“Burial and the politics of dead bodies in times of COVID-19” (part 2) in Human Remains & Violence

The second part of the special issue on Burial and the politics of dead bodies in times of COVID-19” is now available in full open access on the review website.

The special issue is coordinated by Graham Denyer Willis, Finn Stepputat and Gaëlle Clavandier in Human Remains & Violence.

Vol. 8 (2022) : Burial and the politics of dead bodies in times of COVID-10 (part 2) Human Remains & Violence.

Human Remains and Violence editorial board is now accepting submissions for the 18th issue (Volume 9, issue 2 to be released in autumn 2023) of the journal. 

Human Remains and Violence welcomes original research articles in line with the journal’s interdisciplinary scope (see here) on studies of any geographical region or historical period, from humanities, social and forensic sciences. All articles will be double-blind peer-reviewed. Online submissions should be sent to hrv.journal.editors@gmail.com

Séminaire Histoire et Anthropologie de la mort, 17 mars 2022: “Médecins et cadavres”

La prochaine séance du séminaire inter-laboratoire AMU “Histoire et Anthropologie de la Mort“, coordonné par Anne Carol et Elisabeth Anstett portera sur la thématique : “Médecins et cadavres”.

La séance aura lieu le 17 mars 2022, de 10 h à 16 h 30, en mode hybride, à la salle P.A. Février de Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (5 rue du château de l’Horloge) et en visio-conférence.

Matin :

  • Rafael Mandressi (historien, CNRS) : Cadavera inmunda sunt : stratégies d’accoutumance et techniques de contrôle face au dégoût chez les anatomistes de l’époque moderne
  • Valérie Souffron (sociologue, Paris 1) : Faut-il se débarrasser du cadavre pour explorer les corps ? Ce que l’autopsie par imagerie médicale fait aux morts

Après-midi :

  • Martin Robert (historien, Université d’Oxford) : Cette science nécessaire : dissections humaines et formation médicale au XIXe siècle
  • Clara Duterme et Valérie Robin Azevedo (anthropologues, AMU et Université de Paris Cité) : Le Centre du don des corps à l’Université Paris Descartes : un cas si singulier de gestion des cadavres ?

Les transformations contemporaines du traitement des morts ordinaires (gestion des cimetières, essor de la crémation ou de la thanatopraxie) et les problèmes soulevés par les récentes crises de mortalité (migrants, canicule, épidémies, guerre, etc.) incitent en effet à engager une réflexion pluridisciplinaire et internationale sur le fait mortuaire, en faisant dialoguer des anthropologues, des archéologues, des historiens, des historiens de l’art, des médecins, des philosophes, des psychologues, des sociologues.

Car s’il existe à ce jour de nombreuses forces dispersées et plus ou moins institutionnalisées (carnets de recherches, programmes courts financés, dispositifs institutionnels) il n’existe pas encore en France d’espace scientifique et de recherche spécifiquement consacré à la mort. Ce séminaire de recherche a vocation à combler ce manque en engageant une réflexion véritablement interdisciplinaire sur le fait mortuaire, ses modalités, ses évolutions, ses enjeux.

Trois journées ont déjà eu lieu portant sur les thématiques du Cadavres dangereux (17 mars 2021), Cadavres indésirables (6 mai 2021), Cadavres anonymes (3 décembre 2021).

Pour obtenir le lien de visio-conférence ou obtenir plus d’informations, contactez Elisabeth Anstett (elisabeth.anstett@univ-amu.fr ) ou Anne Carol (anne.carol@univ-amu.fr)

Entretien: “Crise sanitaire mondiale et transformation des pratiques funéraires en Europe”

Vous pouvez retrouver dans la Revista de direito de l’Univeristé de Brasilia (vol. 5, n°2, 2021), l’entretien réalisé par Simone Rodrigues Pinto (Université de Basília) et Valérie Robin Azevedo (Univ. de Paris) avec Gaëlle Clavandier, coordinatrice du programme de recherche Co-funéraire , ainsi que Philippe Charrier et Guillaume Rousset, membres de ce programme. L’entretien porte sur la question de la crise sanitaire mondiale et des transformations des pratiques funéraires en Europe.

L’objectif du programme Co-funéraire est de documenter le plus rapidement possible les dispositions proposées par les professionnels du monde funéraire au moment de la crise dans le respect des contraintes liées à la gestion des pandémie dans trois pays différents : la France, la Suisse et l’Italie. Il s’agit également d’évaluer l’impact (matériel et psychologique) de ces nouvelles procédures sur les personnes endeuillées et d’analyser au mieux l’inventivité dont elles font preuve face à cette situation singulière.

L’entretien (en français) est accessible en ligne. https://periodicos.unb.br/index.php/revistadedireitounb/article/view/39515/30772

Gaëlle Clavandier dans l’émission Vox Pop : “deuil, quelle place dans nos vies ?”

L’émission Vox PopLes débats qui agitent l’Europe, diffusée par Arte, a consacré un épisode à la question du deuil et de ses bouleversements liés à la crise du Covid-19, avec comme invités Gaëlle Clavandier et Anette Kersting.

Les transformations des pratiques de deuil, l’abandon des délais légaux d’inhumation ou de crémation et la diversité des expériences vécues dans les pays d’Europe au moment de la crise sanitaire sont parmi les sujets abordés.

Vous pouvez regarder l’émission sur le site de Arte.tv :

Vox Pop 31/10/2021 – Deuil: quelle place dans nos vies ? Arte
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search