Scientific events : 2023 ADSS Annual Lecture. Elisabeth Anstett, “Mortality crises, funeral crises? Necropolitics in contemporary mass death contexts”

Le jeudi 9 mars 2023, à 18h (Australian Central Daylight Time) soit 8h30 en France, l’Australian Death Studies Society organise sa conférence annuelle 2023. Cet événement se déroulera en présentiel – Flinders University, Adelaide (Australie) – et en ligne : inscription ici.

Leur invitée est Elisabeth Anstett pour une communication intitulée “Mortality crises, funeral crises? Necropolitics in contemporary mass death contexts

Retrouvez plus d’informations ici.

Mortality crises, funeral crises? Necropolitics in contemporary mass death contexts

Episodes of mass death directly or indirectly related to human activity including but not limited to wars, mass crimes, terrorism, epidemics, earthquakes, floods and tsunamis leave societies to face a sudden and massive influx of corpses, both complete and dismembered. These paroxysmal situations immediately render visible the limitations of the grammars underlying ordinary funerals and rituals. Dead bodies en masse thus prove to be highly problematic at many levels, all the more so when they are fragmented or remain unidentified. This public lecture investigates the various challenges raised by the funerary treatment of unidentified human remains and dead bodies’ fragments in the aftermath of several examples of contemporary mortality crises. In these situations, human remains and cadaver fragments indeed co-exist with the living, often for a long time, and require each society to answer essential (philosophical or moral, but also legal and practical) questions about the status they are granted (from simple pieces of waste to sanctified relics), about the chain of custody they are submitted to, and about what funeral or burial arrangements can be organised. Indeed, in some cases, mortuary and funerary practices, as well as collective representations of death and the dead, have to be reshaped, while in other instances they have to be radically (re)invented in order to be able to deal with such problematic objects in such high volume. Building on the works of philosopher Achille Mbembé (2006), political scientist Finn Steputtat (2014) and social anthropologists Katherine Verdery (1999), Francisco Ferrandiz and Tony Robben (2015), and focusing on the issue of dead body governance in contemporary mass death contexts, this public lecture sheds light on the treatment of incomplete bodies and cadaver fragments to reveal their powerful political dimension and the way they challenge the very capacity of each society to symbolically perpetuate itself.

Elisabeth Anstett is a social anthropologist, and a tenured Directrice de Recherche at the CNRS, a French state organisation that is also Europe’s largest fundamental science agency. Elisabeth is a member of Adès (Anthropologie bio-culturelle, Droit, Ethique et Santé), an interdisciplinary research unit based at the faculty of medical and paramedical sciences of Aix-Marseille University that produces interdisciplinary works on dead bodies and human remains management and care in mass violence or crisis contexts. Elisabeth is also co-editor of the Human Remains and Violence book series and an interdisciplinary full free Open Access academic journal with Manchester University Press. She has published widely on human remains and received funding from French and European organisations. A trained anthropologist, Elisabeth has considerable experience working with scholars of other disciplines, including but not limited to history, archaeology, law, political sciences and the medical sciences.

For more information about this event, feel free to liaise with joint organisers Romain Fathi and Kate Falconer at romain.fathi@flinders.edu.au and k.falconer@uq.edu.au.

Évènement scientifique : séminaire interlaboratoire Histoire et anthropologie de la mort, prochaine séance 9 février 2023 (10h-16h30, salle Duby, MMSH Aix-en-Provence)

Le séminaire interlaboratoire (ADES-TELEMMe) Histoire et anthropologie de la mort, coordonné par Elisabeth Anstett (ADES, AMU) et Anne Carol (TELEMMe, AMU) reprend ses activités.

La prochaine séance, Marchandisation du cadavre et questions de nécro-économie, se tiendra le 9 février 2023, de 10 h à 16 h 30, salle Duby, MMSH Aix-en-Provence ; un mode hybride sera également mis en place. Retrouvez le programme détaillé de cette journée ainsi que le lien de connexion en cliquant ici.

