons notre collaboration avec Daniel Irimia à travers sa participation à une prochaine publication.

Rabbins creusant les tombes avant la ré-inhumation des victimes au cimetière de Iasi (Roumanie). Youtube.

Projet de recherche “Les morts de la Retirada”

Touchant à des thématiques qui rejoignent celles du programme de recherche Transfunéraire, le projet de recherche mené par Bruno Bertherat et Isabelle Renaudet étudie les morts de la Retirada espagnole.

Abordant ce sujet dans une approche historique qui accorde une grande importance aux lieux, et notamment aux tombes, ce projet vise à éclairer une dimension peu étudiée de la Retirada, période pour laquelle on s’est beaucoup intéressé à l’errance, mais moins au décès. La recherche s’inscrit dans l’espace géographique des Pyrénées-Orientales et dans une période spécifique : celle qui s’étend entre janvier 1939, lorsque les réfugiés sont accueillis sur le territoire français, jusqu’au 1er janvier 1939, date d’entrée en guerre contre l’Allemagne.

Les images iconiques de la Retirada ne sont généralement pas associées à la mort, mais plutôt aux cortèges de dizaines de milliers d’Espagnols épuisés progressant sur les routes du sud de la France. Si la guerre d’Espagne est associée à la mort et aux massacres, la Retirada l’est plutôt à l’errance et au déracinement, qui sont d’autres formes de souffrance, reléguant la mort à un arrière-plan.

https://eua.hypotheses.org/5607

Plus d’information sur ce projet de recherche sur le blog Hypothèse des Éditions Universitaires d’Avignon:

Séminaire Histoire et anthropologie de la mort: “cadavres anonymes” 03/12/2021

Poursuivant sur la dynamique lancée lors des deux premières séances (réalisées en distanciel les 17 mars et 6 mai 2021), le séminaire “Histoire et anthropologie de la mort” animé par Anne Carol (Telemme, AMU) et Elisabeth Anstett (CNRS, ADES, AMU), reprend en mode hybride.

La prochaine séance aura lieu le 03 décembre, en deux sessions successive de 10h à 12h30 et de 14h à 16h30. autour de la thématique “Cadavres anonymes”.

La séance réunira Pascal Adalian (AMU) sur les procédures d’identification des corps en anthropologie médico-légale, Elisabeth Anstett (CNRS) sur la prise en charge funéraire des dépouilles en contexte de violence de masse, Bruno Bertherat (Université d’Avignon) sur la gestion des corps à la morgue au XIXe siècle et Jean-Marc Dreyfus (Université de Manchester) sur le cas des corps des camps d’extermination de la Deuxième guerre mondiale.

Les personnes souhaitant être présents : sur place (Faculté de médecine de Marseille, salle à venir) ou à distance peuvent contacter les organisatrices pour recevoir le lien de connexion ou s’inscrire.

Publicación: La violencia que no cesa. Huellas y persistencias del conflicto armado en el Perú contemporaneo

Nueva publicación : “La violencia que cesa. Huellas y presistencias del conflicto armado en el Perú contemporaneo“, Ricardo Bedoya Forno, Dorothée Delacroix, Valérie Robin Azevedo y Tania Romero Barrios (coord.) Punto Cardenal, 2021.

Version française ci-dessous.

El libro busca romper estereotipos y comprender las huellas y persistencias del conflicto armado peruano en la actualidad.

A veinte años de la creación de la Comisión de la Verdad y Reconciliación, ¿cuáles fueron los usos del metarrelato de su informe final en las reparaciones a las víctimas? ¿Cómo se manifiesta el “continuum de violencia” en los conflictos sociales actuales, las migraciones o las violencias de género? ¿En qué medida las producciones culturales interrogan la herencia de la violencia política?

Aborda estas preguntas desde una perspectiva multidisciplinaria que articula ciencias sociales, humanidades y artes.

El libro incluye artículos de Ricardo Caro Cárdenas, Ricardo Bedoya Forno, José Pablo Baraybar, Dorothée Delacroix, Valérie Robin Azevedo, Jelke Boesten, Camille Boutron, Marie J. Manrique, Diego Uchuypoma Soria, Tania Romero Barrios, Carla Granados, Bruno Hervé Huamaní, Fanny Chagnollaud, Pablo Malek y entrevistas con César Itier, Pablo Landeo Muñoz, Diego Trelles Paz y Karen Bernedo.

Tabla de contenido

«Este libro […] nos muestra cómo los impactos de la guerra interna aún permanecen en la memoria de los peruanos […]. Los trabajos nos invitan a pensar el posconflicto en el Perú como “un pasado que no pasa” pero que puede pasar en cualquier otro lugar del mundo».

Jefrey Gamarra

Version française:

“La violencia que no cesa” cherche à briser les stéréotypes et à comprendre les traces et la persistance du conflit armé péruvien aujourd’hui. Vingt ans après la création de la Commission Vérité et Réconciliation, quels ont été les usages du méta-récit de son rapport final dans la mis en œuvre des réparations aux victimes ?

Comment le “continuum de violence” se manifeste-t-il dans les conflits sociaux actuels, les migrations ou les violences de genre ? Dans quelle mesure les productions culturelles interrogent-elles l’héritage de la violence politique ? Nous abordons ces questions dans une perspective multidisciplinaire qui articule sciences sociales, sciences humaines et arts visuels. 

L’ouvrage inclus des contributions de Ricardo Caro Cárdenas, Ricardo Bedoya Forno, José Pablo Baraybar, Dorothée Delacroix, Valérie Robin Azevedo, Jelke Boesten, Camille Boutron, Marie J. Manrique, Diego Uchuypoma Soria, Tania Romero Barrios, Carla Granados, Bruno Hervé Huamaní, Fanny Chagnollaud, Pablo Malek et des interviews avec César Itier, Pablo Landeo Muñoz, Diego Trelles Paz et Karen Bernedo.

Table des matières