Transfunéraire : collecte de données. Le cas de Iasi (Roumanie) documenté par Daniel Irimia

En mars 2020, alors que le programme de recherche Transfunéraire organisait sa réunion de lancement destinée notamment à poser le cadre méthodologique précis de notre travail d’enquête, la crise sanitaire a soudainement bouleversé nos projets et nos habitudes de recherche. Alors que l’un des objectifs de notre programme est de produire des données inédites à partir de l’observation ethnographique de rituels funéraires collectifs, l’accès à nos terrains s’est vu restreint pour un temps indéterminé et la plupart des réinhumations ont été différées.

Face à cette situation, nous avons cherché des moyens de surmonter ces difficultés, en décidant notamment de nous réorienter vers la collecte de données sur les enterrements réalisés dans le passé, en travaillant sur des archives numériques et papier. Ce travail de retour sur archives a été directement engagé par les membres du programme Transfunéraire sur leurs propres documentations, mais il a également été mené sur de nouveaux terrains en collaboration avec des chercheurs locaux.

Photo D. Irimia. Monument au cimetière de Iasi. 36 dalles de pierre représentent symboliquement les victimes.

Nous avons ainsi débuté en mars 2020 un travail en collaboration avec Daniel Irimia, doctorant en histoire à l’université Alexandru Iaon Cuza de Iasi, qui a réalisé une mission de collectes de données autour du cas du ré-enterrement collectif de Iasi, en Roumanie. Ce cas concerne les corps de 36 victimes juives assassinées en 1941 et exhumées en 2010 qui ont été inhumées en avril 2011 dans le cimetière de la ville, selon le rites juif ashkénaze, en présence de sept rabbins et de représentants officiels roumains et internationaux.

Le travail mené par Daniel Irimia et supervisé par Élisabeth Anstett s’est structuré en trois étapes: dans un premier temps, la constitution d’un corpus de documents d’archives de presse (roumaine et internationale) relatant l’évènement, et la rédaction d’une synthèse sur les informations disponibles à ce jour; puis la collecte et la documentation d’images de l’évènement, et enfin la collecte et la traduction des discours officiels énoncés lors de l’évènement.

L’analyse des données collectées a été finalisée en novembre 2021 avec un bilan de 30 photographies documentées et intégrées dans notre répertoire, 10 discours collectés et traduits et une synthèse générale rédigée. Les images, discours et informations rassemblées, traduites et enrichies de métadonnées ont permis de documenter ce cas de funérailles collectives réalisées selon le rite juif, qui vient s’ajouter à ceux déjà étudiés par les chercheurs du programme Transfunéraire.

L’objectif d’une telle démarche n’est pas de se substituer à la recherche ethnographique, qui reste au coeur de notre approche, mais bien de s’y articuler, et nous sommes heureux de cette expérience enrichissante et fructueuse. Nous poursuivons notre collaboration avec Daniel Irimia à travers sa participation à une prochaine publication.

Rabbins creusant les tombes avant la ré-inhumation des victimes au cimetière de Iasi (Roumanie). Youtube.

Panel Transfunéraire : “Multimedia Coverage of Collective Reburials in post-Genocide and Mass-Violence Contexts” – IAGS Conference – 19/07

Le programme de recherche Transfunéraire présentera un panel intitulé “Multimedia Coverage of Collective Reburials in post-Genocide and Mass-Violence Contexts” le 19 juillet 2021 lors de la Conférence de l’International Association of Genocide Scolars (IAGS).

La présentation du panel est consultable ici : Session C1 : 3. Monday 19 July 2021 – 5h30pm – 7pm

In his seminal article “From Tear to Pixel, Political Correctness and Digital Emotions in the Exhumations of Mass Graves from the Civil War” published in 2016, Spanish social anthropologist Francisco Ferrándiz has shown how the exhumations of victims of mass violence were subject to extensive sound and visual recordings that were immediately disseminated and worldwide broadcasted through traditional and digital media.

This immediate and global digitalization of a collective experience is affecting the short and long-term construction of social memory in contemporary societies affected by mass violence, “accelerating the memory-construction process and projecting it into the global arena”. Collective re-burials frequently organized as a follow-up of the exhumations carried-out in post-mass violence settings are subject to similar intense coverage and global broadcasting.

This panel (set up in the frame of the comparative research program Transfunerary aims at questioning the specificities and consequences of the reburial’s massive media coverage. What role do these funerary records play in the various resilience processes of post-conflict societies? What types of images and imagery are produced, shaped and put into circulation? What echoes do these images provoke in social life? These questions will be addressed on the basis of several fieldworks carried out by social anthropologists and psychologists in Europe and Latin America.

Contributions:

  • Elisabeth Anstett (CNRS, Transfunéraire). “Reality check. The media coverages of Great Purges victim’s reburial in nowadays post-soviet Russia and their effect”
  • Valérie Robin Azevdo (U-Paris, Transfunéraire). “Visual recordings and media coverage of controversial collective burials of the Peruvian internal armed conflict”
  • Clara Duterme (AMU, Transfunéraire). “The “Memoria Virtual” in Guatemala. The use of images to build and to disseminate the memory of victims”
  • Laura M. Panizo (CONICET, Transfunéraire). “The corporeality of the dead in the public arena: An analysis of two cases in the contexts of the Malvinas War victims in Argentina and the detained-disappeared in Chile”
  • Juan Pablo Aranguren (Universidad de los Andes, Transfunéraire). “Looking at the exhumation: ethical reflections on the image, privacy and about looking at the exhumations of Bojayá (Colombia)”

TRANSFUNERARIO: avances sobre entierros colectivos y resiliencia en el postconflicto, mesa redonda Congreso Ala2020

Elisabeth Anstett (CNRS), Clara Duterme (AMU) y Laura Panizo (CONICET) participaron en una mesa redonda en el Congreso de la Asociación Latinoamericana de Antropología el 27 de noviembre de 2020.

Los debates se centraron en los temas desarrollados por el programa de investigación Transfunéraire: nuevas prácticas de entierros colectivos en contextos de posconflicto, comparación entre Europa y América Latina, cuestiones políticas y religiosas, resistencia, oposición, duelo.

La presentación de la mesa redonda puede descargarse aqui: