Compte-rendu séminaire “Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil” : Rémi Korman

Rémi Korman, Historien (CESPRA, EHESS) est auteur d’une thèse de doctorat portant sur la construction de la mémoire du génocide des Tutsi au Rwanda et a participé au programme de recherche “13 novembre” sur la mémoire des attentats en France.

(Ré)inhumer en dignité les victimes du génocide des Tutsi : genèse de nouvelles pratiques commémoratives et funéraires

Rémi Korman est revenu sur la question des transformations des pratiques d’inhumation et ré-inhumation au Rwanda, des morts du génocide des Tutsi, en s’appuyant sur un long travail d’enquête. Il mobilise en particulier des archives rwandaises d’institutions publiques et privées.

Le génocide des Tutsi au Rwanda, qui se déroule entre avril et juillet 1994, est à la fois un génocide d’État et un génocide de voisinage, qui ne cherche pas à cacher les mises à mort. L’inhumation des victimes n’a donc pas pour objectif premier de les dissimuler. Elle est réalisée en masse par les perpétrateurs pour des raisons d’hygiène. Après le génocide, elle est réalisée par les rescapés qui enterrent les défunts sur les terrains familiaux puis dans de larges cimetières collectifs ordonnés par les autorités locales et nationales.

Credit image : leesean CC.

S’il existe peu de travaux sur les funérailles au Rwanda avant le génocide, Rémi Korman fait le constat des nombreuses transformations funéraires qui ont eu lieu après. L’État a été un acteur central de ces transformations, notamment en favorisant une centralisation toujours plus appuyée des morts, regroupés dans des cimetières.

La pratique de l’inhumation des victimes au Rwanda se développe conjointement avec une politique de préservation et d’exposition des restes humains à des fins mémoriales, qui marque souvent les observateurs et qui a été l’objet d’une grande partie de la littérature académique.

La pratique des enterrements “en dignité” pour les victimes a pourtant été mise en place dès les premières années après le génocide. Elle s’est transformée avec le temps, influencée entre autres par l’augmentation des moyens financiers disponibles et une évolution dans la définition même de l’enterrement en dignité, amenant parfois à ré-inhumer des corps déjà enterrés une première fois.

Les politiques d’inhumations ont été l’objet d’oppositions entre l’État et l’Église catholique. Elles ont constitué un espace de transformation des pratiques funéraires, articulée aux nouvelles pratiques de traitement des restes humains dans un but muséographique, comme c’est le cas pour la pratique du nettoyage des ossements avant l’inhumation, qui apparait dans les années 1999-2000.

Rémi Korman (2015). “Mobilising the dead? The place of bones and corpses in the commemoration of the tutsi genocide in Rwenda“. Human Remains & Violence vol. 1 n°2, p. 56-70.

Consulter son blog Hypotheses.

Compte-rendu séminaire “Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil”: Paul Sorrentino

Le 18 janvier 2021, Paul Sorrentino (EHESS, CASE) a présenté au séminaire une communication portant sur ses travaux récents sur les formes d’expertises dans le contexte de la recherche des corps égarés des guerres au Vietnam.

La recherche et l’identification des soldats disparus au Vietnam. De l’acharnement funéraire au renoncement

Les travaux de Paul Sorrentino l’ont dans un premier temps amené à s’intéresser aux pratiques médiumniques au Vietnam. Il publie en 2018 À l’épreuve de la possession : chronique d’une innovation rituelle dans le Vietnam contemporain.

A la fin des années 1990, l’expertise médiumnique constitue une modalité de la recherche des soldats vietnamiens disparus. Les familles font appel aux médiums, qui se déclarent capables de retrouver les corps, en s’appuyant sur leurs perceptions « extra-sensorielles ». Au-delà des polémiques récurrentes, la confiance accordée aux médiums est cependant profondément remise en question dans les années 2010, lorsque certaines identifications sont dénoncées comme étant des supercheries, à partir d’une autre forme d’expertise : celle bio-technologique de l’analyse ADN.

