Compte-rendu de mission : Galia Valtchinova (Bulgarie et Grèce)

Galia Valtchinova, Professeure d’anthropologie sociale et historique à l’université de Toulouse Jean Jaurès, a mené en juillet et août 2020 une mission de recherche en Grèce et en Bulgarie, dans le cadre du programme Transfunéraire.

En Bulgarie, elle a notamment fait des recherches dans les archives et mené des enquêtes sur le terrain, portant sur l’identification et l’exhumation de fosses communes de victimes du communisme (automne de 1944) qui ont donné lieu à différents types de ritualisations funéraires et commémoratives. 

Crédit photo: G. Valtchinova

Le travail de terrain a été réparti entre trois constellations de sites : la ville de Bansko avec trois villages les plus proches ; Vidin et le village de Makresh ; la capitale Sofia (sur deux sites différents).

La première constellation correspond au ‘bassin’ d’appartenance (lieux de naissance et/ou d’activité) d’où vient un premier contingent (une quarantaine) de victimes des répression communistes de fin septembre/début octobre 1944, dont les restes furent identifiés dans la fosse commune exhumée en avril 1990 et ré-inhumés dans le cimetière de Bansko, à l’issue d’une cérémonie religieuse, en août 1990.

La deuxième constellation correspond à un autre contingent de victimes de la répression communiste de la même période dont l’exhumation et même la commémoration sur le site fut empêchée ; sans identification ni traitement « dignifiant » des restes humaines, l’érection d’un mémorial à la gloire de ces victimes dans le centre régional (Vidin) demeure toujours une source de conflits mémoriels.

Enfin, la constellation de « la capitale Sofia » correspond à une recherche sur la ritualité mise en place autour du « Mémorial national des victimes du communisme », en lieu central, ainsi qu’aux débats autour de l’exhumation (toujours non réalisée) d’une fosse commune localisée au cimetière central, présumée contenir les restes des victimes les plus illustres du « Tribunal du Peuple » (fin 1944-février 1945).

Le travail d’archive a permis de démontrer que l’ouverture de fosses communes contenant des victimes du communisme s’inscrit dans la mobilisation politique de la première vague de démocratisation du pays (avril-mai 1990) après la chute du régime Zhivkov (novembre 1989). Initiées par l’Union des forces démocratiques, les exhumations – dont plusieurs menées en dehors de tout cadre médico-légal – furent censées produire des preuves pour faire basculer le discours d’héroïsation du communisme jusqu’alors dominant vers un discours accusatoire.

Elle a fait le constat que dans les faits, peu d’exhumations de cette époque furent suivies de ré-inhumations ou autre forme de dignification des victimes ; étant la référence pour ce cas de figure, la ré-inhumation collective selon le rituel religieux à Bansko reste une exception. Dans certains contextes, la volonté de « pacifier » les mémoires locales s’accompagne d’un discours opposant victimes du communisme à celles (communistes et de gauche) du fascisme et l’appel à dépasser ce clivage ; dans un cas (Vidin-Makresh), l’effort de faire cohabiter les deux mémoires a abouti à l’appel à suivre l’« exemple espagnol » d’un mémorial commun du type Valle de los Caidos.

L’exhumation de fosses communes étant dès le départ inscrite dans le clivage politique majeur du postcommunisme, les tensions restent vives et 30 ans plus tard et il est toujours difficile d’enquêter dessus. La quasi-totalité des témoignages vient des familles concernées, du cercle (de plus en plus restreint) des acteurs de ces exhumations et des activistes des partis anticommunistes

En Grèce, Galia Valtchinova a choisi de travailler dans le nord-ouest du pays, une région majoritairement peuplée de slavophones. Ici, c’est la configuration opposée qui est explorée, à savoir le traitement des victimes de la Guerre civile grecque (1946-1949) associées au ‘camp’ du Parti communiste. Il s’est plus spécialement agi d’étudier les mémoires, les silences et les actions entreprises autour de la fosse commune près de la ville de Florina abritant les restes des combattants de l’Armée Démocratique Hellénique (DSE) tombés dans la célèbre bataille de Florina (février 1949).

