Compte rendu : Intervention de Magali Molinié dans le séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil

Le 21 novembre 2022, pour la cinquième séance du séminaire Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil (programme), nous avons eu le plaisir d’accueillir Magali Molinié (Université Paris 8, France / Cornell University, USA). Sa présentation, intitulée « “Soigner les morts pour guérir les vivants” : une actualisation », s’est poursuivie par de riches échanges avec la salle.

La construction d’une relation sociale entre vivants et défunts, en France, est au cœur de des recherches que mène Magali Molinié. Suivant sont parcours de psychologue, elle nous a présenté les interrogations qui se sont posées à elle dès sa thèse dont l’ouvrage Soigner les morts pour guérir les vivants est la version publiée en 2006 (Les Empêcheurs de penser en rond).

Après être revenue sur les théories du deuil en psychologie (notamment l’héritage psychanalytique de Freud dans Deuil et mélancolie, 1917), Magali Molinié a souligné son intérêt pour une approche pragmatique inspirée de différentes disciplines, dont l’anthropologie. Elle nous a ensuite proposé de découvrir avec elle quelques situations cliniques de “morts récalcitrants”, de “morts qui ne passent pas”. Ces défunts “font faire des actes”, ils font cheminer, organiser des reprises cérémonielles, etc. Dès lors, leur transformation en êtres sociaux engage, en retour, une transformation des vivants.

La captation vidéo de cette séance sera prochainement accessible en ligne.

Pour retrouver toutes les séances du séminaire ré-écoutable, cliquez ici.

Livro digital: Gestão da Morte e Modos de Produção de Memórias na Pandemia do Novo Coronavírus (Open Access)

O livro digital “Gestão da Morte e Modos de Produção de Memórias na Pandemia do Novo Coronavírus”, coordenado por Simone Rodrigues Pinto, CRV ed., está disponível para acesso gratuito:

https://www.editoracrv.com.br/produtos/detalhes/37010-gestao-da-morte-e-modos-de-producao-de-memoria-na-pandemia-do-novo-coronavirus

Os diversos textos nesta coletânea são representativos das reflexões do grupo de pesquisa Biopolítica, Racionalidade Neoliberal e Desaparecidos Sociais, realizadas durante o período de pandemia do novo coronavírus. (…) Todas elas permeiam o debate sobre os “desaparecidos sociais”, uma população atingida fortemente pela chegada e pelo avanço da pandemia no Brasil. A sua simples menção envolve um problema ontológico porque eles “não são”, são os desrealizados, despossuídos, cujas vidas são tão precárias que a morte não é digna de ser lembrada. (…). Vidas (ou mortes) sem rastros, sem memória, sem luto.  São indígenas, mulheres, negros, encarcerados, crianças, idosos e muitas outras vidas precárias de nossa sociedade que ganharam destaque nas linhas desta obra.

Séminaire Histoire et Anthropologie de la mort, 17 mars 2022: “Médecins et cadavres”

La prochaine séance du séminaire inter-laboratoire AMU “Histoire et Anthropologie de la Mort“, coordonné par Anne Carol et Elisabeth Anstett portera sur la thématique : “Médecins et cadavres”.

La séance aura lieu le 17 mars 2022, de 10 h à 16 h 30, en mode hybride, à la salle P.A. Février de Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (5 rue du château de l’Horloge) et en visio-conférence.

Matin :

  • Rafael Mandressi (historien, CNRS) : Cadavera inmunda sunt : stratégies d’accoutumance et techniques de contrôle face au dégoût chez les anatomistes de l’époque moderne
  • Valérie Souffron (sociologue, Paris 1) : Faut-il se débarrasser du cadavre pour explorer les corps ? Ce que l’autopsie par imagerie médicale fait aux morts

Après-midi :

  • Martin Robert (historien, Université d’Oxford) : Cette science nécessaire : dissections humaines et formation médicale au XIXe siècle
  • Clara Duterme et Valérie Robin Azevedo (anthropologues, AMU et Université de Paris Cité) : Le Centre du don des corps à l’Université Paris Descartes : un cas si singulier de gestion des cadavres ?

Les transformations contemporaines du traitement des morts ordinaires (gestion des cimetières, essor de la crémation ou de la thanatopraxie) et les problèmes soulevés par les récentes crises de mortalité (migrants, canicule, épidémies, guerre, etc.) incitent en effet à engager une réflexion pluridisciplinaire et internationale sur le fait mortuaire, en faisant dialoguer des anthropologues, des archéologues, des historiens, des historiens de l’art, des médecins, des philosophes, des psychologues, des sociologues.

Car s’il existe à ce jour de nombreuses forces dispersées et plus ou moins institutionnalisées (carnets de recherches, programmes courts financés, dispositifs institutionnels) il n’existe pas encore en France d’espace scientifique et de recherche spécifiquement consacré à la mort. Ce séminaire de recherche a vocation à combler ce manque en engageant une réflexion véritablement interdisciplinaire sur le fait mortuaire, ses modalités, ses évolutions, ses enjeux.

Trois journées ont déjà eu lieu portant sur les thématiques du Cadavres dangereux (17 mars 2021), Cadavres indésirables (6 mai 2021), Cadavres anonymes (3 décembre 2021).

Pour obtenir le lien de visio-conférence ou obtenir plus d’informations, contactez Elisabeth Anstett (elisabeth.anstett@univ-amu.fr ) ou Anne Carol (anne.carol@univ-amu.fr)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search