A partir de 2013, l’Etat Vietnamien et l’armée vont systématiser un projet d’identification des corps par l’analyse de l’ADN mitochondrial, qui se concrétisera en 2018. Paul Sorrentino a mené un travail de recherche auprès des experts chargés des identifications, en s’intéressant notamment à la chaine opératoire mise en place pour l’identification. Le travail de ces experts est soumis à la fois à une demande de résultat (articulé à des objectifs chiffrés et une visée d’analyse systématique des cimetières où sont enterrés les soldats non identifiés) et à une injonction à la stricte scientificité pour éviter les erreurs, alors même qu’ils travaillent sur des restes humains dégradés.

Cette expertise bio-technologique, si elle peut se prévaloir d’une scientificité opposée au savoir médiumnique, n’en reste pas moins l’objet de critiques sur le coût, la lenteur, et les incertitudes qui rendent souvent impossible une identification avec certitude. En parallèle, Paul Sorrentino étudie une autre forme d’expertise, issue du travail d’acteurs de la société civile : la compilation d’informations, d’archives et de témoignage. Ce travail mené par des individus volontaires, s’inscrit dans la continuité de l’accompagnement des familles de victimes. Il constitue une autre manière de “retrouver” les morts, non pas en identifiant systématiquement les corps, mais en retraçant leurs trajectoires et leurs histoires lorsque cela est possible, parfois en faisant le constat de l’impossibilité de la tâche.

C’est ce dernier point qui amène Paul Sorrentino à poser la question de l’ « acharnement funéraire » et questionner l’hypothèse culturaliste d’une nécessité indiscutable de retrouver les ossements de ces morts disparus, pour les Vietnamiens. Son enquête – qui se poursuit – l’amène à considérer les autres formes de mémorialisation et de rituels de substitutions possibles face à l’absence des corps identifiés.

Images de terrain : Juan Pablo Aranguren, Colombie

Foto JP Aranguren. Colombia.

Version française ci-dessous

Hornos crematorios de Juan Frío en Villa del Rosario, Norte de Santander (frontera entre Colombia y Venezuela). Los hornos, originalmente trapiches de caña, fueron adaptados por los grupos paramilitares para incinerar cuerpos de personas desaparecidas que previamente habían sido inhumadas en fosas comunes.

Los hornos funcionaron entre 2001 y 2003 y fueron creados por los paramilitares para evitar que las fosas comunes en las que yacían miles de cuerpos de sus masacres en la región, les fuesen atribuidas en el marco de su negociación con el gobierno nacional. Posteriormente, los paramilitares también empezaron a llevar personas vivas.

Aunque en la zona había rastros de ropa y objetos, los hornos no fueron materia de investigación forense de forma oportuna y mucha de la evidencia fue desaparecida. Ni siquiera las cenizas fueron preservadas pues los paramilitares las arrojaron al río Táchira.

La comunidad de Juan Frío busca resignificar este espacio a través de iniciativas de memoria y conmemoración, sin embargo, esta zona no es de tránsito libre ni una zona segura para que estas iniciativas se puedan realizar.


Fours crématoires de Juan Frío à Villa del Rosario au nord de Santander (à la frontière entre la Colombie et le Vénézuela). Les fours sont à l’origine des machines pour extraire la cane à sucre, qui ont été adaptés par les groupes paramilitaires pour incinérer les corps des personnes disparues, auparavant enterrées dans des fosses communes.

Les fours ont fonctionné entre 2001 et 2003. Ils ont été créé par les paramilitaires pour se débarrasser des milliers de corps issus des massacres commis par eux, qui gisaient dans des fosses communes, pour éviter qu’on les remarque au moment des négociations avec le gouvernement national. Par la suite, les paramilitaires ont commencé à y amener des personnes vivantes.

Bien qu’on ait trouvé dans la région des traces de vêtements et d’objets, les fours n’ont pas été l’objet d’une enquête médico-légale et beaucoup des preuves ont disparu. Les groupes paramilitaires se sont débarrassés y compris des cendres, qu’ils jetaient dans la rivière Táchira.

La communauté de Juan Frío cherche aujourd’hui à re-signifier ce lieu par des initiatives mémorielles et commémoratives. Toutefois, ces initiatives sont rendues très difficiles par le fait que le passage dans la zone en question n’est ni libre ni sûr.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search