Publication: Dossier « La mort au Parlement », coordonné par Anne Carol dans la revue Parlement[s]

Le numéro hors-série n°16 de la revue Parlement[s], Revue d’histoire politique, 2021/2, coordonné par Anne Carol est paru.

Il a pour thème « La mort au Parlement »

L’histoire de la mort a connu son apogée au tournant des années 1970 et 1980, à travers les deux grandes synthèses de Michel Vovelle et Philippe Ariès. Née dans la continuité de l’histoire religieuse et de la démographie historique, elle s’est renouvelée les vingt dernières années par une approche matérielle centrée sur le traitement du cadavre. Une histoire et une anthropologie politiques de la mort se sont aussi progressivement développées autour du corps du roi ou des usages politiques des funérailles. Mais la question de la mort au(x) Parlement(s) n’avait jamais été abordée en tant que telle. Ce hors-série veut montrer les multiples façons dont on peut comprendre les relations possibles entre mort et Parlement, ainsi que les différentes « histoires de la mort » qui se pratiquent aujourd’hui. Sont explorées, de la Révolution au très contemporain, en Europe et plus particulièrement en France, les manières dont les parlementaires se saisissent de la mort pour dire la norme et travailler le droit (sur le crime de lèse-nation, la violation de sépulture, le périmètre de la peine de mort), utilisent les cadavres pour asseoir leur légitimité, créer un consensus ou marquer une rupture (les martyrs de la Révolution ou de la nation, les héros de guerre), sont interpellés et débattent sur des sujets tels que les frontières entre la vie et la mort, le devenir des cendres, ou comment les élus se confrontent directement à leur propre mort (assassinat de Féraud, attentat de Vaillant, traitement des dépouilles de Gambetta ou Mandel).

Mis en ligne sur Cairn.info le 28/05/2021 ISBN 9782753582439.

Introduction : Histoire de la mort, histoire politique: nouveaux croisements. Anne Carol.

Vous pouvez retrouver tous les articles en libre accès sur Cairn.info

Podcast « Les funérailles au temps du Covid »

Notre collègue Gaëlle Clavandier est intervenue dans le podcast du magazine Sciences Humaines consacré à la thématique des funérailles au temps du Covid.

A écouter ici :

Les funérailles au temps du Covid (Audioblog Arte radio)

Podcast d’Hélène Frouard.

Intervenant.es :

  • Gaëlle Clavandier, sociologue et anthropologue, maitresse de conférence à l’université Jean Monnet, coresponsable du programme de recherche CO-FUNERAIRE
  • Dominique Castex, archéoanthropologue, directrice de recherche au CNRS, membre du comité scientifique du programme CO-FUNERAIRE
  • Christian de Caqueray, fondateur du Service catholique des funérailles

Compte-rendu séminaire « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil »: Alain Epelboin

Alain Epelboin (CNRS, Musée de l’Homme), Docteur en médecine et ethnologue est intervenu dans le séminaire pour présenter ses travaux passés et actuels sur les épidémies d’Ebola et du Covid-19.

Le visionnage du film documentaire « 2003-2007 F. Brunnquell, A. Epelboin & P. Formenty  Ebola, c’est pas une maladie pour rire / Ebola : no laughing matter/ El ebola no es una enfermedad para las risas, Congo. 51 mn 28. Prod. CAPA 2007 » était suggéré pour accompagner cette séance.

Contamination, rituels funéraires et rumeurs lors des épidémies d’Ebola et de Covid contemporains 

Dans la continuité des questionnements soulevés lors de la première séance autour des bouleversements des processus funéraires engendrés par les règles sanitaires imposées lors des épidémies, A. Epelboin a évoqué son expérience en Afrique au moment de l’épidémie Ebola.

L’épidémie a suscité une forte augmentation de la mortalité, qui touchait toutes les catégories d’âge, mais également des tensions sociales. Le modèle culturel local de représentation et d’explication de malheur (associé à l’idée d’épreuve divine, de volonté malfaisante agissant au travers de la sorcellerie) s’opposait aux modèles de représentation bio-médiaux, entrainant des incompréhensions socio-culturelles d’un côté et de l’autre. La rupture dans les normes d’enterrement et l’interdiction dans certains cas des rites funéraires entrainaient des heurts entre soignants et locaux.