Cette séance s’articulera autour des présentations de : Anne Carol, historienne (Aix-Marseille Université) ; Cristina Ciancio, historienne du droit (Université de Bénévent) ; Céline Lafontaine, philosophe (Université de Montréal) ; Pascale Trompette et Alèxe Duvaut, sociologues (CNRS).

Compte rendu : Intervention de Juliette Cleuziou dans le séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil

Le 9 janvier 2023, pour la septième séance du séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil (programme), nous avons eu le plaisir d’accueillir Juliette Cleuziou (LADEC / Université Lumière – Lyon 2). Sa présentation, intitulée « Prendre soin des morts : leadership et liens transnationaux au sein de la diaspora tadjikistanaise en Russie », s’est poursuivie par de riches échanges avec la salle.

Le Tadjikistan connaît une forte instabilité politique et économique depuis son indépendance (1991, dissolution de l’URSS) et les migrations vers la Russie, principalement de jeunes hommes, sont nombreuses. C’est auprès de cette diaspora tadjikistanaise en Russie (principalement à Moscou, en région moscovite et à Tver) que se sont concentrées les récentes recherches de terrain de Juliette Cleuziou. Son intérêt s’est portée plus particulièrement sur l’économie rituelle de la mort en contexte migratoire, notamment dans le cadre du projet qu’elle a porté et coordonné : « Faire circuler les morts. Étude des rituels et de l’économie funéraires postsocialistes en contexte migratoire » (REFPoM), financé par l’ANR.

Ainsi, Juliette Cleuziou porte son attention sur les soins accordés aux morts tadjikistanais en Russie et sur les aspects logistiques permettant – ou non – le rapatriement des corps au pays. Dès lors, elle s’interroge sur la place des pratiques – notamment la constitution de caisse informelles de prévoyances – comme supports de la constitution de groupes diasporiques, de groupes communautaires et, ce faisant, sur l’émergence de “leaders communautaires” (terme de Juliette Cleuziou).

La captation vidéo de cette séance sera prochainement accessible en ligne.

Pour retrouver toutes les séances du séminaire ré-écoutable, cliquez ici.

Compte rendu : Intervention de Sévane Garibian dans le séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil

Le 05 décembre 2022, pour la sixième séance du séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil (programme), nous avons eu le plaisir d’écouter Sévane Garibian (Faculté de droit, Université de Genève). Sa présentation, intitulée « “J’ai tué un homme mais je ne suis pas un meurtrier”. Le procès Tehlirian, ou la mort du bourreau ordonnée par le cadavre de sa mère », s’est poursuivie par de riches échanges.

Sévane Garibian est revenue sur le procès de Soghomon Tehlirian, rescapé du génocide des Arméniens qui a assassiné, le 15 mars 1921 dans une rue de Berlin, Talaat Pacha, l’un des instigateur du génocide. Tehlirian – “assassin du bourreau de son peuple” – affirme avoir répondu à l’injonction du cadavre de sa mère qui lui serait apparu en rêve. Tenu dans un tribunal allemand (pays allié de l’Empire ottoman durant la Première Guerre mondiale), le procès Tehlirian devient, en miroir, celui de sa victime. La parole des experts (amenés à statuer sur la responsabilité du prévenu) rencontre celle de témoins (rescapés du génocide ou agents allemands) et les plaidoiries des avocats de Tehlirian. Celles-ci sont centrées sur trois aspects : a) la réalité et l’ampleur de la déportation et du massacre des arméniens, b) la responsabilité de Talaat Pacha (reconnu coupable et condamné par contumace par une cour martiale de Constantinople), c) la causalité entre ces deux faits et le geste « fou » de Telhirian.

Sévane Garibian met en lumière les enjeux de ce procès, qui se conclut par un acquittement le 3 juin 1921, par une subtile variation d’échelle, en orientant son regard vers la Turquie puis vers le contexte international de cette première moitié du XXe siècle. Enfin, elle analyse son influence dans les travaux du juriste Raphaël Lemkin qui, dès lors, va engager une réflexion sur les crimes de masse, forger le néologisme “génocide” et poser les bases de ce qui va devenir, par la suite, la « justice pénale internationale ».

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search