Séminaire Histoire et Anthropologie de la mort, 17 mars 2022: “Médecins et cadavres”

La prochaine séance du séminaire inter-laboratoire AMU “Histoire et Anthropologie de la Mort“, coordonné par Anne Carol et Elisabeth Anstett portera sur la thématique : “Médecins et cadavres”.

La séance aura lieu le 17 mars 2022, de 10 h à 16 h 30, en mode hybride, à la salle P.A. Février de Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (5 rue du château de l’Horloge) et en visio-conférence.

Matin :

  • Rafael Mandressi (historien, CNRS) : Cadavera inmunda sunt : stratégies d’accoutumance et techniques de contrôle face au dégoût chez les anatomistes de l’époque moderne
  • Valérie Souffron (sociologue, Paris 1) : Faut-il se débarrasser du cadavre pour explorer les corps ? Ce que l’autopsie par imagerie médicale fait aux morts

Après-midi :

  • Martin Robert (historien, Université d’Oxford) : Cette science nécessaire : dissections humaines et formation médicale au XIXe siècle
  • Clara Duterme et Valérie Robin Azevedo (anthropologues, AMU et Université de Paris Cité) : Le Centre du don des corps à l’Université Paris Descartes : un cas si singulier de gestion des cadavres ?

Les transformations contemporaines du traitement des morts ordinaires (gestion des cimetières, essor de la crémation ou de la thanatopraxie) et les problèmes soulevés par les récentes crises de mortalité (migrants, canicule, épidémies, guerre, etc.) incitent en effet à engager une réflexion pluridisciplinaire et internationale sur le fait mortuaire, en faisant dialoguer des anthropologues, des archéologues, des historiens, des historiens de l’art, des médecins, des philosophes, des psychologues, des sociologues.

Car s’il existe à ce jour de nombreuses forces dispersées et plus ou moins institutionnalisées (carnets de recherches, programmes courts financés, dispositifs institutionnels) il n’existe pas encore en France d’espace scientifique et de recherche spécifiquement consacré à la mort. Ce séminaire de recherche a vocation à combler ce manque en engageant une réflexion véritablement interdisciplinaire sur le fait mortuaire, ses modalités, ses évolutions, ses enjeux.

Trois journées ont déjà eu lieu portant sur les thématiques du Cadavres dangereux (17 mars 2021), Cadavres indésirables (6 mai 2021), Cadavres anonymes (3 décembre 2021).

Pour obtenir le lien de visio-conférence ou obtenir plus d’informations, contactez Elisabeth Anstett (elisabeth.anstett@univ-amu.fr ) ou Anne Carol (anne.carol@univ-amu.fr)

Parution : Anne Carol, “La mise en pièces de Gambetta. Autopsie d’un corps politique”

Le dernier ouvrage d’Anne Carol, professeur d’histoire contemporaine à l’Université d’Aix-Marseille, membre de l’UMR 7303 Telemme AMU-CNRS et membre du programme Transfunéraire est sorti en février 2022 aux éditions Jérôme Millon.

1ère de couverture de l’ouvrage La mise en pièces de Gambetta, autopsie d’un corps politique, A. Carol, éditions Jérôme Millon, 2022.

Pour le commander en ligne cliquez ici.

En avril 1909, le président de la République Armand Fallières doit inaugurer le monument que la ville de Nice a élevé à la mémoire d’un des fondateurs du régime : Léon Gambetta, inhumé dans le cimetière municipal. Un dépôt de gerbes sur la tombe est prévu. La municipalité décide pour l’occasion de transférer les restes du grand homme dans un tombeau plus monumental que la modeste concession familiale où il repose depuis 1883. Il faut donc l’exhumer.

C’est un corps incomplet, très mutilé qui s’offre aux yeux des assistants : un corps décapité et privé de son bras droit, mais aussi de son cœur et d’une partie de ses entrailles. Comment en est-on arrivé là ? Comment interpréter cette mise en pièces ? C’est à ces questions que cette nécrographie s’efforce de répondre.

Journée d’études : Des morts privés de funérailles – Marseille 21 mars 2022

Organisée par Aurore Schmitt et Elisabeth Anstett, en partenariat avec le programme Transfunéraire, la journée d’études “Des morts privés de funérailles. Modalités contestées et enjeux de la mise en terre” aura lieu à Aix-Marseille Université, le 21 mars 2022, en présentiel uniquement.

Cette journée fait suite aux deux Journées d’études organisées à Montpellier en juin 2021 et poursuit un questionnement interdisciplinaire autour de l’absence de traitement funéraire.

La journée du 21 mars sera consacrée plus particulièrement aux modalités problématiques de la mise en terre.

L’inscription préalable est obligatoire. Écrire à sansfunerailles@gmail.com


Transfunéraire : collecte de données. Le cas de Iasi (Roumanie) documenté par Daniel Irimia

En mars 2020, alors que le programme de recherche Transfunéraire organisait sa réunion de lancement destinée notamment à poser le cadre méthodologique précis de notre travail d’enquête, la crise sanitaire a soudainement bouleversé nos projets et nos habitudes de recherche. Alors que l’un des objectifs de notre programme est de produire des données inédites à partir de l’observation ethnographique de rituels funéraires collectifs, l’accès à nos terrains s’est vu restreint pour un temps indéterminé et la plupart des réinhumations ont été différées.

Face à cette situation, nous avons cherché des moyens de surmonter ces difficultés, en décidant notamment de nous réorienter vers la collecte de données sur les enterrements réalisés dans le passé, en travaillant sur des archives numériques et papier. Ce travail de retour sur archives a été directement engagé par les membres du programme Transfunéraire sur leurs propres documentations, mais il a également été mené sur de nouveaux terrains en collaboration avec des chercheurs locaux.

Photo D. Irimia. Monument au cimetière de Iasi. 36 dalles de pierre représentent symboliquement les victimes.

Nous avons ainsi débuté en mars 2020 un travail en collaboration avec Daniel Irimia, doctorant en histoire à l’université Alexandru Iaon Cuza de Iasi, qui a réalisé une mission de collectes de données autour du cas du ré-enterrement collectif de Iasi, en Roumanie. Ce cas concerne les corps de 36 victimes juives assassinées en 1941 et exhumées en 2010 qui ont été inhumées en avril 2011 dans le cimetière de la ville, selon le rites juif ashkénaze, en présence de sept rabbins et de représentants officiels roumains et internationaux.

Le travail mené par Daniel Irimia et supervisé par Élisabeth Anstett s’est structuré en trois étapes: dans un premier temps, la constitution d’un corpus de documents d’archives de presse (roumaine et internationale) relatant l’évènement, et la rédaction d’une synthèse sur les informations disponibles à ce jour; puis la collecte et la documentation d’images de l’évènement, et enfin la collecte et la traduction des discours officiels énoncés lors de l’évènement.

L’analyse des données collectées a été finalisée en novembre 2021 avec un bilan de 30 photographies documentées et intégrées dans notre répertoire, 10 discours collectés et traduits et une synthèse générale rédigée. Les images, discours et informations rassemblées, traduites et enrichies de métadonnées ont permis de documenter ce cas de funérailles collectives réalisées selon le rite juif, qui vient s’ajouter à ceux déjà étudiés par les chercheurs du programme Transfunéraire.

L’objectif d’une telle démarche n’est pas de se substituer à la recherche ethnographique, qui reste au coeur de notre approche, mais bien de s’y articuler, et nous sommes heureux de cette expérience enrichissante et fructueuse. Nous poursuivons notre collaboration avec Daniel Irimia à travers sa participation à une prochaine publication.

Rabbins creusant les tombes avant la ré-inhumation des victimes au cimetière de Iasi (Roumanie). Youtube.