Séminaire Histoire et anthropologie de la mort: “cadavres anonymes” 03/12/2021

Poursuivant sur la dynamique lancée lors des deux premières séances (réalisées en distanciel les 17 mars et 6 mai 2021), le séminaire “Histoire et anthropologie de la mort” animé par Anne Carol (Telemme, AMU) et Elisabeth Anstett (CNRS, ADES, AMU), reprend en mode hybride.

La prochaine séance aura lieu le 03 décembre, en deux sessions successive de 10h à 12h30 et de 14h à 16h30. autour de la thématique “Cadavres anonymes”.

La séance réunira Pascal Adalian (AMU) sur les procédures d’identification des corps en anthropologie médico-légale, Elisabeth Anstett (CNRS) sur la prise en charge funéraire des dépouilles en contexte de violence de masse, Bruno Bertherat (Université d’Avignon) sur la gestion des corps à la morgue au XIXe siècle et Jean-Marc Dreyfus (Université de Manchester) sur le cas des corps des camps d’extermination de la Deuxième guerre mondiale.

Les personnes souhaitant être présents : sur place (Faculté de médecine de Marseille, salle à venir) ou à distance peuvent contacter les organisatrices pour recevoir le lien de connexion ou s’inscrire.

Compte-rendu séminaire “Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil”: Paul Sorrentino

Le 18 janvier 2021, Paul Sorrentino (EHESS, CASE) a présenté au séminaire une communication portant sur ses travaux récents sur les formes d’expertises dans le contexte de la recherche des corps égarés des guerres au Vietnam.

La recherche et l’identification des soldats disparus au Vietnam. De l’acharnement funéraire au renoncement

Les travaux de Paul Sorrentino l’ont dans un premier temps amené à s’intéresser aux pratiques médiumniques au Vietnam. Il publie en 2018 À l’épreuve de la possession : chronique d’une innovation rituelle dans le Vietnam contemporain.

A la fin des années 1990, l’expertise médiumnique constitue une modalité de la recherche des soldats vietnamiens disparus. Les familles font appel aux médiums, qui se déclarent capables de retrouver les corps, en s’appuyant sur leurs perceptions « extra-sensorielles ». Au-delà des polémiques récurrentes, la confiance accordée aux médiums est cependant profondément remise en question dans les années 2010, lorsque certaines identifications sont dénoncées comme étant des supercheries, à partir d’une autre forme d’expertise : celle bio-technologique de l’analyse ADN.

A partir de 2013, l’Etat Vietnamien et l’armée vont systématiser un projet d’identification des corps par l’analyse de l’ADN mitochondrial, qui se concrétisera en 2018. Paul Sorrentino a mené un travail de recherche auprès des experts chargés des identifications, en s’intéressant notamment à la chaine opératoire mise en place pour l’identification. Le travail de ces experts est soumis à la fois à une demande de résultat (articulé à des objectifs chiffrés et une visée d’analyse systématique des cimetières où sont enterrés les soldats non identifiés) et à une injonction à la stricte scientificité pour éviter les erreurs, alors même qu’ils travaillent sur des restes humains dégradés.

Cette expertise bio-technologique, si elle peut se prévaloir d’une scientificité opposée au savoir médiumnique, n’en reste pas moins l’objet de critiques sur le coût, la lenteur, et les incertitudes qui rendent souvent impossible une identification avec certitude. En parallèle, Paul Sorrentino étudie une autre forme d’expertise, issue du travail d’acteurs de la société civile : la compilation d’informations, d’archives et de témoignage. Ce travail mené par des individus volontaires, s’inscrit dans la continuité de l’accompagnement des familles de victimes. Il constitue une autre manière de “retrouver” les morts, non pas en identifiant systématiquement les corps, mais en retraçant leurs trajectoires et leurs histoires lorsque cela est possible, parfois en faisant le constat de l’impossibilité de la tâche.

C’est ce dernier point qui amène Paul Sorrentino à poser la question de l’ « acharnement funéraire » et questionner l’hypothèse culturaliste d’une nécessité indiscutable de retrouver les ossements de ces morts disparus, pour les Vietnamiens. Son enquête – qui se poursuit – l’amène à considérer les autres formes de mémorialisation et de rituels de substitutions possibles face à l’absence des corps identifiés.

Publication : “Politiques du doute et régimes de vérité à l’ “ère des os”” dans Ethnologie française

Notre collègue Dorothée Delacroix a publié dans le n°178 de la revue “Ethnologie française” (2020/2) “Tracer”, un article intitulé “Politiques du doute et régimes de vérité à l’ “ère des os”. ADN et adoption symbolique des corps récupérés dans les charniers au Pérou et en Espagne“.

Prenant pour objet l’ouverture des charniers de la guerre civile au Pérou et du franquisme en Espagne, cet article interroge le triple enjeu associé à la récupération des restes humains qui sont à la fois objet de revendications politiques, pivot d’une économie affective et pièce d’une économie probatoire. Le travail de terrain réalisé dans les Andes péruviennes et en Navarre montre qu’au-delà de l’objectif de restituer une dignité aux morts et à leurs proches, les exhumations contemporaines contribuent aussi à remettre en question l’identité des corps récupérés, parfois de façon informelle, vingt à quarante ans plus tôt. Des lieux de souvenir, entretenus depuis plusieurs décennies par les familles qui imaginaient détenir là le corps de leur proche, sont ainsi ouverts et « vérifiés » grâce aux nouvelles technologies qui s’appuient notamment sur l’analyse ADN. L’article examine les impacts de cette épreuve de vérité sur la relation intime au parent disparu, sur les positionnements politiques que défendent différents collectifs et différentes personnes, et sur leur rapport même à la citoyenneté dans cette nouvelle configuration bio-scientifique.”

Revue Ethnologie française n°178, 2020/2. sur www.cairn.info/

Delacroix Dorothée, Noûs Camille. « Politiques du doute et régimes de vérité à l’ « ère de de l’os ». ADN et adoption symbolique des corps récupérés dans les charniers au Pérou et en Espagne ». Ethnologie Française n°178, 2020, p. 327-344.

Vous pouvez consultez ici les publications produites dans le cadre du programme Transfunéraire.