Europe

Bosnie

Photo E. Anstett, 2013. Potocari.

Chaque année, à la date anniversaire du 11 juillet, des ré-inhumations collectives de victimes du génocide de Srebrenica identifiées au cours de l’année passée ont lieu au cimetière de Potocari (République Serbe de Bosnie, Bosnie Herzégovine).

La cérémonie regroupe plusieurs milliers de personnes autour des familles endeuillées. Selon les années des dizaines voire des centaines de personnes sont simultanément ré-inhumées. En juillet 2013, 409 nouvelles sépultures individuelles et nominatives étaient ainsi créés.

Bulgarie

Photo G. Valtchinova. 2020. Lushin.

La fosse commune de Lushin près de la ville de Bansko est l’un des premiers sites d’exhumation de victimes de la répression communiste de la fin septembre-octobre 1944. Les fouilles, conduites le 12-13 avril 1990 par des locaux et descendants de disparus à l’initiative du parti politique démocratique qui vient d’être mis en place, révèlent des restes humains et effets personnels d’une quarantaine d’individus. En août de la même année, les ossements exhumés rangés dans trois cercueils remplis à ras bord font l’objet d’un ré-inhumation religieuse orthodoxe dans une large tombe collective dans le cimetière de Bansko. Les commémorations annuelles tenues selon la tradition orthodoxe à la date présumée de la mise à mort des victimes (restituée par un recoupement de récits et de documents d’archives), le 4/5 octobre, sont régulières pendant les deux décennies suivantes mais disparaissent de nos jours, se fondant dans la ritualité générale de commémoration de l’Église orthodoxe.

Espagne

Photo de D. Delacroix, Pampelune. 2016

Dans le cimetière de Pampelune, les restes de 46 victimes assassinées durant la Guerre Civile espagnole ou le franquisme ont été ré-inhumés le 1er avril 2019. Il s’agissait exclusivement de restes non identifiés à l’issue de leur exhumation. Un nouvel accord entre le Gouvernement de Navarre et la municipalité de Pampelune ouvre néanmoins la possibilité que soient ré-inhumés à cet endroit des restes exhumés qui auront été identifiés, si les familles le souhaitent.

Grèce

Photo G. Valtchinova. 2020. Florina.

La ville de Florina, dans le nord-ouest de la Grèce, abrite l’une des plus grandes fosses communes de la Guerre civile grecque, liée à la bataille de Florina (février 1949) qui s’est soldée par la débâcle de l’ « Armée démocratique hellénique », bras armé du PC grec, face aux forces gouvernementales. Après une longue période de silence, depuis un quart de siècle la fosse commune est au cœur de multiples projets de commémoration (et de récupération politique), dont aucun cependant n’a soulevé la question de l’exhumation et de la ré-inhumation des ossements qui y reposent.

En 2016, un mémorial a été inauguré sur le site par le Parti communiste, au terme d’une souscription nationale visant le rachat du terrain (ayant jusque-là le statut de terre agricole) et la transformation de son statut. Une bataille politico-juridique est toujours en cours pour reconnaître le statut d’« espace vert » ou de « cimetière » au site marqué par la réplique d’un des monuments commémoratifs internationaux (notamment hongrois) à Mauthausen.

Roumanie

Photo D. Irimia. 2011. Iasi.

Le 4 avril 2011 a eu lieu à Iasi, en Roumanie, la ré-inhumation de plusieurs dizaines de victimes juives de pogroms Nazi qui avaient été assassinées en 1941 dans une forêt des environs, et dont les restes ont été découverts et exhumés en 2010. Ces restes humains de victimes roumaines de l’Holocauste ont fait l’objet d’une ré-inhumation collective religieuse dans une grande tombe unique au sein du cimetière juif de Iasi au cours d’une cérémonie conduite par plusieurs rabbins et représentants d’organisations et d’institutions juives, venus d’Europe et des États-Unis.

Russie

Photo E. Anstett, 2016. Voronej.

Depuis la fin des années 1990, chaque année lors du jour officiel de commémoration des victimes de répressions politiques (30 octobre), des ré-inhumations collectives de restes humains exhumés au cours de l’année passée ont lieu sur la zone mémorielle de Dubovka au nord de la ville de Voronej (Fédération de Russie). Les restes retrouvés au sein de fosses communes clandestines datant de la période de la grande terreur (1937-1938) ne font pas l’objet de procédures d’identification et sont ré-inhumés en vrac non loin de l’endroit d’où ils ont été exhumés. La cérémonie regroupe plusieurs centaines de proches de disparus. Le 30 octobre 2016, les restes de 80 personnes étaient ainsi ré-inhumés.