Crédit image : CDC Global Health (CC BY 2.0) « Ebola illustration : Safe Burial »

L’une des réponses apportées a été un aménagement des rituels funéraires plutôt que leur interdiction. L’aménagement consiste à trouver des solutions alternatives respectant les normes sanitaires, sans les appliquer avec excès. Ainsi, plutôt que de brûler les biens du mort, en raison de la forte contagiosité du virus, une option possible est de les enterrer avec lui.

Il s’agit également de ne pas interdire la présence de la famille, et de propose des pratiques de substitutions qui articulent l’approche sanitaire et l’approche rituelle : remplacer la traditionnelle ablution à l’eau par une aspersion à l’eau faiblement chlorée par exemple.

Dans un second temps, la présentation a permis de tracer les parallèles entre l’expérience accumulée lors de l’épidémie d’Ebola et la situation actuelle liée au Covid-19. Les réflexions développées se basent notamment sur un important travail de veille internet et de collecte de données menée par A. Epelboin, encore en cours actuellement.

Cette veille a permis de mettre en évidence les transformations engendrées par l’épidémie sur les pratiques funéraires à l’échelle mondiale (usages de lieux non-habituels pour stocker les cercueils, oppositions à l’inhumation, impossibilité d’inhumer dans un lieu choisi,…) et la diversité des pratiques d’adaptation et de résilience mises en œuvre.

Compte-rendu séminaire « Anthropologie de la violence, de la mort et du deuil » : Rémi Korman

Rémi Korman, Historien (CESPRA, EHESS) est auteur d’une thèse de doctorat portant sur la construction de la mémoire du génocide des Tutsi au Rwanda et a participé au programme de recherche « 13 novembre » sur la mémoire des attentats en France.

(Ré)inhumer en dignité les victimes du génocide des Tutsi : genèse de nouvelles pratiques commémoratives et funéraires

Rémi Korman est revenu sur la question des transformations des pratiques d’inhumation et ré-inhumation au Rwanda, des morts du génocide des Tutsi, en s’appuyant sur un long travail d’enquête. Il mobilise en particulier des archives rwandaises d’institutions publiques et privées.

Le génocide des Tutsi au Rwanda, qui se déroule entre avril et juillet 1994, est à la fois un génocide d’État et un génocide de voisinage, qui ne cherche pas à cacher les mises à mort. L’inhumation des victimes n’a donc pas pour objectif premier de les dissimuler. Elle est réalisée en masse par les perpétrateurs pour des raisons d’hygiène. Après le génocide, elle est réalisée par les rescapés qui enterrent les défunts sur les terrains familiaux puis dans de larges cimetières collectifs ordonnés par les autorités locales et nationales.

Credit image : leesean CC.

S’il existe peu de travaux sur les funérailles au Rwanda avant le génocide, Rémi Korman fait le constat des nombreuses transformations funéraires qui ont eu lieu après. L’État a été un acteur central de ces transformations, notamment en favorisant une centralisation toujours plus appuyée des morts, regroupés dans des cimetières.

La pratique de l’inhumation des victimes au Rwanda se développe conjointement avec une politique de préservation et d’exposition des restes humains à des fins mémoriales, qui marque souvent les observateurs et qui a été l’objet d’une grande partie de la littérature académique.

La pratique des enterrements « en dignité » pour les victimes a pourtant été mise en place dès les premières années après le génocide. Elle s’est transformée avec le temps, influencée entre autres par l’augmentation des moyens financiers disponibles et une évolution dans la définition même de l’enterrement en dignité, amenant parfois à ré-inhumer des corps déjà enterrés une première fois.

Les politiques d’inhumations ont été l’objet d’oppositions entre l’État et l’Église catholique. Elles ont constitué un espace de transformation des pratiques funéraires, articulée aux nouvelles pratiques de traitement des restes humains dans un but muséographique, comme c’est le cas pour la pratique du nettoyage des ossements avant l’inhumation, qui apparait dans les années 1999-2000.

Rémi Korman (2015). « Mobilising the dead? The place of bones and corpses in the commemoration of the tutsi genocide in Rwenda« . Human Remains & Violence vol. 1 n°2, p. 56-70.

Consulter son blog Hypotheses.