Publication: Les technologies numériques et la mort (Frontières)

Le dernier numéro de la revue Frontières (vol. 32 n°2, 2021), sous la direction de M. Boukala, H. Bourdeloie et G. Labescat est consacré aux technologies numériques et à la mort.

Disponible en ligne sur erudit.org et en format papier, ce numéro est organisé autour de quatre axes thématiques:

  • Du renouveau des rites funéraires à l’ère du numérique
  • Re-liaisons entre les personnes survivantes, les morts et les mortes
  • Mort mise en scène et données massives
  • Des enjeux transhumanistes

Vous pouvez y retrouver un article de notre collègue Gaëlle Clavandier et Philippe Charrier : “Les supports numériques comme amplificateurs de norme dans le processus de reconnaissance des décès périnataux”.

Projet de recherche “Les morts de la Retirada”

Touchant à des thématiques qui rejoignent celles du programme de recherche Transfunéraire, le projet de recherche mené par Bruno Bertherat et Isabelle Renaudet étudie les morts de la Retirada espagnole.

Abordant ce sujet dans une approche historique qui accorde une grande importance aux lieux, et notamment aux tombes, ce projet vise à éclairer une dimension peu étudiée de la Retirada, période pour laquelle on s’est beaucoup intéressé à l’errance, mais moins au décès. La recherche s’inscrit dans l’espace géographique des Pyrénées-Orientales et dans une période spécifique : celle qui s’étend entre janvier 1939, lorsque les réfugiés sont accueillis sur le territoire français, jusqu’au 1er janvier 1939, date d’entrée en guerre contre l’Allemagne.

Les images iconiques de la Retirada ne sont généralement pas associées à la mort, mais plutôt aux cortèges de dizaines de milliers d’Espagnols épuisés progressant sur les routes du sud de la France. Si la guerre d’Espagne est associée à la mort et aux massacres, la Retirada l’est plutôt à l’errance et au déracinement, qui sont d’autres formes de souffrance, reléguant la mort à un arrière-plan.

https://eua.hypotheses.org/5607

Plus d’information sur ce projet de recherche sur le blog Hypothèse des Éditions Universitaires d’Avignon:

Séminaire Histoire et anthropologie de la mort: “cadavres anonymes” 03/12/2021

Poursuivant sur la dynamique lancée lors des deux premières séances (réalisées en distanciel les 17 mars et 6 mai 2021), le séminaire “Histoire et anthropologie de la mort” animé par Anne Carol (Telemme, AMU) et Elisabeth Anstett (CNRS, ADES, AMU), reprend en mode hybride.

La prochaine séance aura lieu le 03 décembre, en deux sessions successive de 10h à 12h30 et de 14h à 16h30. autour de la thématique “Cadavres anonymes”.

La séance réunira Pascal Adalian (AMU) sur les procédures d’identification des corps en anthropologie médico-légale, Elisabeth Anstett (CNRS) sur la prise en charge funéraire des dépouilles en contexte de violence de masse, Bruno Bertherat (Université d’Avignon) sur la gestion des corps à la morgue au XIXe siècle et Jean-Marc Dreyfus (Université de Manchester) sur le cas des corps des camps d’extermination de la Deuxième guerre mondiale.

Les personnes souhaitant être présents : sur place (Faculté de médecine de Marseille, salle à venir) ou à distance peuvent contacter les organisatrices pour recevoir le lien de connexion ou s’inscrire.

Interview de V. Robin Azevedo sur France Culture : Mort et crémation du fondateur du Sentier Lumineux au Pérou

Au Pérou, la mort récente d’Abimael Guzman, fondateur du Sentier Lumineux, mort en prison, a suscité de fortes tensions autour de la question du destin funéraire de son corps. Il a finalement été crématisé – un traitement considéré comme indigne dans le contexte péruvien – par l’État.

Notre collègue Valérie Robin Azevedo est intervenue le 28 septembre 2021 sur France Culture pour évoquer les enjeux mortuaires et funéraires, le destin des cendres, les enjeux sociaux et les transformations législatives autour du traitement de ce corps, dans le contexte du Pérou post-conflit.

Vous pouvez écouter l’interview de Julie Gacon sur le site de la radio dans la rubrique “Enjeux internationaux”.