Considérée comme l’une des plus importantes en Europe, cette fosse commune, toujours non exhumée, est devenue depuis 2016 un lieu de mémoire à connotation partisane et en opposition au tout proche cimetière militaire abritant les restes des soldats de l’armée gouvernementale tombés dans la bataille, tous dûment identifiés. Enquêter sur la question qui s’est posée d’emblée – à savoir, l’absence d’une exhumation, fit émerger plusieurs interrogations portant sur le caractère irréconciliable des mémoires plurielles et leur régime de vérité. Des questions sur le statut actuel de la terre/ du terrain identifié comme lieu de massacre se posent également, et ce de manière incontournable. Il s’est avéré que même en l’absence d’exhumation, la pose d’un statuaire monumental qui marque désormais le site et des noms de victimes sur plaques en marbre est perçue comme une sorte de ‘dignification’. Enfin, on s’interroge sur les multiples références mobilisées dans le statuaire ainsi que sur la fréquence des commémorations (après l’acte inaugural de 2016) et leurs enjeux.

Ces recherches mettent en évidence tout d’abord la présence de « mémoires incompatibles » entre les victimes communistes et les victimes du communisme, et ce dans les deux pays voisins qui n’ont pourtant pas connu le même régime politique après la 2e guerre mondiale. Elles montrent, ensuite, que les ré-inhumations (collectives, production de monuments portant les noms des victimes) ne font pas l’objet du même processus de publicisation et sont souvent absentes ; ces exhumations sans ré-inhumation ouvre un questionnement sur l’usage et l’adéquation des termes « exhumations » et « ré-inhumation ».« 

Ces recherches suggèrent que le travail sur les conflits mémoriels tout comme les ritualités commémoratives peuvent se déployer en grande partie ou entièrement en dehors des séquences d’exhumation et de ré-inhumation collective des victimes de violence de masse. L’absence ou l’omission de ces séquences – vues comme centrales et comme la condition sine qua non du processus de pacification des sociétés ayant connu des conflits et divisions profondes – est une interrogation majeure à l’issue de ce travail.

G. Valtchinova. 2021.

7th Global Conference on Genocide : TRANSFUNERARY Panel

The 7th Global Conference on Genocide, organized by INoGS will take place online. You can find the programme for the 26th of September here and October 3 here.

The members of Transfunéraire’s communications pare part of Panel 6. You can find them the 26th of September, 2:00PM-3:30PM (UTC-4) or 20h-21h30 French time.

Watch the recording following this link: Panel 6 – Communications.

Panel participants : Elisabeth Anstett (chair), Galia Valtchinova, Laura M. Panizo, Clara Duterme.

Elisabeth Anstett also chairs the Panel 4 at 11:30AM (17h30).

Panel 6 – « Collective reburial in post-genocide and mass-violence contexts: collectively reshaping mass death and its aftermath »

This panel is organized in the frame of the TRANSFUNERARY research program focusing on a comparative analysis of collective reburial and funerary practices currently occurring in Europe and Latin America, in post-mass violence contexts. In contemporary post-genocide or mass crime situations, exhumation is indeed used as an essential tool for transitional justice processes. In several countries concerned in the long run with mass exhumations (such as for example Bosnia, Spain, Cyprus, Argentina, Peru or Guatemala), this has led to numerous collective reburial that have so far received little attention as such. This program aims at enlightening the funerary rituals transformations or adaptation, but also the religious and political arrangements that lie beneath, and enable societies to deal with the difficult issue such as fragmented or absent bodies. Beside an interrogation upon funeral grammar and glossaries adaptability as well as upon forensics expertise impact, the program aims at questioning the reshaping of the relationships to the dead in post-mass violence contexts.

Prix du World Press Photo pour le projet de Daniele Volpe sur le génocide au Guatemala (avril 2020)

Le photographe Daniele Volpe est l’un des lauréats du « Long-term Project » Wolrd Press Photo Award pour l’année 2020. Sa série de photographies, que vous pouvez voir ici donne à voir les processus d’exhumations et de ré-inhumation dans la région Ixil au Guatemala. Les photographies s’inscrivent dans un projet de plusieurs années, qui montre les différentes étapes du travail d’anthropologie légiste en contexte de post-conflit et illustre notamment les moments de ré-enterrement collectif des victimes.