Compte-rendu séminaire « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil »: Alain Epelboin

Alain Epelboin (CNRS, Musée de l’Homme), Docteur en médecine et ethnologue est intervenu dans le séminaire pour présenter ses travaux passés et actuels sur les épidémies d’Ebola et du Covid-19.

Le visionnage du film documentaire « 2003-2007 F. Brunnquell, A. Epelboin & P. Formenty  Ebola, c’est pas une maladie pour rire / Ebola : no laughing matter/ El ebola no es una enfermedad para las risas, Congo. 51 mn 28. Prod. CAPA 2007 » était suggéré pour accompagner cette séance.

Contamination, rituels funéraires et rumeurs lors des épidémies d’Ebola et de Covid contemporains 

Dans la continuité des questionnements soulevés lors de la première séance autour des bouleversements des processus funéraires engendrés par les règles sanitaires imposées lors des épidémies, A. Epelboin a évoqué son expérience en Afrique au moment de l’épidémie Ebola.

L’épidémie a suscité une forte augmentation de la mortalité, qui touchait toutes les catégories d’âge, mais également des tensions sociales. Le modèle culturel local de représentation et d’explication de malheur (associé à l’idée d’épreuve divine, de volonté malfaisante agissant au travers de la sorcellerie) s’opposait aux modèles de représentation bio-médiaux, entrainant des incompréhensions socio-culturelles d’un côté et de l’autre. La rupture dans les normes d’enterrement et l’interdiction dans certains cas des rites funéraires entrainaient des heurts entre soignants et locaux.

Crédit image : CDC Global Health (CC BY 2.0) « Ebola illustration : Safe Burial »

L’une des réponses apportées a été un aménagement des rituels funéraires plutôt que leur interdiction. L’aménagement consiste à trouver des solutions alternatives respectant les normes sanitaires, sans les appliquer avec excès. Ainsi, plutôt que de brûler les biens du mort, en raison de la forte contagiosité du virus, une option possible est de les enterrer avec lui.

Il s’agit également de ne pas interdire la présence de la famille, et de propose des pratiques de substitutions qui articulent l’approche sanitaire et l’approche rituelle : remplacer la traditionnelle ablution à l’eau par une aspersion à l’eau faiblement chlorée par exemple.

Dans un second temps, la présentation a permis de tracer les parallèles entre l’expérience accumulée lors de l’épidémie d’Ebola et la situation actuelle liée au Covid-19. Les réflexions développées se basent notamment sur un important travail de veille internet et de collecte de données menée par A. Epelboin, encore en cours actuellement.

Cette veille a permis de mettre en évidence les transformations engendrées par l’épidémie sur les pratiques funéraires à l’échelle mondiale (usages de lieux non-habituels pour stocker les cercueils, oppositions à l’inhumation, impossibilité d’inhumer dans un lieu choisi,…) et la diversité des pratiques d’adaptation et de résilience mises en œuvre.

Prix du World Press Photo pour le projet de Daniele Volpe sur le génocide au Guatemala (avril 2020)

Le photographe Daniele Volpe est l’un des lauréats du « Long-term Project » Wolrd Press Photo Award pour l’année 2020. Sa série de photographies, que vous pouvez voir ici donne à voir les processus d’exhumations et de ré-inhumation dans la région Ixil au Guatemala. Les photographies s’inscrivent dans un projet de plusieurs années, qui montre les différentes étapes du travail d’anthropologie légiste en contexte de post-conflit et illustre notamment les moments de ré-enterrement collectif des victimes.

Parution de l’ouvrage dirigé par Valérie Robin Azevedo « [Im]matérialités de la mort » (février 2020)

Nous avons le plaisir de relayer l’annonce de la parution de l’ouvrage collectif coordonné par Valérie Robin Azevedo : [Im]matérialités de la mort, qui vient de sortir en poche dans la collection des Essentiels d’Hermès, CNRS éditions, 2020.

« De nouvelles pratiques funéraires, entre réel et virtuel, marquent ce début de XXIe siècle. À l’heure des éternités numériques, un nouveau champ d’expression du mourir surgit et le lien avec les défunts se pérennise et se modifie. De quelles façons notre rapport à la mort s’est-il métamorphosé dans le contexte de la mondialisation et de la médiatisation des dernières décennies ? Comment se dématérialise la sociabilité funèbre, comment se transforme le soin fourni aux cadavres ? Quelle gestion mortuaire, d’ordre politique et symbolique, adopter face aux dépouilles indésirables (attentats-suicides) ou en cas de corps souillés (guerre, génocide) ou absents (migrants) ? Dans une perspective pluridisciplinaire et comparatiste, cet Essentiel d’Hermès aborde la mort comme un phénomène de communication vital qui engage notre rapport à l’altérité et à l’identité« .

La table des matières et la quatrième de couverture sont téléchargeables ci-dessous: